OCTO Presents : Aryana Pezé ou comment rendre accessible le DevOPS par la BD

Consultante chez OCTO au sein de la tribu OPS depuis plus d’un an et demi, Aryana met en scène le DevOPS à travers ses BD. Partons à sa rencontre !

Peux-tu nous raconter ton parcours avant OCTO et chez OCTO ?

J’ai commencé par une école de commerce et je me suis retrouvée à faire du recrutement dans le secteur informatique, pour des postes de développeurs, data scientists, etc. Les personnes que j’ai rencontrées étaient tellement passionnées que ça m’a donné envie de travailler dans ce monde là ! J’ai fini par faire une reconversion pour devenir développeuse Ruby, une techno accessible quand on débute.

Je connaissais quelqu’un qui travaillait chez OCTO et qui adorait son entreprise. On m’a dit qu’il y avait un très haut niveau d’expertise, et une grosse communauté Ruby.
J’ai postulé sans trop y croire – étant donné que j’étais en reconversion. Mais j’ai eu la bonne surprise d’être prise ! J’ai compris que ce qu’on cherchait avant tout chez OCTO, c’était la motivation et la capacité d’apprentissage. Et ça, j’y adhère complètement ! Pour moi, ce n’est pas l’école qui nous apprend à être bon et efficace, c’est le terrain.
J’étais super contente ! Je suis passée par le programme Skool d’OCTO – où on nous apprend toutes les bonnes méthodologies de travail, où on peut améliorer son développement et monter en compétences en « binômant » avec des seniors en mission… C’était impressionnant, mais ultra formateur.

Et parmi tes talents, tu dessines !

Oui, j’ai toujours dessiné, et ça doit faire 10 ans que je me suis mise à la BD. Initialement, ça tournait surtout autour des jeux vidéos ; je nous mettais en scène en train de jouer, mes amis et moi.
Ensuite je suis partie en Erasmus et je n’avais pas Internet ! Du coup, je dessinais mes petites aventures du quotidien pour les partager ensuite avec mes amis.

Comment as-tu eu l’idée de faire des BD sur le DevOps ?

En arrivant dans la tribu Ops, je me suis rendue compte qu’il y avait beaucoup de notions très tech qui n’étaient pas claires pour moi.
En discutant avec d’autres Octos, je me suis aperçue que c’était aussi le cas dans d’autres tribus : le monde informatique est très vaste et il est normal de ne pas connaître toutes les notions et les technos si on n’a pas eu l’occasion de les rencontrer.
Du coup, je faisais surtout des schémas au début, pour me repérer et aider d’autres éventuels débutants. Petit à petit, j’ai voulu vulgariser mon métier.
Pour le Dev, j’ai l’impression que c’est plus facile de trouver des informations ou des méthodologies pour se former, quand on débute. Pour l’Ops, personne ne sait vraiment te dire par où commencer. C’est plus « Ops-cur », je ne sais pas pourquoi…
Tout est parti de là.

A lire : BD : le DevOPS c’est quoi

Comment choisis-tu tes sujets ?

Au démarrage, je me suis posée deux questions. Qu’ai-je besoin de savoir, si je souhaite avoir des bases en Ops ? Et par où puis-je commencer ?
Maintenant, je choisis le sujet de mes BD en fonction des planches précédentes, de façon à ce que le cheminement soit logique pour quelqu’un qui suit les BD régulièrement. Je m’appuie aussi sur mes collègues et mon entourage pour savoir si les planches sont claires et suffisamment simples et complètes.

Quel avantage vois-tu à passer par la BD, vs un compte-rendu sur une techno par exemple ?

Beaucoup ne prendront pas le temps de lire un CR !
J’ai commencé par faire des fiches sur Ansible et Terraform pour les gens qui souhaiteraient avoir les bases sur ces technos, et je me suis rendue compte qu’on ne pouvait pas résumer ça clairement avec du texte. J’ai donc décidé de changer d’angle d’attaque et de passer par le dessin sur des sujets plus généraux. Le dessin facilite énormément la transmission et la lecture : les gens y prêtent beaucoup plus attention et retiennent mieux.
Et j’aime bien dessiner en plus !

Quel type de retour as-tu eu ?

Ce qui est chouette, c’est d’avoir des retours de personnes de tout horizon ! Que ce soit ma famille, des dev’ ou OCTO Academy, notre centre de formation. Tous m’ont dit qu’ils avaient appris des choses, qu’ils pourraient s’en servir, et que c’était même utilisé chez certains clients dans le cas de propositions commerciales.
C’était vraiment l’idée, donc je suis contente !
Il y a eu aussi une belle réaction de la tribu. La démarche est constructive et positive, puisqu’on me fait des retours sur les informations qu’il peut manquer dans mes planches. Il y a pas mal de monde qui relit mes brouillons et du coup ça fait des débats !

Et après tout ça, est-ce que tu as réussi a avoir une définition de l’Ops ?

En quelques mots, mon métier c’est vraiment de m’assurer que la prod fonctionne de façon optimale et sécurisée, et que le site ne puisse pas tomber. Et si ça tombe, que l’utilisateur ne s’en aperçoive pas ! Je suis ainsi à la disposition des devs, pour leur faciliter le processus de déploiement et de mise en production.
En fait ce sont des choses qui ne se voient pas, ce qui rend notre métier parfois compliqué à expliquer – et c’est pour ça que certains Octos de la tribu Ops se retrouvent à dire tout simplement “on fait de la magie” !

Retrouvez les BD et articles d’Aryana sur notre blog !
BD : Introduction à Docker
BD : Introduction au réseau : les adresses IP
BD : Introduction au réseau : les adresses IP (partie 2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha