Medias sociaux et Web 2.0 : 3 questions à Fred Cavazza

Frédéric Cavazza, consultant indépendant et auteur du blog FredCavazza.net , présentera la session L’impact du Web 2.0 sur les standards de conception les 1er et 2 juillet prochains à l’Université du SI.

Voici 3 questions que nous lui avons posées pour en savoir plus sur le contenu de sa session.

  • D’où vient l’expression « media social », très entendue ces derniers mois? Quel est le premier media social ?

En fait cela fait plutôt des années que l’on parle de « social media », sauf qu’à l’époque nous appelions ça le « web 2.0 ». Pour résumer disons que « médias sociaux » est un terme qui résume bien la transformation que l’internet a vécu ces dernières années. Je pense que le premier média social doit être Wikipedia (lançé il y a 9 ans) car c’est le premier support collaboratif d’envergure.

  • De quelle(s) manière(s) les medias sociaux ont-il fait évoluer les sites web depuis les 3 dernières années ?

Ils ont apportés une « voix retour » à l’internet et surtout à des sites de médias traditionnels comme les portails de chaînes TV ou de journaux. Ils ont également permit la mise en relation de centaines de millions de personnes qui jusqu’à présent devaient se « contenter » de l’email ou de la messagerie instantanée pour tisser / conserver des relations en ligne.

  • Quel est l’avenir du media social, jusqu’où peut-il toucher l’entreprise?

Il n’y a pas réellement d’avenir dans la mesure ou le web est devenu social et qu’il n’y aura pas de retour en arrière : les médias sociaux sont le web d’aujourd’hui. Le monde de l’entreprise va lui aussi connaître sa révolution « sociale » avec l’émergence et l’adoption de plateformes sociales internes pour favoriser la fertilisation croisée, stimuler la co-création et donner plus de visibilité aux autorités de compétences.

Plus d’informations sur le site de l’événement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha