LIVE ACADEMY #3 On ne naît pas innovateur, on le devient

CR du webinar du 6 mai 2021 – 

Quand on pense innovation, nous avons tous en tête des visionnaires tels que Steve Jobs ou Elon Musk. Mais derrière ces figures emblématiques, combien d’inventeurs et d’innovateurs de génie restent méconnus ? S’il y a bien une certitude, c’est qu’il existe plusieurs types d’innovateurs et plusieurs chemins pour le devenir. En fonction du degré de maturité et d’avancement de vos projets d’innovation, les besoins en termes de compétences ne seront par ailleurs pas les mêmes.

> Vidéo du Live Academy « Innovation » (replay)

> Slides

Connaissez-vous Grace Hopper ou bien encore Heidi Lamarr ? Leurs noms ne vous évoquent peut-être rien mais chacune dans des domaines différents ont été à l’origine d’innovations majeures. Grace Hopper est une des figures des débuts de l’informatique. Elle inventa en 1951 le compilateur pour le premier ordinateur commercial aux Etats Unis puis un peu plus tard, le langage COBOL. Heidi Lamarr quant à elle, est née en Autriche en 1914. Après une courte carrière d’actrice de cinéma, elle rejoint les Etats Unis en 1937 et rencontre le pianiste George Antheil. Ensemble ils vont créer un système de codage des transmissions qui est à la base des technologies actuelles sans fil comme le Wifi ou le Bluetooth.

Ces deux exemples montrent qu’on n’a pas besoin d’être un Steve Jobs pour être innovateur. On croit souvent à tort que pour savoir innover, il faut être visionnaire, un bon communiquant, charismatique, pourquoi pas à l’occasion colérique. Mais le processus d’innovation est un processus dynamique qui requiert des compétences, une expertise et une sensibilité différentes en fonction des étapes franchies. Il n’y a pas de parcours type. La personnalité, l’envie d’apprendre, la capacité à anticiper l’évolution d’un marché sont aussi importantes que les compétences techniques.

Innover demande des compétences hybrides

stades de l'inoovation

En matière d’innovation, nous proposons une démarche issue de différentes approches comme le design thinking ou le lean start up. Pour qu’une idée devienne une invention puis une innovation, elle devra tour à tour, prouver son utilité et trouver son marché pour croître. Un inventeur n’est en effet pas forcément un innovateur. Pour le MIT, l’innovation est égale à invention multipliée par marché. Avoir une idée géniale même performante techniquement ne suffit pas pour réussir. Il faut dès le départ chercher à quel besoin elle répond et trouver les arguments qui aideront à convaincre les futurs utilisateurs. Autrement dit, en matière d’innovation, il faut s’intéresser au marché dès le départ.

Quatre phases peuvent être distinguées :

La phase d’exploration : je cherche des idées, je fais de la veille. Lorsque je sens qu’il y a une problématique à traiter, j’essaie de la valider par des entretiens, des benchmarks, des études de marché, des sondages ou en brainstormant à l’aide d’un processus d’idéation. L’idée est de dérisquer au maximum les différents volets : désirabilité, viabilité et faisabilité.
La phase d’expérimentation : je vais tester l’idée par des maquettes, des POC techniques (Proof of concept), des MVP (Minimum Viable Product) pour tester sur le terrain avec les premiers utilisateurs pour savoir s’il y a de la valeur.

Le profil de l’innovateur est ici plutôt celui d’un explorateur, d’un défricheur, celui qui ne craint pas de partir d’une feuille blanche pour poser des hypothèses, tester, se tromper, recommencer. Les compétences sont plus tournées vers le design, le produit puisqu’il s’agit de construire la vision et de poser les premières fonctionnalités de ce qui va être le cœur de la valeur que l’on veut ensuite développer.

A l’issue de ces deux premières étapes, on a en principe réussi à démontrer que l’idée de départ correspond bien à un besoin et qu’elle est génératrice de valeur. Elle a été testée sur un site pilote, avec des utilisateurs qui ont été convaincus. Alors, il est temps d’envisager le lancement sur le marché et l’optimisation.

La phase d’accélération : je cherche à gagner de la notoriété et des utilisateurs, je communique sur mon produit, je cherche à industrialiser pour passer à l’échelle. L’organisation et la taille de l’équipe augmentent.

La phase de pérennisation : on est lancé en vitesse de croisière, il faut s’intégrer à l’entreprise, chercher à optimiser les processus. Il est alors recommandé de constituer un comité d’innovation et d’investissement pour refinancer progressivement l’innovation, à chaque étape de croissance en fonction des résultats obtenus dans les phases précédentes (exploration, expérimentation et accélération).

La dimension business est donc essentielle dans ces deux dernières phases. Elle nécessite des profils orientés business modelling qui savent concevoir et construire un business plan pour voir si un produit est viable économiquement. On retrouvera par exemple des profils de product manager et de product owner qui ont une vision produit ou bien des spécialistes du storytelling capables de raconter l’histoire du produit pour embarquer les gens et les engager (clients, partenaires, collaborateurs). Des compétences en management seront également nécessaires car à la petite équipe des débuts succède une équipe organisée en département.

Quel type d’innovateur êtes-vous ?

L’innovation fait donc appel à des compétences différentes selon l’avancement du projet : les premiers stades consistent à trouver une idée pour résoudre un problème puis à tester une solution. Ensuite, une fois votre idée validée, vous allez chercher à la faire grandir et à la rendre incontournable sur le marché. Il est rare qu’une même personne puisse tout faire et gérer ces différentes étapes. C’est pourquoi il est essentiel de savoir où vous vous placez, où sont vos principales compétences et comment vous pouvez les compléter.

Il est fréquent de tomber sur des histoires d’intrapreneurs qui adorent lancer une idée, un nouveau projet mais préfèrent ensuite passer la main pour la partie marché à quelqu’un d’autre, soit qu’ils n’en ont pas envie soit qu’ils n’ont pas les compétences pour le faire. Votre personnalité forge pour partie votre profil d’innovateur. La bonne nouvelle est qu’il n’est pas indispensable d’être égocentrique, charismatique, visionnaire, créatif…. pour devenir innovateur. Votre personnalité et ce que vous aimez faire, compte beaucoup. Du coup, vous pouvez vous positionner plutôt sur la phase amont ou sur celle de croissance. Mais, nous l’avons aussi constaté à de nombreuses reprises au cours de nos missions : les gens changent si on leur donne l’opportunité de le faire.

Le site WE ARE ENTREPRENEUR propose une sorte de test de personnalité permettant de définir de façon ludique, quel type d’entrepreneur êtes-vous ?

profils d'entrepreneurs

Les entrepreneurs visionnaires
Dans cette catégorie, on retrouve par exemple, le détecteur, celui qui adore être en veille, chercher des opportunités, faire de la recherche utilisateurs, les comprendre. Il y a ensuite l’innovateur, l’inventeur, celui ou celle qui va être vraiment orienté sur la recherche d’une idée originale à partir des problèmes révélés par le détecteur. Et puis, il y a le développeur. Là on ne parle pas du développeur technique, informatique mais de celui qui va développer l’idée, un peu product Manager, avec une vision stratégique produit.

Les entrepreneurs réalisateurs
Le scénariste c’est le celui ou celle qui va planifier, qui va coordonner, définir un plan projet pour coordonner les acteurs. Dans les réalisateurs, on trouve également celui que l’on pourrait appeler l’acteur, celui qui va créer le produit. Typiquement ce peut être le réalisateur technique, les développeurs et ceux qui vont aussi faire le business development, le marketing. Il y a enfin l’ajusteur, qui va être plutôt là pour l’optimisation en phase de pérennisation, notamment pour trouver le bon modèle économique.

Les entrepreneurs animateurs
Enfin dernière catégorie : les animateurs. Ce sont ceux qui sont plutôt dans le lien avec les autres. Il y a le leader qui embarque les personnes en ayant recours par exemple au storytelling ; le facilitateur, c’est celui qui va créer les liens avec les différentes parties prenantes. Ce peut être dans l’équipe mais ce peut être aussi en dehors de l’équipe afin de créer des connexions avec l’écosystème, avec le management ou avec d’autres entités, des partenaires extérieurs, clients… Et puis, il y a le coach. C’est celui qui ne va pas faire directement mais qui va aider à faire, qui va apporter une méthodologie pour cadrer le sujet, pour permettre aux personnes de travailler efficacement.

Au cours d’un processus d’innovation, nous avons donc différentes phases qui demandent des compétences spécifiques et d’autre part, des profils qui s’affirment en fonction non seulement d’une expertise métier mais aussi de personnalités. L’enjeu sera donc de faire correspondre besoins et compétences existantes dans votre équipe d’innovation et surtout, le cas échéant, identifier les manques, les nouvelles compétences à développer.

Développer l’esprit entrepreneurial

Accompagner votre collaborateur dans la voie de l'entrepreneuriat

Il ne sera pas toujours aisé de rassembler toutes les compétences que nous avons évoquées : compétences métiers, design, techniques et business. Il vous faudra donc identifier celles sur lesquelles vous êtes bons et celles sur lesquelles un complément est nécessaire. Différents formats vont vous permettre de développer l’approche entrepreneuriale dans l’entreprise et révéler de nouvelles compétences.

Nous expérimentons régulièrement ces différents formats, ils font partie des choses qui marchent le mieux pour donner confiance et faire monter en compétences les nouveaux innovateurs. Citons par exemple le bootcamp qui sera très utile pour embarquer l’équipe et enseigner toute la méthodologie au départ.

Pendant l’incubation, la formation et le coaching, différents formats de webinaires, d’ateliers de mise en pratique, de coaching d’équipe ou individuel seront très utiles pour faire monter en compétences.

Il sera également indispensable que celui qui aura développé le mindset entrepreneurial et une expertise métier tournée vers l’innovation puisse voir ces nouvelles compétences reconnues et pérennisées. Pour beaucoup de ceux que nous accompagnons, le changement est profond, ils ont souvent l’impression de se réaliser à travers cette nouvelle expérience. Pour eux, revenir à leur poste initial serait pour le moins déconcertant et profondément démotivant.

Si vous devez piloter un projet d’innovation, il sera donc utile que vous vous interrogiez sur le type d’innovateur que vous êtes mais aussi de vous faire accompagner ou de vous associer avec d’autres personnes dans l’entreprise pour trouver les compétences qu’il vous manque. Cela rassure également les managers que d’avoir une équipe complémentaire pour porter le projet. Malgré cela, des gaps peuvent encore exister, des choses rester à apprendre. C’est alors par le biais de la formation que vous allez pouvoir développer votre expertise.

Le Parcours Innovation Product Manager

OCTO Academy propose un parcours de formation centré sur la démarche entrepreneuriale pour apprendre à créer et lancer des produits innovants de bout en bout. D’une durée totale de 12.5 jours sur 6 mois, il est organisé en 6 modules pour vous permettre d’intégrer à votre démarche d’innovation, des compétences de design d’expérience, de business modelling, de storytelling, de growth ainsi qu’une découverte des principaux outils no code pouvant être utilisés notamment lors de la conception de votre Minimum Viable Product – MVP. Au terme des 6 modules, vous présenterez en soutenance devant un jury votre pitch de projet et votre démarche d’innovation.

Ressources complémentaires

> Kit Canvas : Une idée de nouveaux business mais vous ne savez pas comment démarrer ? Nous avons réuni dans un kit tous les canevas que nous utilisons dans nos ateliers pour faire atterrir la création de nouveaux business dans les grands groupes.


> Découvrez nos OCTO Pills
, une collection d’anecdotes sur les histoires inspirantes du design et de l’innovation, des histoires ludiques pour illustrer les principes de notre méthodologie #design et #innovation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha