Interview Marina Wiesel : « Le design social est une démarche d’utilité sociétale »

Rencontre avec Marina, qui nous parle de son métier de designer chez OCTO et de sa découverte du design social.

Peux-tu nous expliquer quel est ton métier chez OCTO ?

Je suis Designer d’expérience, Coach UX et formatrice en design management. Je travaille dans la tribu XD (eXperience Design). Le design d’expérience est une démarche de conception qui tient compte du parcours global du client : avant, pendant et après l’interaction avec un produit. Cette temporalité permet d’observer les moindres détails de l’environnement et des habitudes de consommation. 

Je conçois des produits numériques. Au quotidien, cela consiste à effectuer des recherches utilisateurs sur le terrain, animer des ateliers de co-création pour imaginer collectivement une solution et formaliser les premières intentions. J’aime également faire grandir les équipes design et j’aide la direction à optimiser sa stratégie. 

Qu’est-ce que le Design Social ? Pourquoi ce sujet t’intéresse t-il ?

Le design social est une démarche d’utilité sociétale. Cette discipline vise une conception plus inclusive du design dans laquelle les groupes d’utilisateurs marginalisés ont la priorité. 

En tant que designers dans la tribu XD, nous prenons conscience de notre responsabilité. En inventant toujours plus de produits dédiés au grand public, nous renforçons les inégalités sociales et accélérons la production de biens mondiale. 

Les designers sont par nature idéalistes : ils choisissent ce métier pour améliorer la vie des gens. Mais alors, comment faire du design social sans aller à l’encontre d’un objectif purement financier ? 

À titre d’exemple, nous travaillons main dans la main avec le service public : la DINUM (Directioninterministérielle du numérique), les pompiers de Paris, Ile-de-France Mobilités, la gendarmerie et la sécurité routière. Nous avons également des clients dans l’énergie ou dans l’agriculture. Ce sont des acteurs clés sur lesquels repose le fonctionnement de la société. Nous ne cherchons pas à les boycotter. Nous souhaitons plutôt les aider à minimiser leur impact social et environnemental.

De quelle manière as-tu pu l’expérimenter ?

J’ai eu la chance de faire des projets de design social à de nombreuses reprises. J’ai mis en place une application de visite au sein de l’Institut du monde arabe pour tout type de public (dont des publics avec des difficultés psychologiques, intellectuelles, sociales ou physiques). C’était un véritable défi de répondre à autant de problématiques dans une seule application. De plus, j’ai réalisé la conception du site Internet de la Philharmonie de Paris, sur le volet accessibilité. Aujourd’hui, j’accompagne des start-ups du secteur public pour les aider à sortir des produits sur des problématiques de santé publique et d’environnement.

Ma plus belle expérience de design social remonte à quelques mois lorsque j’ai accompagné l’association Les Astroliens. 

Peux-tu nous parler un peu plus de cette asso ?

Les Astroliens ont pour objectif d’aider les seniors en fracture numérique. Des bénévoles réalisent des sessions d’une dizaine d’heures de formation pour permettre aux seniors de monter en compétences sur les logiciels. Les membres de l’asso créent du lien avec les populations locales souffrant souvent de solitude. 

L’association a contacté OCTO car elle souhaitait optimiser l’organisation des sessions à Paris et généraliser son approche partout en France. C’est le point de départ de cette mission en design social. Pour cela, j’ai animé une série d’ateliers de co-création sur six semaines. Nous avons déroulé ensemble une démarche classique de design : vision stratégique, cible, entretiens utilisateurs, cartographie des processus en interne (blueprint), idées de solutions et feuille de route macro de la solution. 

Ce processus nous a permis de faire émerger une nouvelle catégorie d’utilisateurs, en plus des séniors : les bénévoles. Pour étudier les besoins utilisateurs, j’ai mis en relation l’asso avec l’Ecole des Gobelins. Ensemble, ils ont réalisé des ateliers de co-création durant les 5 jours de pratique de la formation design. C’était magique, c’était du design social de design social ;)

Pourquoi est-ce important chez OCTO de faire du mécénat de compétences ?

Pour moi, le mécénat de compétences est une opportunité idéale pour réaliser des projets qui ont du sens. Cela rejoint l’ambition du design social, c’est-à-dire avoir plus d’impact sociétal et environnemental. Souvent, les entreprises de conseil utilisent le mécénat pour occuper les consultants en intercontrat. Ce n’est pas du tout le positionnement d’OCTO. J’ai été surprise de voir à quel point la direction est déterminée pour obtenir une certification BCorp, répondant à des exigences sociétales et environnementales, de gouvernance ainsi que de transparence envers le public.

Que retires-tu de cette expérience ? 

Un enrichissement d’un point de vue humain surtout ! Pour une fois, j’étais moins focalisée sur la productivité, sur les livrables et sur les résultats. Je travaillais en tenant compte des émotions, que ce soit les miennes, ou celles des autres. Cela nous a permis d’instaurer un échange plus sincère et de dépasser les attentes de départ des Astroliens.

Après cette expérience, je ne pense pas pouvoir revenir en arrière et accepter de faire des projets qui vont à l’encontre de mes valeurs.

 

En bonus, le storyboard de l’expérience utilisateur “membre de l’asso” et les premiers croquis pour l’application des Astroliens.

A propos de l’association Astroliens  :

Astroliens est une association intergénérationnelle autour du numérique. 

Ils proposent à leurs “Astroguides” (jeunes de 17 à 25 ans bénévoles ou volontaires en service civique) de donner un coup de pouce pour l’entrée dans le numérique de ceux qui ne sont pas “tombés dans la marmite” dès leur plus jeune âge (+60 ans). 

Ainsi Mireille a appris à utiliser Snapchat pour partager des photos rigolotes et de nouveaux moments de complicité avec sa petite fille, Paul joue à la wii avec ses voisins de chambrée dans son EHPAD, Michel prend désormais ses rendez-vous médicaux sur internet…

La raison d’être de l’association est de donner à chacun le pouvoir d’agir sur sa vie et de s’engager dans la cité à tout âge. Comment ? En utilisant les liens humains et le fun au service d’une approche concrète d’accompagnement numérique.

Les activités : 

  • des accompagnements numériques pour les seniors – pour rendre autonomes les seniors dans leur utilisation du numérique, grâce à nos ateliers hebdomadaires.
  • des formations pour les aidants numériques d’autres associations, pour démultiplier notre impact par le partage de notre méthodologie et nos astuces et toucher toujours + de seniors.

 

The Show Must Go On !

Si vous avez envie de mieux comprendre nos métiers, découvrez toutes nos offres ici et venez en parler avec nous ! 

Découvrez aussi nos articles de blog du moment :

=> Une définition de l’entreprise agile

=> OCTO met le cap sur la responsabilité socio-environnementale

=> Télétravail : développer un produit sans frontières ? REX, truc et astuces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha