Lettre aux Keynotes de l’Université du Système d’Information

L’état de notre vision telle que nous l’avons partagée avec Neil Armstrong, Michel Serres, Eliyahu Goldratt, Bjarne Stroustrup .. et Jim Mc Carthy !

Eliyahu Goldratt montre que nous ne pouvons obtenir de la valeur d’une innovation, les TIC en étant une, à moins de briser d’anciennes règles, qu’elles soient explicites ou implicites.

Michel Serres précise à quel point il est difficile de se débarrasser de telles règles, puisque, pour imparfaites soient-elles, elles nous ont apporté ce que nous avons/sommes aujourd’hui : médecine, système éducatif ou avions. Cet abandon est difficile car nous craignons de perdre quelque chose, tandis que les résultats de l’innovation sont toujours imprévisibles.

Il nous semble que nous ne gérons pas efficacement ces conflits légitimes entre innovateurs et conservateurs, ce qui conduit nos civilisations à grandir par à coups.

Eliyahu Goldratt suggère que la création de valeur des innovations peut être mesurée, et permettre ainsi des contrats entre organisations plus vertueux que la plupart de nos contrats actuels, fondés sur les dépenses.

Bjarne Stroustrup s’est trouvé limité dans sa production de logiciels et a décidé de créer un nouveau langage utilisé aujourd’hui par la plupart des logiciels les plus fantastiques, ce langage nous fournissant le dialogue le plus universel entre humains et machines.

Jim Mc Carthy était lui limité dans sa gestion de grandes équipes par les coûts élevés qu’induisaient l’utilisation du talent des autres. Il a ainsi inventé un protocole de communication entre humains, leur permettant de rester dans un état de vision partagée, quelles que soient leurs différences.

Enfin, Neil Armstrong a démontré que l’homme pouvait définitivement accomplir, malgré le scepticisme général, n’importe quelle vision clairement enoncée : un homme sur la Lune.

A ce stade, notre vision est donc de fluidifier l’innovation, en délivrant plus vite des logiciels simples, peu coûteux et transparents, qui permettent à ceux qui les construisent comme à ceux qui les utilisent de s’accomplir, de progresser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha