OCTO Technology accompagne Generali sur l’iPhone

Communiqué de presse OCTO, 03/02/10

Dévoilée à l’occasion du salon Patrimonia 2009 (les 1er et 2 octobre 2009), la première application iPhone de Generali a rencontré un franc succès. Elle a été récemment publiée sur l’AppStore. Pour développer cette application inédite, Generali a fait appel aux équipes d’OCTO, qui sont intervenues pour apporter leurs compétences en gestion de projet agile et en développement iPhone.

iNomineo, une application innovante pour les professionnels de la gestion patrimoniale

iNomineo permet aux CGP (Conseillers en Gestion de Patrimoine) de consulter pour chacun de leurs clients et pour chacun des contrats Generali souscrits par ses clients le montant de l’épargne atteinte, l’historique et le montant des versements, la performance des fonds et la répartition des placements.

Elle permet ainsi d’optimiser le travail des conseillers et de mieux les aider au quotidien en leur apportant, à tout instant et à n’importe quel endroit, les éléments d’informations nécessaires à l’arbitrage des placements de leurs clients. Grâce à iNomineo, Generali devient ainsi le premier acteur du monde de l’Assurance à lancer une application de consultation des placements en assurance vie dédiée à l’iPhone.

OCTO Technology a apporté ses compétences en développement iPhone et en mode de projet Agile

Particulièrement adapté à ce type de projets innovants, le pilotage agile a permis de réaliser dans un délai extrêmement court, moins de 4 mois, des applications répondant aux besoins client. La méthode de travail proposée par OCTO a permis de faire collaborer tous les acteurs nécessaires à la réussite du projet : les développeurs, les graphistes, les ergonomes et les métiers. Une version de l’application était ainsi présentée aux utilisateurs tous les 15 jours afin de valider avec eux son bon fonctionnement et recueillir leurs remarques et demandes d’évolution. Ce mode de fonctionnement a permis d’obtenir une forte satisfaction et une adhésion importante au projet de la part de tous les participants.

OCTO Technology a également participé à la réalisation technique en apportant ses connaissances en matière de développement d’applications iPhone et, grâce au partenariat établi avec Backelite, en ergonomie. Cette équipe multidisciplinaire a su être force de propositions en contribuant à l’amélioration de l’application (suggestions d’ergonomies, de design, etc.).

De l’idée à l’AppStore

Le positionnement d’OCTO permet à ses clients de bénéficier d’une offre bout en bout sur les projets iPhone et ainsi être accompagné de la naissance de l’idée jusqu’à la mise en ligne sur l’AppStore. Grâce à son savoir-faire historique sur les architectures, ses compétences en développement et en gestion de projets agiles, OCTO élève les projets iPhone pour les rendre matures et adaptés aux entreprises.

«Generali est engagé dans un vaste chantier de transformation dans lequel l’innovation, notamment technologique, joue un rôle majeur. Il faut bien sûr que cette innovation soit source de performance et de gains, par exemple en termes d’accessibilité ou de rapidité. Et c’est exactement dans cette direction qu’OCTO a su nous accompagner au travers de ses compétences techniques et méthodologiques » explique Xavier Boileau, Directeur Etudes Front, Architecture et Innovation à la direction Services Innovation et Outils de Generali. « Les architectes Octo ont facilité la bonne livraison du projet dans un contexte technique et fonctionnel réellement complexe. Ils nous ont ainsi permis de répondre non seulement aux enjeux de la mobilité mais aussi à ceux de la qualité de service que nos partenaires attendent »

Cette mission illustre parfaitement le savoir faire d’OCTO dans le domaine de l’assurance et la « m-assurance » et sa capacité à travailler sur ces projets très innovants, tant fonctionnellement que techniquement.

Tous les communiqués de presse OCTO sont disponibles sur notre site internet

Cet article a été posté dans Non classé et taggué , .

4 commentaires sur “OCTO Technology accompagne Generali sur l’iPhone”

  • Dommage que les applications soient publiées selon le bon vouloir d'Apple! Est il vraiment indispensable de disposer des widgets permis par un développement natif? Le seul angle sous lequel je vois un intérêt, c'est que les développements iPhone d'aujourd'hui seront à migrer vers du full web à l'avenir, on est pas prêt d'être au chômage. On se croirait revenu quelques années en arrière, comme quoi on a pas forcément retenu les leçons des développements client lourd...
  • "Dommage que les applications soient publiées selon le bon vouloir d’Apple!" Pas loin de la vérité mais un peu caricatural tout de même, tant que l'application respecte certaines règles connues le process de validation est rapide et sans heurt. A ce jour il est impossible d'obtenir le même niveau d'ergonomie avec du pur web. Tout dépend de ce que l'on veut pour l'expérience utilisateur, pas d'obligation de devoir faire un portage. (obligation par qui d'ailleurs ?)
  • Bonjour, Les applications ne sont pas publiées selon le bon vouloir d'Apple. Il y a certaines règles assez claires que l'on ne peut pas ignorer et qui conduisent à des refus. On entend beaucoup les développeurs qui se plaignent mais ils ne représentent pas 1% des développeurs iPhone. Si c'était si arbitraire que ça nous n'aurions pas un si fort succès sur la plateforme. Apple communique beaucoup plus sur les rejets d'applications et les raisons de ces rejets (l'affaire Google a du les faire changer). Il y a une page sur l'espace développeur qui évoque les cas "classiques" de refus. Pas plus tard qu'hier Apple a averti que l'usage de la position GPS uniquement pour localiser de la publicité était désormais sujet à refus. Les cas de rejets catégoriques (c'est à dire que le concept même est rejeté et pas un détail) sont très rares mais ce sont ceux dont on parle le plus ! Je crois que si l'AppStore a des applications de qualités c'est aussi parce qu'il y a un contrôle à l'entrée (comme en boite de nuit en sorte). Le modèle inverse (à savoir celui de Google) a souffert de sa permissivité (cas de fausses applications bancaires récupérant les informations de connexions) et je ne suis pas convaincu que ce soit le bon modèle. C'est d'ailleurs le seul, tous les autres stores ont une validation. Combien d'applications poubelles aurions-nous sur le store sans cette règle ? L'autre grief contre ce modèle est le temps d'approbation. On a tout entendu dessus. Récemment un client me disait qu'il avait entendu 8 semaines ! Les développeurs se plaignant de ça ont oublié de dire que dans ce temps Apple leur a demandé de modifier certaines choses et qu'il aura fallu 3 soumissions pour l'accepter ! Je ne nie pas les quelques cas d'oublis ou de retard que je n'ai pas pu vérifier et qui sont certainement vrais mais c'est à la marge. Sur plus de 20 soumissions d'applications tout au long de l'année dernière aucune n'a prit plus de 12 jours et la plupart 5 jours. Derniers indicateurs, nous avons publié OCTO Talks! et iDailyScrum! sur le store et elles ont été approuvées en moins de 40h. Depuis le début de l'année Apple a réduit le temps d'approbation de manière radicale mais silence, personne n'en parle ! Les choses changent vite mais on ne met en valeur que les points négatifs. Enfin, pour des entreprises il n'y a pas trop de risques de refus car les cas de rejet pur et simple de l'application sont liés à des concepts ou des usages extrêmes (duplication d'une fonctionnalité du téléphone, copie du carnet d'adresse et envoi, ...). D'autre part n'oublions pas que l'on peut mettre des applications sur les iPhone sans AppStore en usage interne à une entreprise. Sur le débat natif / web, je pense que c'est pertinent d'offrir une application native sur des projets sur lesquels ont veut séduire. Le natif permet tout de même d'offrir une bien meilleure expérience utilisateur que le Web (animations un peu léchées, multi-touch, réactivité, vidéo, boussole pour ne citer qu'eux). Ma conviction est que si l'on se lance sur un développement Web mobile, il faut surtout éviter de copier les composants natifs iPhone par exemple car ils ne seront pas dans l'esprit d'un Androïd, BB, etc. mais aussi parce que c'est très chronophage et contre-productif de redévelopper des composants à droite qui sont en standard à gauche ! Côté interopérabilité et retour en arrière, on est pas plus avancé en Web ! Les frameworks Web (JQTouch, ...) sont assez buggés (on en est au début et c'est prometteurs), certains sites font appel à des primitives des navigateurs (Safari par exemple) et ils ne font pas tous tourner le WebKit sur lequel se basent beaucoup de frameworks. Là aussi ont est comme au début Web. JFG
  • Merci pour ces retours très intéressant, c'est toujours un plaisir de vous lire.
    1. Les commentaires sont fermés.