The times, they are a changin’ : 3 questions à Jean-René Lyon

Jean-René Lyon, fondateur de Lyon-Consultants et directeur, CEISAR et Wyde, présentera la session The times they are a changin’ à l’Université du SI les 1er et 2 juillet prochains.

Nous lui avons posé 3 questions pour en savoir plus sur le contenu de sa session.

  • The times, they are a changin’ : ce clin d’oeil à Dylan est-il fortuit ou l’artiste vous a aussi inspiré ?

L’idée de fond est que les Entreprises doivent profondément modifier les approches-projet : ils doivent passer d’approches contractuelles bâties sur des besoins prévisibles, à des approches coopératives qui font émerger des Solutions nouvelles par itérations successives. De nombreux acteurs le reconnaissent, mais peu d’Entreprises mettent en place ces nouvelles approches qui heurtent trop les habitudes acquises.
En dehors du fait que « The times they are a changin’ » évoque cette rupture, j’ai choisi une chanson de Bob Dylan, à qui je voue une profonde admiration, parce qu’il a su se jouer des modes, ne s’est pas fait embrigader par les mouvements de « protestation » aux US dans les années 70, et est pourtant toujours là 45 ans après ses débuts. C’est un bel exemple de non-conformité.

  • A la tête du CEISAR, votre communauté est formée d’architectes d’entreprise, quel rôle vont-ils jouer dans ce « changement » ?

Les Architectes d’Entreprises doivent promouvoir ces nouvelles approches basées sur la coopération des acteurs du Métier et de l’IT , sur la vision globale du système d’information, sur la réutilisation massive de composants métier, sur l’utilisation d’outils de modélisation puissants.
Il devient plus important de bâtir des Solutions dont l’architecture permet d’ajouter des fonctions progressives, plutôt que de satisfaire tous les besoins d’un coup.
Qu’ils soient Architectes de Solutions ou Architectes de Fondation, ce sont eux qui vont jouer les premiers rôles dans les nouvelles organisations ou la fonction de « Constructeur » va être valorisée par rapport à la fonction de « Gestionnaire ».

  • Beaucoup de vos discours font le pont entre l’urbanisme, les plans, les composants réutilisables d’un côté, et les équipes intégrées, les cycles courts, caractéristiques des méthodes Agile de l’autre ; comment évitez-vous le claquage ?

Un système d’information n’est composé que de 2 parties : les Solutions Métier (Processus et logiciels) et la Fondation sur laquelle elles sont bâties.
La Fondation regroupe tous les éléments communs aux Solutions : Plan d’urbanisme, interfaces entre Solutions, fonctions d’accès aux informations, composants métier, méthodologie, outillage pour les acteurs des projets, sécurité, normes d’interface utilisateur.
Plus la Fondation est robuste et puissante, plus on peut fabriquer des Solutions indépendamment les unes des autres sous forme de petits projets indépendants. La cohérence d’ensemble vient du fait qu’elles utilisent toutes la même Fondation : c’est la Fondation qui évite le « claquage » entre ces multiples projets développés en méthode agile.

Voir la video de présentation de la sesision de Jean-René Lyon

Voir le programme de l’Université du SI 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha