Le backlog est vivant, il bouge avec des feedbacks (épisode 1 – synopsis et glossaire)

Charlotte a 2 enfants, Théo 18 ans et Léa 14 ans. Tous les 3 sont de grands admirateurs de la culture japonaise : les mangas japonais et la cuisine japonaise. Ils sont déjà allés au Japon tous ensemble et veulent y retourner. C’est tout naturellement que Théo et Léa commencent l’apprentissage du japonais. Leur apprentissage est autodidacte, c’est Léa qui s’en sort le mieux, elle est très assidue. Son apprentissage a l’air facile, elle suit les vidéos du YouTubeur Julien Fontanier qui a beaucoup de succès. Charlotte est curieuse, elle regarde donc une de ces vidéos. C’est effectivement très bien expliqué. Charlotte décide à son tour d’étudier le japonais, et s’abonne à la chaîne YouTube. 

Les cours sont agréables et Charlotte enchaîne les leçons.

À partir de la dixième leçon, le YouTubeur est très insistant sur l’auto apprentissage en dehors des cours, il répète : « apprenez vos kanas ! ». Il explique que la maîtrise des kanas est un prérequis indispensable et qu’il a plusieurs fois observé que les élèves qui décrochent sont ceux qui ne maîtrisent pas leurs kanas.

Effectivement, Charlotte a de plus en plus de mal à suivre les leçons et doit finalement suspendre les vidéos YouTube pour travailler ses kanas.

Elle a regardé les applications du marché et les a trouvées trop denses, voire trop compliquées. Elle veut juste des devinettes. Elle souhaite respecter l’intention du senseï (le professeur YouTuber) qui conseille sa méthode pour maîtriser les kanas.

Il dit : “apprenez les cinq premiers kanas, quand vous les maitrisez, passez aux cinq suivants et révisez les dix en même temps”. Comme elle est informaticienne, elle a l’idée de réaliser une application pour apprendre facilement les kanas.

Son application doit permettre exactement ceci.

Le besoin est simple : construire un quiz de kanas, regroupés par leçons, faire deviner soit un kana (l’écriture japonaise) soit un romaji (l’écriture latine).

ka
un kanason romaji

Elle imagine tout de suite une utilisation mobile, pour pouvoir s’entraîner en toutes circonstances.

Elle se lance donc dans la réalisation de son application qu’elle nomme “Apprendre les kanas”.

Par curiosité, elle demande à sa fille comment elle a fait pour dépasser ce stade, puisque Léa maîtrise ses kanas. La réponse de Léa l’amuse : 

« C’est simple, j’ai écrit sur une feuille blanche les kanas de la ligne 1 dans leurs versions romaji et kana. Puis j’ai tout découpé et je les ai mis dans une boîte. Je mélange, et je devine. Quand j’ai fini la ligne 1 j’ajoute les kanas de la ligne 2 et je recommence. »

Charlotte a souri, parfois il n’y a peut-être pas besoin de logiciel :) Elle se rassure en se disant que sa solution logicielle est portable et la boite non. 

Bon, du coup, c’est simple.

Un quiz, des devinettes, des leçons qui s’accumulent.

Elle sait bien qu’il ne faut pas faire compliqué, des années d’expérience dans le développement de logiciels lui ont forgé une conviction : un produit qui ravira ses utilisateurs est un produit simple et efficace.

Elle formalise l’intention de son produit, écrit les premières idées et les priorise.

L’intention du produit est la suivante : 

IL ÉTAIT UNE FOIS un monde où les étudiants veulent apprendre tous seuls le japonais

CHAQUE JOUR ils regardent des vidéos YouTube

MAIS UN JOUR ils sont largués, car ils n’ont pas une maîtrise parfaite des kanas

À CAUSE DE ÇA, les cours YouTube deviennent difficiles

À CAUSE DE ÇA AUSSI, ils se découragent, certains abandonnent même

JUSQU’À CE QUE FINALEMENT l’application “Apprendre le japonais” soit créée, un quiz qui leur permet d’apprendre facilement les kanas, de les maîtriser et finalement de continuer les leçons de japonais

Elle rédige ses idées à développer.


Glossaire

Backlog : c’est le carnet de produit, l’endroit où sont écrites les idées à réaliser.

Hiragana : cet alphabet est principalement utilisé pour les mots japonais.

Katakana : cet alphabet est principalement utilisé pour les mots étrangers.

Feedbacks : retours.

Kana : syllabe de l’alphabet japonais.

PO (Product Owner) : c’est le propriétaire du produit, ainsi que le représentant des utilisateurs.

YouTubeur Julien Fontanier : artiste vidéaste qui publie sur la plateforme YouTube. Il est le créateur de “Cours de japonais !” https://youtu.be/Hs8oR3xDokA

Julien Fontanier a financé son projet sur la plateforme Ulule : https://fr.ulule.com/japonais-saison3/

Retrouvez-le sur les réseaux sociaux : 


épisodes :

1 – synopsys et glossaire

2 – pour découvrir le produit, il faut le construire

3 – le développeur en piste

4 – les utilisateurs seront ravis

5 – le backlog bouge

6 – le backlog bouge encore

7 – la PO n’est pas certaine, elle pourrait aller plus vite

8 – c’est un succès

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha