Interview Céline Gilet – « Le Tech Lead n’est pas un super héros ! »

Depuis plus de 4 ans chez OCTO, Céline, membre de la tribu CRAFT, est devenue une référence parmi nos Tech Lead. Découvrez sa vision de ce rôle à part.

Pour toi, quel est le rôle du Tech Lead ? 

Pour moi, c’est faire en sorte que l’équipe au sens large (Développeurs, Ops, Fonctionnels, Product Owner) arrive à délivrer régulièrement de la valeur. Concrètement, il s’agit de jongler et prioriser en permanence entre plusieurs casquettes : expertise, accompagnement, coaching et formation.

J’aime bien la technique et le dev, donc oui, en tant que Tech Lead, je code encore une bonne partie de mon temps ! Au delà du code, il y a une forte composante méthodologique dans le quotidien du Tech Lead. Il faut réussir à mettre en place une dynamique et fédérer autour d’un objectif commun. Dans la plupart de mes missions, l’objectif est de construire un produit de façon incrémentale en y ajoutant régulièrement de nouvelles fonctionnalités à destination des utilisateurs/usagers. Travailler régulièrement avec et pour eux permet d’avoir des retours réguliers et d’ajuster la trajectoire.

Pour moi, accompagner une équipe, c’est d’abord faire avec elle au quotidien en mettant à disposition les enseignements de mes précédentes expériences et en essayant de pousser des pratiques adaptées au contexte. J’essaie au maximum de donner l’exemple, et pour donner l’exemple, il faut se confronter à la réalité des problèmes. 

Le Tech Lead a les mêmes préoccupations que les développeurs : faire en sorte que le code soit évolutif, maintenable et le plus simple possible. Les discussions tournent autour du design de code, du découpage des composants, de la stratégie des tests et des déploiements. Sur tous ces sujets, on réfléchit collectivement pour trouver les meilleures solutions, celles qui permettent d’obtenir les meilleurs résultats et celles qui suscitent l’adhésion.

A un moment donné, on peut avoir deux visions dans l’équipe et ne pas savoir quelle solution serait la meilleure. Dans ces cas là, une pratique que j’aime bien, c’est de se donner du temps pour tester les deux approches. C’est ce qu’on appelle le failfast : on se met d’accord sur une période de temps limitée pour explorer les deux approches et, pouvoir de façon factuelle, poser les avantages et inconvénients.

Le Tech Lead, ce n’est pas un super héros mais c’est quelqu’un qui doit bien connaître les forces et les faiblesses de chacun pour pouvoir mettre son énergie au bon endroit, au bon moment. La dimension humaine est très importante : dans une équipe, on a tous des caractères différents, des rôles différents, des expertises différentes et il faut composer avec tout ça pour trouver le bon équilibre pour délivrer efficacement.

En quoi le rôle de Tech Lead est-il différent chez OCTO par rapport à une autre boite ?

Il est différent chez OCTO parce qu’il ne se restreint pas uniquement à l’expertise (les hard-skills). Pour traiter efficacement un besoin dans sa globalité (de son expression à son déploiement en production), les compétences non techniques sont nécessaires. Chez OCTO, ces compétences relationnelles et émotionnelles (les soft-skills) sont essentielles dans la façon de faire du logiciel et dans l’animation de nos équipes.

OCTO laisse aussi la possibilité de faire d’autres activités en dehors des missions. Pour ma part, quand je ne suis pas en mission, j’ai trois domaines de prédilection qui me tiennent à coeur : le mentoring & management, le recrutement et la participation à des conférences. 

Quel est ton parcours ? Comment es-tu devenue Tech Lead ?

