Microsoft Techdays 2010 (1/3)

Les Techdays sont l’occasion pour Microsoft de présenter chaque année à ses utilisateurs, du plus geek au plus boss, sa gamme de produits, d’outils sous forme de présentations, d’ateliers ou de retour d’expérience. Difficile de couvrir complètement cet événement tant l’offre de sessions est pléthorique, nous vous proposons donc, à travers une série de posts, sur les sessions que nous avions choisi et de partager avec vous notre ressenti.

Ce premier post revient plus particulièrement sur le lancement des nouveaux frameworks.

Les plénières

Avec la sortie de Windows 7 en fin d’année dernière et de celles d’Office, Visual Studio, du CLR 4, EntityFramework 4, d’ASP.net 4 et de Silverlight 4 en 2010, le programme des plénières se devait d’être copieux – sans parler la partie administration et déploiement de l’OS, les serveurs (SQLServer 2008 R2 …), Sharepoint et Azure. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela a surtout été brouillon notamment pour la première : une course effrénée pour en montrer le plus possible. Si je dois résumer en deux faits marquants, ce sera surtout sur … Office :)

Outlook conforte son rôle d’outil central dans la sphère Office.

Après les mails, les calendriers, les contacts, les aperçus des docs Office, il intègre dorénavant le « chat » + la présence de l’utilisateur et un micro-twitter (équivalent statut dans gtalk). Exchange dématérialise les messages vocaux pour les faire apparaître comme un mail dans la messagerie – idéal quand le collaborateur se déplace souvent car il a un seul point d’entrée pour gérer ses communications.  Et surtout Outlook implémente la notion de conversation … c’est vrai qu’il fallait l’inventer. Finalement, au collaboratif près, il ressemble un peu aux ambitions de Wave sauf qu’au moins je sais à quoi il sert.

Des outils plus collaboratifs

Puisqu’on parle de collaboratif, j’arrive au seul truc qui m’a donné envie d’acheter (tout de suite) Office, c’est la possibilité de travailler simultanément sur le même document !! Fini les merges de présentation. L’ensemble des produits Office sont disponible en version WebAccess (contre seulement Outlook aujourd’hui).

L’objectif est clair : concurrencer google apps pour les pro.

Session : Entity Framework 4

Si on regarde la session naïvement, on a l’impression de voir un outil formidable et innovant avec un grand nombre d’améliorations (lazy loading, approche code-first en plus de base first …). Sauf que NHibernate fait déjà tout ça. Cela laisse une impression plus que mitigée ; on va dire que le produit commence à être compétitif. Le designer saura peut-être s’attacher les faveurs des décideurs.

Sinon, on a abordé au cours de la session T4 qui est un outil présent depuis un moment dans VisualStudio mais qui en 2010 à l’avantage d’être plus facile d’accès. Il s’agit d’un outil permettant de créer des templates et donc de générer du code facilement (idéal pour certaines portions fastidieuses et sans valeur ajoutée). Reste à ne pas tomber dans l’excès du tout généré ; d’autant que comme il a été sorti des couches de présentation, il peut être appelé de manière totalement indépendante.

Session : ASP.net 4

Bon, au temps le dire tout de suite, ASP.net 4, seul, n’est pas une révolution.

Il n’en reste pas moins qu’il apporte un certains nombre d’améliorations sur la gestion des identifiants et du viewstate, les url friendly ou encore l’embarquement natif de bibliothèques de graphes assez sexy et paramétrables (génération dynamique d’images donc compatible tout navigateur).

Un effort fourni pour développer des applications aux standards du Web

Le développeur peut également choisir à partir de cette version le mode de rendu de son composant graphique. C’est à dire les balises HTML réellement générées ce qui simplifie la gestion des styles.

Il est à noter que, comme pour de nombreuses autres séances, les démos ont été faites sur Firefox, histoire de montrer la compatibilité des développements MS aux standards du web (et autres produits que IE).

ASP.net 4 couplé par exemple ASP.net MVC 2 (ou spring.net par exemple) fournit une solution assez élégante et rapide pour développer des applications Web.

Session : Nouveautés de WPF 4

La session a débuté très doucement en présentant des nouveautés qui relèvent plus de la correction de bug (i.e. Lisibilité des petites polices) et de la mise à niveau de WPF par rapport à Silverlight plus abouti dans certains domaines. En vrac, possibilité de Bitmap caching d’animations pour améliorer les performances d’un écran chargé, animations facilitées avec le EasingAnimations (les rendant plus « naturelles ») ou encore l’arrivée du VisualStateManager présent depuis longtemps dans SilverLight.

Les vraies nouveautés viennent en deuxième partie !

WPF4 s’intègre à Windows 7: des contrôles et fonctionalités font leur apparition pour améliorer l’usabilité en tirant partie des possibilités de l’OS (personnalisation des menus contextuels de la taskbar), support du multitouch (évènements et processors du framework Surface). Amélioration du binding qui supporte maintenant les DynamicObjects, et l’intellisense fait enfin son apparition dans le xaml pour les propriétés de binding !

Session : Sur le futur de XAML

XAML est le XML décrivant les composants graphiques de Silverlight et WPF. Dorénavant toute la mécanique a été extraite de ces deux produits pour en faire une DLL à part : objectif convergence. Objectif particulièrement important car elle est aussi utilisée avec Workflow Foundation (support pour l’instant des anciens workflow) et avec le XPS – le PDF like de Microsoft.

XAML, représentation XML unique d’un arbre d’objets

En fait, il faut voir XAML comme une représentation XML de n’importe quel arbre d’objets. On peut de manière extrêmement simple sérialisé/désérialisé des objets en XAML et bénéficier de tous les optimisations faites sur la composition des balises. Enfin, l’apparition intéressante de XAMLDom, parser interrogeable via du Linq, permet de faire du code concis et lisible et pour du XML c’est pas négligeable !

Session : Ergonomie des applications multi-touch

Avec la sortie de Windows 7 et de ses API multi-touch, cette session qui revient sur l’histoire du multi-touch (avec des réalisations datant des année 80), sur les possibilités offertes par cette forme d’interaction et surtout sur ses limites. La session allait au delà du multi-touch, avec l’évocation du projet Natal et des contrôles cérébraux. Très critique sur ces nouvelles formes d’interaction, qui sont, contrairement à ce qu’on pourrait penser en voyant l’engouement qu’elles suscitent, limitées, la session s’est attardée sur les limites de chacune.

Quelques illustrations, sur, par exemple, la précision impossible en multi-touch (essayez de faire du photoshop précis au pixel près avec vos gros doigts, pour voir), la fatigue inhérente à l’utilisation du projet natal (Minority report c’est bien, mais après huit heures, tu as des bras d’haltérophile), etc. ont permis de carder les limites de ces nouvelles formes d’interactions et, finalement, de se demander si le vieux couple clavier souris n’a pas encore de beaux jours devant lui.

Session : Sharepoint 2010 et Visual Studio 2010

Enfin ! C’est le sentiment principal. Avec les versions 2010, le développement Sharepoint est enfin intégré nativement à Visual Studio. Plus besoin de télécharger des add-ins et autres SDK dédiés, tout est dans la boite.

On trouve donc des modèles de projets dédiés Sharepoint dans Visual Studio 2010, des assistants pour faciliter les tâches courantes …

Session : Développement, suivi et tableaux de bord

Cette session présente EPM (Entreprise Project Manager), qui regroupe Microsoft Projet et le serveur associé. Conclusion principale : Project, c’est très bien pour faire du financier et des rapports pour les chefs, mais pour le développeur au quotidien, ça ne sert à rien.

L’intérêt principal de la session était dans l’exposé des passerelles possibles entre Team Fondation Server (et son utilisation dans le cadre d’une méthodologie Agile) et EPM. Une telle passerelle permettrait au développeur de travailler avec TFS et aux chefs d’avoir les données financières associées.

L’interopérabilité entre EPM et Excel 2010 a également été mise en avant, partant du constat qu’Excel est aujourd’hui l’outil majoritaire pour la gestion de projet.

A suivre …

Mick Philippon, Nicolas Raynaud, Olivier Roux.

2 commentaires sur “Microsoft Techdays 2010 (1/3)”

  • Merci pour ce résumé objectif !
  • Je pense que ...
    1. Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


      Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha