Chapitre 1 : Le défi

« Je vois des ordinateurs partout,

sauf dans les statistiques [de productivité] »
Robert Solow (1987)

Paris, 3 janvier 2008

Sept heure trente du matin et je suis déjà à mon bureau, au trente septième étage du siège de la Générale de Banque. L’instant est calme et rien ne vient troubler le dépilage consciencieux de ma boîte aux lettres électronique. Tiens, une enquête du service Qualité & Développement Durable : Merci de remplir ce questionnaire sur la qualité de vie au travail et nous le retourner avant le 15 janvier. Attends, je rêve ou ils me demandent de ressaisir toutes mes informations personnelles ? Ils ne pouvaient pas les demander aux Ressources Humaines ? Et voila encore cinq minutes de perdues à ressaisir ma fonction, mon bureau, mes trois enfants… Elle est où, la qualité, une simple extraction de données du système RH aurait suffi à économiser 500 000 minutes à la boîte ! Mille jours.homme de perdus !

Je me présente, je m’appelle Paul Boulier. J’occupe le poste de Directeur des Systèmes d’Information depuis bientôt quatre ans. L’informatique dans l’entreprise, c’est moi. Sept mille personnes sous mes ordres, 1 milliard d’euros, une lourde responsabilité que j’ai finalement endossée, quinze ans après mon arrivée à la Générale.
Et moi, ils vont m’entendre au service Qualité & Développement Durable !

Huit heures. Henri de Montleau, le Directeur Général, pénètre inopinément dans mon bureau et me sert des banalités d’usage. Cet homme tout en réserve s’intéresse soudainement à mes projets de vacances, va jusqu’à me faire part des siens, j’attends la suite. L’animal n’est pas coutumier des amabilités matinales et en plus je le soupçonne de me mépriser. Ce ton affable me rend doublement nerveux…

– La crise nous plombe, mais sachez-le, cher Paul, c’est de l’ordre de l’incident conjoncturel. Le vrai problème, c’est que nos actionnaires sont las de voir la Générale sur les troisième ou cinquième marches des podiums : troisième banque d’affaires sur les dérivés de crédit, cinquième banque à réseau d’Europe … On ne fait plus rêver personne, à commencer par nos clients qui sont de moins en moins fidèles. Le conseil d’administration réclame de l’ex-cel-lence. Et qui est en bonne place sur les marches du podium des principaux goulets ? C’est vous.

– Quoi !? Moi ? Les systèmes d’information, un goulet ? Les bras m’en tombent ! Que juge-t-on au juste ? Etes-vous conscients du travail réalisé par mes équipes ? Nous ne sommes pas de vulgaires techniciens sur qui l’on peut jeter unilatéralement l’opprobre !