Miagiste de formation, j’ai commencé assez classiquement dans le monde du service, dans une grosse ESN. J’y suis restée un an et demi et j’ai eu l’occasion de faire pleins de choses différentes, ce que j’ai adoré. Rapidement, j’ai vu les contraintes (de process notamment) d’une grosse boîte et j’ai voulu explorer une autre taille de structure. J’ai donc ensuite choisi de rentrer dans une toute petite structure qui venait de se monter. Là, j’ai continué à faire du développement sur des métiers très différents (santé, écologie, agro…) et sous différentes formes (du forfait, de la TMA, de la production…)

Puis je suis devenue Chef de projet, c’était la suite logique après 4-5 années d’expérience. En fait, la partie technique n’était pas vraiment valorisée dans le parcours de carrière. Donc je suis restée 3 ans Chef de projet et ensuite je suis passée Directrice de Pôle. Mais au bout de quelques années, j’estimais que j’avais un peu fait le tour et surtout je voulais vraiment retrouver une dimension plus technique dans mon quotidien.

A partir de là, j’ai candidaté dans plusieurs boîtes, dont OCTO, notamment pour la diversité des sujets adressés et l’expertise technique qui se dégageaient dans les articles de blog et les publications. Au final, j’ai choisi de rejoindre OCTO grâce aux différents entretiens passés; ce sont ces rencontres et ces échanges marquants qui m’ont fait signé. Et l’univers OCTO m’attirait vraiment. J’ai commencé sur une mission d’archi/conseil et j’ai vraiment eu envie rapidement de faire du dev car je voulais voir comment s’organisait une équipe de delivery OCTO.

J’ai donc rejoint l’équipe Service-Public, et c’est là que j’ai rencontré des Tech Lead de la tribu CRAFT qui m’ont donné envie de rejoindre la tribu rapidement.  J’ai alors poursuivi sur d’autres projets en tant que Tech Lead et j’ai énormément appris et progressé dans des contextes différents (média, secteur bancaire). J’ai pu étoffer mes compétences sur d’autres sujets (architecture, data, OPS) notamment en travaillant et partageant avec d’autres Octos. En ce moment, je suis Tech Lead au ministère de l’Intérieur pour travailler autour du permis de conduire. L’idée c’est d’arriver à faire des choses sympas autour de la donnée, de la prévention et de la communication.

Qu’est-ce qui te plaît dans ce rôle ? 

J’aime faire partie intégrante d’une équipe et contribuer à faire en sorte, qu’à la fin, l’équipe soit fière de ce qu’elle a réalisé. Il n’y a pas deux missions où j’ai fait le même job en tant que Tech Lead mais, à chaque fois, ça m’a permis de progresser que ce soit en expertise et/ou sur ma posture.

Les missions ne sont pas toujours de tout repos mais le chemin réalisé en équipe est enrichissant et formateur. Un projet c’est aussi quelque part une aventure collective et humaine ! Dans le monde du service, les missions s’enchaînent. Et c’est un beau défi de réussir à laisser une empreinte sur des pratiques et des façons de faire.

Quelle qualité faut-il avoir pour devenir Tech Lead ?

La qualité la plus importante, selon moi, c’est le pragmatisme. L’enjeu c’est de trouver le plus court chemin que ce soit pour sortir une fonctionnalité, lever un blocage, définir un découpage d’archi… Cela nécessite de prendre de la hauteur pour pouvoir anticiper, lever les risques et éviter les raccourcis préjudiciables à la vision globale. Et c’est là que l’intelligence situationnelle et émotionnelle peut aider !

Qu’est-ce-que tu attends des équipes en tant que Tech Lead ?

L’autonomie et la responsabilité : l’un ne va pas sans l’autre. L’amélioration continue joue un rôle clé pour parvenir à aller chercher ces deux éléments. On a le droit d’échouer, c’est important, mais on doit alors se poser les bonnes questions et être capable de se remettre en question. 

Un conseil pour quelqu’un qui souhaiterait devenir Tech Lead ?

Le conseil que je pourrais donner, c’est de se lancer ! Tout ce qu’on peut lire ou entendre sur le rôle de Tech Lead peut faire peur, et on peut légitimement se demander : est ce que je saurais faire ? Oui, il faut se lancer ! Les personnes qui se sont lancées ont eu de bonnes surprises comme moi, donc ayez de l’audace, c’est une super aventure !

A venir : découvrez la vision du tech leading par Meriem, notre CTO

 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha