RH : Osez co-créer avec le Design Thinking

 

 

DTRH3

Le contexte

Après avoir créé un framework carrière adapté à tout profil, s’inspirant de personnages Marvel ou DC comics, notre souhait était de créer nos propres personnages dotés de « super-pouvoirs ».

L’idée de mettre en images répondait avant tout au besoin de représenter et partager l’identité commune des Octos.

Nous recrutons des héros potentiels tous les ans. Il fallait rendre plus visibles et parlants les niveaux du framework d’un seul coup d’œil.

C’est avec Renaud Castaing, notre référent Design Thinking chez OCTO, que nous avons choisi de conduire cette démarche.

La démarche

Le format d’ateliers en Design Thinking a été « designé » pour l’occasion et correspondait exactement à ce que nous voulions faire émerger : un univers commun.

Un univers qui parle à tous les Octos et qui fasse sens pour de potentiels Octos qui se posent la question de nous rejoindre.

C’est une méthode de recherche, un peu comme l’ethnobiologie du consultant ! On aborde une question via différents prismes jusqu’à pouvoir définir un concept, qui sera ensuite la base de la réalisation des personnages.

On s’appuie sur leur vision du métier, leur expérience du terrain, leurs anecdotes et les difficultés qu’ils peuvent rencontrer.

Les objectifs

Les ateliers ont été construits avec 6 objectifs :

    • Dépasser le contexte, explorer la notion de consultant OCTO, en impliquant tous les acteurs,
    • S’appuyer sur l’expérience terrain, en dépassant les « fonctions » de chacun,
    • Faire émerger la notion de « super-pouvoirs » faite de savoir-faire et de savoir-être,
    • Faire émerger un univers relatif aux caractéristiques exprimées,
    • Converger vers des éléments tangibles permettant à nos designers de les réaliser,
    • Créer, prototyper ces personnages et cet univers émergeant.

L’état d’esprit : une étape majeure

Le Design Thinking implique une certaine gymnastique intellectuelle, une forme de lâcher-prise. La créativité ou encore la recherche de concept, n’est pas forcément le réflexe des ingénieurs.

Il s’agissait ainsi de créer un climat de confiance totale et de pouvoir libérer les esprits de toute contrainte afin que l’essentiel émerge. Il ne s’agit pas d’appliquer une recette, mais de s’impliquer dans une démarche, et donc d’avoir un état d’esprit ouvert.

Les explications en amont de la part de Renaud nous ont permis d’impliquer les consultants à chaque fois et de les rassurer sur nos attentes à chaque rencontre.

Il fallait donner du sens, et exprimer le besoin de faire ensemble.

On combine donc confiance, liberté, créativité, empathie et intelligence associative pour marier des idées issues de domaines différents. On ne vise pas d’obligation de résultat, juste une mobilisation collaborative positive et optimiste. On ne vise pas un MVP que l’on enrichit petit à petit, mais plutôt un Minimum Wow Product sur lequel se grefferont les besoins relatifs à la marque employeur.

Une histoire de sens

Chez OCTO, les RH considèrent chaque salarié comme son meilleur « client ».

Cela signifie s’intéresser à la satisfaction du service rendu, personnaliser davantage la relation ou encore devancer leurs attentes. Et l’un des principaux sujets de préoccupation des salariés concerne la construction de sa carrière : comment puis-je me projeter à court, moyen ou long terme ? Quelles compétences devrais-je développer pour progresser ? Quelle voie emprunter ? Qui peut m’aider ?

L’outil qui peut les aider à répondre en partie à ces questions doit être facilement compréhensible et permettre des actions concrètes.

En donnant du sens et des perspectives d’évolution, le framework carrière aide à se projeter dans l’entreprise. Il sert également l’engagement et la fidélisation des collaborateurs.

C’est un peu la création d’une carte routière pour envisager son parcours dans l’entreprise.

Et pour cela, quoi de mieux que de réunir les acteurs concernés, de partager et de prototyper avec eux afin d’affiner cette représentation et lui donner corps ?

Comment s’y prendre : partageons ce qui nous départage !

La diversité des profils est primordiale dans ce genre d’atelier.

Aussi, pour chaque niveau (consultant et manager), nous avons réuni entre 3 et 6 profils différents. Des Octos de même niveau, mais tenant des rôles différents, présentant une ancienneté et des spécialités différentes : des tech, des profils conseil, des UX, …

Il était important de ne pas tomber dans le piège de l’analyse des “cartes de visite” des collaborateurs, c’est-à-dire de se limiter à leur poste, mais de se baser sur leurs intuitions croisées et leurs expériences.

Il faut recueillir leur perception commune de ce qui les lie à travers OCTO, et non ce qui les démarque les uns des autres. En deux mots, travailler sur le liant et non sur le poste.

Les ateliers prennent parfois une trajectoire différente autour des débats, du partage de l’expérience terrain, de la responsabilité en tant qu’Octo et en tant qu’individu. On y parle de culture, de notre why, de nos spécificités, et, au milieu de tout cela, on échange autour de ces fameux « super-pouvoirs ».

Les résultats

Les résultats sont de différentes natures et à plusieurs niveaux.

  • Les résultats « concrets » bien sûr, qui nous permettent de donner un reflet de la marque employeur puisqu’issus des Octos eux-mêmes. Un univers thématique annonçant des personnages combinés de « super-pouvoirs ». Cela reflète l’état d’esprit du niveau, mais aussi ce que vivent les consultants en mission. Le résultat est issu du cœur d’OCTO, « designé » à la pâte OCTO.
  • Deuxièmement, une expérience humaine, créative et libre sous le symbole de la confiance, et entourée de bonnes “vibes”. Des ateliers courts – une heure environ au moment du déjeuner – à taille humaine, sont propices au partage, à une pause dans une journée classique. On se prête au jeu de dire comment est un Octo sans se forcer à le décrire, mais en projetant ses ressentis et ses envies.
  • Troisièmement, une approche par analogie, pour redécouvrir qui on est, se reposer la question avec naïveté autour de cas de figures décalés. Ils devront quand même être soigneusement réfléchis pour faire écho aux réalités de la culture d’entreprise, et de l’image qu’elle véhicule.
  • Riche de ces trois éléments, le besoin de représentation prend un nouveau sens. C’est donc dans ce climat d’optimisme, gagnant-gagnant, que le travail de « design » se fait, pour matérialiser de façon concrète une certaine vision d’OCTO à travers ses consultants et leur passion pour leur métier.
  • Enfin, des outils et des consultants prêts à aller plus loin, en généralisant cette approche à des sujets plus larges autour de leur activité ou de la marque employeur.

Et après ?

En suivant sa route, ce projet définit ses propres règles mais garde son cap principal : donner du sens au framework carrière. Fidèle à notre WHY, les différents corps de métier d’OCTO (créas, consultants, RH) se sont rejoints pour construire ensemble ce projet. Les idées annexes émergentes viennent nourrir nos autres projets relatifs aux ressources humaines, ouvrent des débats, se mêlent à d’autres idées : la culture d’OCTO est franc-tireur. Cette initiative nous amène à croire que faire de son métier une expérience de relations humaines nous assure de créer de l’authentique.

Osons co-créer avec tous les acteurs et la méthode innovante du Design Thinking. Ce qui ressortira parlera vraiment de vous et de l’aventure de votre entreprise.