La blockchain : au-delà du Produit Minimum Viable (MVP), l’Écosystème Minimum Viable (MVE)

Le développement de solutions blockchain implique la co-construction d’écosystèmes d’entreprises, ou de réseaux d’acteurs. Cet article présente tout d’abord une rétrospective et une définition du concept d’écosystème d’entreprise et conclut par l’introduction de la notion d’Écosystème Minimum Viable (MVE). Par la suite, l’importance d’une démarche de MVE en amont et en parallèle du développement d’un Produit Minimum Viable (MVP) dans un projet blockchain est soulignée.

Écosystème d’entreprise : rétrospective et définition

Le concept d’écosystème d’entreprises a été introduit dans un article de James F. Moore (1993) publié dans le Harvard Business Review. Dans cet article, un premier cadre est proposé afin d’analyser les interactions entre entreprises d’un angle de vue élargi allant au-delà de la simple logique concurrentielle, en y intégrant des logiques de coopération. Selon Moore, le développement d’écosystèmes d’entreprises est caractérisé par une démarche d’innovation collective et ouverte entre plusieurs acteurs aux compétences variées et complémentaires. À travers l’analogie biologique, il souligne l’interdépendance entre les acteurs de l’écosystème qui contribuent au processus d’innovation et sa structure hiérarchique dominée par un ou plusieurs acteurs.

Cependant, les travaux de Moore n’abordent pas directement le rôle des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) qui s’avèrent pourtant être une composante essentielle des écosystèmes d’entreprises car elles supportent et favorisent l’innovation collective.

Depuis l’essor des TIC dans les années 2000, l’écosystème d’entreprises prend une autre dimension et le concept de stratégie de plateforme fait son émergence. Il se caractérise par un rassemblement d’acteurs autour de spécifications techniques (interfaces, protocoles, standards) souvent définies par une entreprise dominante. Ce nouveau genre d’écosystème prend la forme de réseaux, au sein desquels les produits et les services résultent d’une collaboration entre acteurs hétérogènes.

Fondamentalement le développement d’un écosystème d’entreprises s’inscrit dans “une démarche holistique d’intégration et de réconciliation de travaux disparates afin d’atteindre un objectif commun : accroître la valeur de leurs offres aux yeux des clients” (Isckia, 2011). Il regroupe plusieurs compétences essentielles : techniques, commerciales et organisationnelles.

Les relations entre les acteurs d’un écosystème d’entreprises sont complexes et traduisent un mélange de coopération et de compétition : la coopétition, concept introduit en France par Nalebuff B. et Brandenburger A. (1996). Un écosystème d’entreprises est dynamique, son périmètre évolue au gré des coalitions entre entreprises, il soulève donc des questions fondamentalement stratégiques.

Bien que le terme d’écosystème d’entreprises soit rentré dans le langage managérial courant, ses implications et ses enjeux restent peu connus, les travaux académiques dans ce domaine étant limités.

Dans son livre The Wide Lens (2013), Dr Ron Adner professeur en innovation, en stratégie et en entrepreneuriat au Dartmouth College, propose une nouvelle approche “holistique” de co-création de valeur entre entreprises. Voici quelques exemples de méthodes et d’outils qui y sont exposés :

  • L’innovation risks framework a pour objectif de définir en amont les risques liés à l’exécution d’un scénario, des relations entre co-innovateur et des prérequis de la chaîne d’adoption.
  • La blue print map permet de tracer les liens entre les acteurs d’un écosystème.
  • La first mover matrix permet d’évaluer les avantages pour une entreprise d’initier une démarche de co-innovation.

Dans son dernier chapitre “Winning the Game”, Adner introduit le concept d’Écosystème Minimum Viable ou MVE comme étant “la plus petite configuration d’éléments pouvant être regroupés afin de créer une proposition de valeur commune”. Il propose une démarche autour de ce concept afin de faciliter le processus de co-innovation interentreprises.

La blockchain : l’écosystème avant le produit

Le développement d’une solution blockchain sous-entend une multiplicité d’acteurs faisant partie d’un même réseau, plus précisément d’un même écosystème (Lewrick M. & Di Giorgio C., 2018). Il ne s’agit pas seulement de maîtriser de nouvelles technologies, une entreprise doit également repenser son rôle sur le marché, ses flux de valeurs et son écosystème existant. C’est une démarche complexe dans lequel de nombreux éléments doivent être (re) conçus. Il est crucial de se rapprocher des travaux déjà réalisés dans le domaine des écosystèmes d’entreprises.

Des initiatives dans la finance et la logistique ont utilisé avec succès les principes d’une démarche de MVE pour mettre en production des projets blockchain innovants. Cette démarche intervient en amont et en parallèle du projet. Dans un premier temps, elle est centrée autour de l’identification des bons acteurs, de la persuasion de ces mêmes acteurs à rejoindre l’initiative et de l’alignement de cet écosystème naissant autour d’une proposition de valeur et d’une vision commune. Dans un second temps, il convient de structurer la solution par itération, développer un business modèle commun ainsi qu’un modèle de gouvernance. Un écosystème d’entreprise bien conçu bénéficie de manière équitable à l’ensemble des acteurs.

L’objectif d’une démarche de MVE est de sélectionner le minimum d’acteurs nécessaires au lancement d’un projet blockchain et de progressivement étendre le cercle à l’ensemble des acteurs d’un écosystème. Ainsi, en limitant le nombre d’acteurs, la complexité est réduite. Il est donc plus aisé de tester par itérations successives différents scénarios établis. Des méthodes s’inspirant d’UX permettent de faciliter le prototypage et le design d’un nouvel écosystème.

À l’instar d’une démarche de MVP qui tend à rapidement tester des hypothèses de fonctionnalité d’un produit. La démarche de MVE permet de rapidement tester des scénarios de composition d’un écosystème. Le développement de produits et de services n’étant que le résultat de l’alignement et de l’évolution du MVE.

À noter que le développement d’un POC (Proof Of Concept) ou d’un MVP peut à tout moment être enclenché pendant cette démarche, notamment lorsqu’il est nécessaire de prouver une hypothèse technique en interne ou auprès d’autres acteurs de l’écosystème.

Le livre Live from Crypto Valley : Blockchain, crypto and the new business ecosystems (2018) souligne l’importance d’une telle démarche. Selon les auteurs Lewrick M. et Di Giorgio C., le développement de solutions blockchain requiert une vision nouvelle d’écosystèmes décentralisés. Ils proposent une “System Thinking” méthodologie éprouvée sur différents projets de la Crypto Valley en Suisse. Comprenant plusieurs étapes qui vont de la définition du besoin de l’entreprise au design thinking, en passant par le lean startup, le MVP jusqu’au design d’un écosystème d’entreprises sous la forme d’un MVE avant la phase de mise à l’échelle.

The “Problem to Growth & Scale” Framework (Lewrick M. & Di Giorgio C., 2018)

 

La démarche de MVE permet de faciliter le lancement et la co-création d’un projet blockchain, elle s’articule comme suit :

État des lieux de l’écosystème existant :

  • Comprendre les points de douleurs d’un point de vue holistique. Typiquement, l’ensemble de la chaîne de valeur.
  • Identifier les différentes typologies d’acteurs, leurs rôles dans l’écosystème et cartographier leurs échanges.

Établissement de différents scénarios de composition du MVE  :

  • Sélectionner le nombre minimum d’acteur permettant de valider les scénarios établis.
  • Développer la confiance entre les acteurs sélectionnés et former des équipes inter-départements et inter-entreprises modérés par un acteur externe.

Développement du MVE :

  • Réaliser une analyse multi-dimensionnelles de modèles d’affaires (des points de vu de chaque acteur) et co-développer un modèle de gouvernance.
  • Planifier les futurs cycles de maturités du projet et déterminer un plan de mise à l’échelle de la solution.
  • Développer le MVE par cycles d’itération successifs en utilisant le modèle lean startup, et en élargissant le cercle des acteurs de manière progressive.

Le MVE un prérequis dans un projet blockchain

En conclusion, la blockchain s’applique à des écosystèmes d’acteurs. Le développement d’un produit doit être accompagné d’une démarche de co-construction d’un écosystème d’entreprises. Il convient donc de se rapprocher des travaux déjà commencés il y a une vingtaine d’années dans ce domaine.

Plus récemment, des outils et des méthodes ont émergés pour répondre au nouveau paradigme de la blockchain. C’est le cas de la démarche de MVE qui va au-delà de la construction d’un MVP et qui s’avère être un élément essentiel dans le développement d’une solution blockchain. Cette démarche débute dès le cadrage du projet et l’accompagne jusqu’à la création d’un écosystème d’entreprises, formalisé ou non par un consortium.

La blockchain accentue l’importance de l’écosystème par rapport au produit et nous invite à concevoir de nouvelles approches de développement de projets.

 

Références :

Adner, R. (2013). The wide lens what successful innovators see that others miss. New York, NY: Portfolio/Penguin.

Giorgio C. (2018). Live from Crypto Valley : Blockchain, crypto and the new business ecosystems, Versus / Vahlen, p. 87-107. Publié partiellement sur : https://www.krypto-valley.com/en/the-book/

Isckia T. (2001). Ecosystèmes d’affaires, stratégies de plateforme et innovation ouverte : vers une approche intégrée de la dynamique d’innovation, Management & Avenir 2011/6 (n° 46), p. 157-176.

Moore J.F. (1993). Predators and prey: a new ecology of competition, Harvard Business Review, vol. 71, n° 3, p. 75-86.

Nalebuff B. et Brandenburger A. (1996). La co-opétition, une révolution dans la manière de jouer concurrence et coopération, Village Mondial, Paris.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha