Le demi-cercle (épisode 51 — Fruits pourris)

 

@OlegTxl Direct Message
salut Oleg qu’est-ce que tu dirais de déjeuner dans nos parages ? Ou bien on passe chez vous ?

Avec plaisir. Je serai en bas de chez vous vers 12:30
Cool.

 

Onze heures. Tu annonces :
– Oleg passe vers midi et demie, si ça vous dit de déjeuner…

Jérémie, assis à côté de toi, feuillette une vieux cahier à spirales dont il tourne nerveusement les pages. L’encre bleue, effacée par endroits, semble indéchiffrable. Il dit :
– J’aurais pourtant juré que l’info se trouvait quelque part là-dedans.

Tu dis :
– Ce n’est pas ton habitude d’écrire dans des cahiers… On dirait que celui là a fait son temps.
– Ce n’est pas mon cahier. Je l’ai récupéré de mon prédécesseur lorsque je suis arrivé ici. Tu ne vas pas me croire mais ce cahier m’a sauvé la vie plusieurs fois.
– Tu aurais dû le scanner lorsqu’il était encore lisible…
– Jamais pris le temps, mais merci du conseil.
– J’imagine qu’il n’est pas possible de contacter la personne qui a pris ces notes…

Jérémie éclate de rire :
– Il est parti trois semaines avant que j’arrive. Je pense que même le D.R.H n’avait pas son téléphone.
– Hmmm.
– Mais cette information existe quelque part, j’en suis sûr.
– Tu sais, au pire, on peut s’en passer. Il suffirait de scruter le module GestRulesManager, la version 1.3 ou bien la 1.2

Hugo, sans quitter son écran des yeux, remarque :
– Scruter, ok, mais alors vite.
– Ben oui.
– Non, parce que la dernière fois que j’ai ouvert ce code, eh bien ça sentait le moisi.

Jérémie, que les métaphores agacent, déclare :
– C’est une base de code, pas un garde-manger.
– Si tu veux. N’empêche, dans ce module, tu as dix code smells par page.

Tu te tournes vers Hugo :
– Tu es sur quoi, là maintenant, Hugo ?
– Je cherche une caméra pour mon petit frère qui veut en fixer une sur son skate.

Jérémie lève les yeux au ciel. Il déclare :
– Bon. Il n’y a rien dans ce cahier. Ou bien j’ai dû arracher la page.

Hugo dit :
– J’arrive. On va regarder ce module. Puisque vous y tenez tant que ça.

Audrey entre dans le bureau, pose son ordinateur à sa place et demande :
– Vous ne savez pas la nouvelle ? Il paraît que l’application part en infogérance !

Tu te retournes :
– Quelle application ?
– XXL, évidemment ! Il demande quelle application…

Jérémie demande :
– Comment tu le sais ?
– Charlène m’a dit que c’était en cours de discussion entre les Ventes et Jean-Bernard.

Hugo déclare :
– Impossible. Mais en infogérance où ça ?

Mais pourquoi ?


12h45. À la brasserie du coin, l’atmosphère est comme à l’habitude, bruyante et survoltée, en dépit des vacances. Les commandes ont été prises, et servies.

Oleg : Bon appétit ! Et Farid n’est pas avec vous ?
Toi : Merci. Il est en congés.
Hugo : Ou bien il est en train de se chercher un nouveau poste.
Jérémie : Il ferait bien, note.
Oleg : Ah bon ?
Audrey : Tu n’es pas au courant, c’est vrai. Notre application part en infogérance.
Toi : Partirait en infogérance.
Oleg : Ah bon ?
Jérémie : Tu as raison, pour l’instant rien de confirmé.
Oleg : Mais, qu’est-ce qui a changé ?
Audrey : Va savoir…
Hugo : Je vous dis que ce n’est pas possible.
Audrey : Remarque, Hugo, tu pourrais en savoir plus… Il suffirait d’aller parler…
Hugo : Pas besoin d’aller lui parler, c’est impossible, je vous dis.
Audrey : Peut être que Farid a eu des infos incidemment, et qu’il a pris les devants. Si ça se trouve il est déjà parti, parce qu’il a eu des indications comme quoi la Direction ne garderait pas notre équipe en place.
Jérémie : Pourquoi pas. Il peut valoriser l’expérience acquise sur XXL. C’est peut-être le bon moment, en fait.
Toi : Stop. On n’en sait rien.
Oleg : Encore une fois : qu’est-ce qui s’est passé ? Un changement important ?
Hugo : Oui : le succès. On n’a jamais été aussi rapides, et fiables, en plus. C’est pour ça que toute cette histoire d’infogérance me paraît bidon.
Toi : Maintenant que j’y pense, c’est peut-être pour cette raison que Jean-Bernard était si pressé de connaître nos recettes, et de reproduire le succès : c’est parce qu’il sait que cette équipe va bientôt disparaître en tant que telle.
Oleg : Si c’est vrai, est-ce que vous avez voix au chapitre, au moins une chance de donner votre avis sur cette décision ?
Jérémie : Pourquoi est-ce qu’on aurait cette chance ?
Toi : Pourquoi pas ? Est-ce que nous ne sommes pas censés communiquer nos idées si nous pensons qu’elle peuvent améliorer la productivité ?
Jérémie : Le problème, c’est que la Direction voit ce que le développement coûte, mais pas tellement en quoi la façon dont on travaille représente un avantage.
Audrey : Surtout si on lui affirme qu’il n’y a pas vraiment de recette.
Oleg : Comment ça pas de recette ?
Jérémie : Oh il y a des recettes, manifestement, si on entend par là des choses à faire et des choses à ne pas faire. Le hic, c’est que tout ça prend du temps.
Oleg : Et donc tu penses que votre Direction n’est pas consciente du temps que cela prend ?
Jérémie : La Direction, les clients, tous prennent des décisions sans vraiment comprendre ce qui se passe dans le code de l’application.
Audrey : Évidemment. C’est déjà beau si nous, nous arrivons à le comprendre…
Oleg : Tu veux dire que si la Direction ne sait pas expliquer pourquoi ça ne marche pas, elle ne saura pas mieux expliquer pourquoi les choses vont bien ?
Jérémie : Au final, ce n’est que cela : du code. N’importe quelle société peut débarquer et faire une estimation de coût sur la reprise du code. À quelle aune est-ce qu’on mesure ce patrimoine ?
Hugo : N’empêche, ça n’a pas de sens, vu que ce projet marche de mieux en mieux.
Jérémie : On commence tout juste à s’en sortir, mais le projet a été dans le rouge trop longtemps, et ce qu’on a commencé à faire il y a six mois ne produira pleinement ses bénéfices qu’à moyen ou long terme.
Hugo : Peut-être…
Jérémie : Tandis que ce que le prestataire propose, c’est une réduction des coûts, et elle est immédiate.
Hugo : Est-ce qu’on n’est pas les mieux placés pour améliorer tout ça, y compris les coûts ?
Jérémie : Eh bien on a eu une chance de l’améliorer, mais maintenant on dirait qu’il est trop tard.
Hugo : Mais c’est absurde. Ceux qui vont reprendre ce code ne pourront rien en faire avant des mois !
Oleg : Est-ce que vous ne pourriez pas persuader votre Direction qu’XXL ce n’est pas seulement du code, mais du code plus un contexte, avec des personnes et leur pratiques, et que changer une de ces variables pourrait bien aggraver le coût de maintenance en fait ?
Audrey : Bonne chance…
Oleg : Peut-être que la Direction présume à tort que toutes vos connaissances et votre savoir-faire sont passées dans le code.
Audrey : C’est absurde.
Jérémie : Dans un sens, c’est vrai.
Audrey : Mais non. Le code c’est juste un truc qui tourne dans un ordinateur. Ce qui a de la valeur, c’est ce qui s’est produit pendant tout ce temps entre nous, et avec nos P.O.s et nos utilisateurs, ainsi que les testeurs. Tout ça a pu faire que le code tourne correctement, qu’il rend service, et que nos clients sont d’accords pour le faire tourner dans leur ordinateur.
Jérémie : Euh, techniquement, ce n’est pas leur ordinateur…
Audrey : Techniquement, ça n’a aucune importance ! Tu vois parfaitement ce que je veux dire ! Pourquoi est-ce que tu t’entêtes à rectifier tout ce que je dis ?! C’est fatiguant !

Silence.

Jérémie : Peut-être parce que c’est tout ce que je sais faire…
Audrey : Qu’est-ce que tu racontes ?
Jérémie : Rectifier.
Toi : Hugo, est-ce que tu ne pourrais vraiment pas parler à ton oncle ?
Audrey : Mais, non. On va tous voir Jean-Bernard.
Toi : Oui.
Jérémie : OK.
Hugo : Voilà.
Audrey : Ça suffit ce mystère. On en parle depuis deux heures et demie. Ça ne rime à rien.
Oleg : Wouah.
Le serveur (s’approche de la table et ramasse les assiettes vides) : Et avec ça est-ce que vous prendrez des desserts ?


(à suivre)
Episodes Précédents :
1 — Si le code pouvait parler
2 — Voir / Avancer
3 — Communication Breakdown
4 — Driver / Navigator
5 — Brown Bag Lunch
6 — Conseils à emporter
7 — Crise / Opportunité
8 — Le Cinquième Étage
9 — Que faire ?
10 — Soit… Soit…
11 — Boîtes et Flêches
12 — Le prochain Copil
13 — La Faille
14 — Poussière
15 — L’hypothèse et la Règle
16 – Déplacements
17 — Jouer et ranger
18 — Arrangements
19 — Mise au point
20 — Expérimentation
21 — Échantillons
22 — Non-conclusions
23 — Non-décisions
24 — Épisode neigeux
25 — Fusions et confusions
26 — Débarquement
27 — Tempête
28 — Embardée
29 — Aménagement
30 — Interruptions
31 — Normalisation
32 — Outsiders
33 — Fabrication
34 — Observation
35 — Perturbations
36 — Conclusions
37 — Nouvelle Donne
38 — Transaction
39 — Mutation
40 — Exclusion Mutuelle
41 — Préemption
42 — Démonstration
43 — Conversation
44 — Exception
45 — Explications
46 — Télescopage
47 — Négociations
48 — Plaques tournantes
49 — Cocktail
50 — Fruits inaccessibles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha