What’s up agile : No-code et low-code

Découvrez tous les tweets les plus marquants de la twittosphère #agile #kanban #scrum.
Dans ce nouveau what’s up agile, les twittos apportent des clés pour améliorer la communication et les interactions dans un environnement Agile.

Vous souhaitez faire une application rapidement, facilement et à moindre coût ? Vous êtes novice en développement et vous souhaitez vous lancer ? Vous avez besoin de valider un concept ou un marché pour rechercher des financements ? Vous voulez faire un site vitrine ?

Depuis quelques années, le mouvement no-code et low-code répond à ces besoins croissants en passant par l’automatisation logicielle et le déploiement tout en réduisant les coûts et les temps de développement.

Ce mouvement ne s’adresse pas seulement aux personnes qui n’ont jamais fait de programmation, mais s’intègre aussi dans les nouvelles stratégies d’entreprise.

“Just because you can build something doesn’t necessarily mean that you should. Maybe you should reuse something that somebody already built or take something somebody already built and customize it a little bit to meet your needs.” John Rymer

No-code vs le Low-code

Les outils no-code et low-code sont souvent associés mais restent différents, notamment dans leurs cibles utilisateurs. L’objectif reste cependant commun : accélérer et simplifier le développement d’applications.

Les outils no-code :

  • sont ouverts à tous avec une promesse de zéro ligne de code
  • ont une interface visuelle et intuitive avec des templates prédéfinis
  • sont pour des applications simples avec la possibilité de faire des mises à jour fréquentes.

J’ai une idée incroyable mais je ne peux pas la construire. Ces jours sont terminés. #nocode

Les outils low-code :

  • sont destinés aux développeurs ou des personnes ayant des bases de connaissance technique,
  • ont une interface visuelle et intuitive permettant de construire des solutions plus personnalisées et d’y intégrer des systèmes tiers,
  • sont pour des applications plus complexes que les outils no code. Ils sont généralement au coeur des enjeux business avec une sécurité renforcée, des capacités d’autorisation et des audits.

Et un fait amusant :

No-code, c’est toujours coder. En tant que développeur de logiciels et fan de Hip Hop, je dois faire un parallèle ici …Construire des produits sans code n’est pas moins précieux. Toutes vos chansons préférées ont été créées sur un ordinateur sans qu’un seul instrument ne soit joué.#Nocode

Un marché en émergence

Le mouvement no-code et low-code n’est pas nouveau :

La première “Nocode Conf” a été organisée en Novembre 2019 à San Francisco par Webflow:

  • environ 450 participants
  • environ 26 pays réunis
  • une population d’environ 50% de profils non technique

@NoCodeConf a une configuration incroyable! @webflow #NoCodeConf #NoCode

Il existe de plus en plus d’outils no-code et low-code qui émergent. Ils permettent de redéfinir la « Stack » : on parle d’outils que l’on combine entre eux pour faire aboutir un projet.

Il est juste que tous les outils de programmation visuels soient classés visuellement! Beau travail @TomPowell #nocode

Les fausses idées reçues

“Ils ne présentent que des avantages”

“Ils sont une menace pour les développeurs” 

Permettez-moi de répéter … Aucun code ne remplace les codeurs. Aucun code ne remplace les codeurs. Aucun code ne remplace les codeurs. Aucun code ne remplace les codeurs. Aucun code ne remplace les codeurs. Aucun code ne remplace les codeurs. (En fait, cela créera beaucoup plus de demande pour de grands codeurs!)

“Ils ne sont pas destinés aux développeurs”

Pourquoi est-ce que j’utilise les outils #nocode alors que je code en tant que développeur full-stack depuis 15 ans? Pour moi, c’est aussi simple que de se concentrer sur les points sur lesquels je peux me différencier. Si le code m’y amène, je l’écrirai. Si je peux gagner du temps en utilisant un autre outil … pourquoi pas ?

“Ils ne permettent pas de faire des applications de qualité”

Une autre application Bubble se classe au premier rang sur @ProductHunt aujourd’hui!

Le mouvement no-code et low-code est clairement un changement culturel pour le développement d’application. Cela rend accessible aux personnes sans connaissances techniques de réaliser des applications et aux développeurs de se concentrer sur des tâches à grande valeur ajoutée pour la transformation numérique.

Vous souhaitez en savoir plus ? OCTO vous en parle dans d’autres articles :

Et pourquoi pas une formation ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha