Systèmes ouverts et Velib’

Dans l’Informatique Conviviale, nous évoquons une entreprise qui s’ouvre progressivement à la contribution de ses troupes en les décloisonnant, puis à celle de ses partenaires et clients. Ce concept est emprunté aux stratégies des grandes « plate-formes » ou « Cloud » comme Google, LinkedIn ou SalesForce. Cette stratégie a été brillamment décrite et commentée par le journaliste Jeff Jarvis, auteur du best seller What Would Google Do ?

Alors quel rapport avec le Velib ? Essayons d’appliquer la théorie de l’ouvert à ce système. Dans le système Velib’, un effet indésirable récurrent limite le nombre d’abonnements et la satisfaction des abonnés : « ya jamais de vélos quand j’en ai besoin » ou « quand j’arrive au concert, la station est pleine, et c’est le stress pour être à l’heure ». Pour limiter ce problème, JC Decaux a mis en place un système de navette : il paye des ressources internes pour équilibrer la charge. Donc il dépense X pour un service médiocre qui laisse intactes les causes de manque à gagner (il n’y a toujours pas de vélo en haut des côtes le matin, toujours trop au Bataclan, etc.).

Que se passe-t-il si l’on fait le pari de déléguer ce service d’équilibrage à la foule ?

  1. On peut-y injecter de l’argent, du vrai, puisqu’on paie déjà des équilibreurs en camion, et que l’on peut estimer un manque à gagner important (faites le test dans votre entourage)
  2. On peut donc rémunérer la foule, celle qui enlèverait un vélo d’une station pleine ou le ramènerait à une station vide. Imaginons 1€ pour une station très déséquilibrée (très vide ou très pleine) à 10 centimes pour une station moyennement déséquilibrée.

Avec plusieurs milliers d’équilibrage par jour, l’opérateur dépensera quelques milliers d’euro, soit moins que sa facture actuelle de camions et de personnel. Mais il crée surtout les conditions optimales pour des populations qui vont « connaître les bons plans » : le concert du Bataclan à 19h, les stations en amont de Belleville le matin, et tous ces spots qui vont leur permettre de gagner quelques euro écologiques.

Qu’en pensez-vous ?

10 commentaires sur “Systèmes ouverts et Velib’”

  • J'en pense qu'il vaut mieux avoir son propre vélo pour ne pas avoir à subir les aléas des stations Vélib.
  • Très bonne idée mise en partie en pratique par la Mairie et JCDecaux. Si vous déposez votre Vélib' dans une station désertée, vous obtenez un bonus de 15 minutes. Ce système ne va peut être pas assez loin car ce bonus est totalement inutile pour une personne qui n'utilise pas le Vélib' sur de longs trajets. Monétiser ce bonus permettrait surement d'attirer d'autres contributeurs à l'équilibrage.
  • J'avais lu cette idée il y quelque temps, et je ne retrouve qu'une trace ici : http://www.maitre-eolas.fr/post/2008/04/23/932-combien-faut-il-d-economistes-pour-remplir-une-station-velib Je pense que ça serait une bonne idée mais il me semble qu'il y a des problèmes qu'on ne voit pas : comment reverser l'argent aux vélibcyclistes ? Par CB ? qui acceptera de laisser ses coordonnées bancaires à JCDecaux ? par chèque envoyé à la fin de mois ? comment récupérer les adresses des remonteurs de pente ?
  • On me souffle à mon oreille gauche un argument contre cette idée : prenons un petit malin. Ce petit malin prends un vélib d'une station pleine et le met dans une station vide. Et fait ça plein de fois : il vide une station pour en remplir une autre, et gagne ses €. Ensuite de quoi ... la station vide devient pleine, et il recommence le manège : il vide la station pleine pour en remplir une vide, et gagne des €. Peut-être faudrait-il instaurer un nombre max de déplacement par personne, limitant de fait l'efficacité du système ... Peut-être est-ce une des principales raisons pour laquelle ce système n'a pas été mis en place ...
  • Je pense que comme dans tout système ouvert, on va faire le pari de la confiance, puis ajouter ex-post règles qui permettent de réguler les comportements abusifs. Le montant max par jour pourrait en être une. Pour les paiements, il faudra avoir une carte Velib, liée à un compte bancaire. Je m'interrogeais par contre sur la taxation de ces "salaires". Peut-on rester dans une zone "grise" sans payer de charges et autres assedic dès qu'un euro est versé ?
  • Bonjour, ce système existe déja pour les velib: par exemple pour les gens qui déposent un vélo en haut d'une cote... Pour l'instant je ne vois aucune modification au niveau du manque et de l'affluence des vélos. Peut-etre que l'incentive n'est pas assez importante? Gilles S
  • L'incentive actuelle est en /temps de vélo/, pas en Euro.
  • Je vois une autre contrainte, de taille, mais je n'ai pas les éléments pour répondre à tout : si une entreprise paie un particulier elle doit le déclarer, non, ou au moins le contractualiser ? est-ce que ça en devient un employé ? Si le particulier touche de l'argent, c'est imposable, n'est-ce pas ? il doit le déclarer ? Si oui, l'entreprise dans ce cas doit lui envoyer une feuille résumant ce qu'elle lui a payé. Il me semble que dans ce cas ça commence à faire pas mal de complications pour déplacer des vélos ...
  • Pour tirer parti d'une innovation, il faut changer des règles ... (E. Goldratt). Oui, une dérogation à la loi pour des revenus inférieurs à 200€ par mois devrait être du domaine du possible ...
  • Non, ça doit déjà être possible. Par exemple en faisant une remise sur l'abonnement. Ou même sans abonnement. Ce n'est pas en emploi en tant que tel, c'est plutôt une rémunération pour service rendu. Comme quand le plombier vient chez vous. Il n'est pas sous contrat de travail.
    1. Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


      Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha