L’informatique conviviale


« Je vois des ordinateurs partout, sauf dans les statistiques [de productivité] » – Robert Solow (1987)

L’entreprise a grandi. Avec elle le nombre d’équipes qui la compose. La multiplication des Divisions, Départements et Directions a permis de réussir la croissance, pendant que la spécialisation de certains dans les Ressources Humaines, les Finances ou l’Informatique a permis la mutualisation de moyens, porteuse de réductions des coûts.

Cependant à la Générale de Banque les recettes stagnent, la profitabilité baisse de manière structurelle, et avec elle la satisfaction et la loyauté des clients. Paul, Directeur des Systèmes d’Information se retrouve en première ligne. A son guichet, les demandes s’accumulent, souvent antagonistes, et les délais de réponse ne cessent de s’allonger. l’informatique est devenue le goulet d’étranglement de toute l’entreprise.

Mais au fond, l’informatique n’est que le miroir de l’organisation, elle-même pétrie par son histoire, ses conflits et ses mythes. Les informaticiens s’y sont traditionnellement constitués en forteresse de spécialistes, comme d’autres experts, traders, comptables ou juristes.

Alors Paul veut réussir l’impossible : fluidifier la production de logiciel. Le succès de la DSI va-t-il entraîner celui de toute l’entreprise ? Peut-être que d’autres changements profonds seront aussi nécessaires.

Imaginez en effet une entreprise dans laquelle l’informatique n’est plus une contrainte. Où la DSI fonctionne à budget et niveau de risque constants, mais où, quand vous demandez une fonctionnalité, vous l’obtenez rapidement. Quand vous demandez un ensemble de fonctionnalités concourant à un objectif transverse, vous l’obtenez rapidement. L’entreprise va-t-elle s’en trouver transformée ? Va-t-elle pouvoir dépasser ses concurrents ? Va-t-elle innover pour le plus grand bénéfice de ses clients ? Pas de manière immédiate, malheureusement.

Le système entreprise est maintenant contraint par d’autres facteurs. La DSI n’est plus en cause, mais d’autres bouc-émissaires émergent : les départements transverses – RH, finances, achats, méthodes – font toujours exploser les frais généraux sans pour autant améliorer l’efficience. Dans ce contexte, la méfiance est la règle et le cloisonnement son corollaire. L’innovation est vécue comme un acte de piraterie du système, et ne génère que des conflits… Comment alors réussir à faire évoluer les relations entre départements transverses et communautés d’opérationnels ? Comment passer de la méfiance à la confiance ? De l’éternelle lutte entre progressistes et conservateurs à l’amélioration continue de tous ?

Architecture, organisation, agilité, lean, théorie des contraintes, cloud computing … plongez dans cette fiction-réalité issue des plus récents avant-postes d’OCTO pour alimenter votre vision sur l’amélioration continue de l’entreprise par l’informatique et actionner vous-même le changement dès demain matin.

*

« Je vois des ordinateurs nulle-part, sauf dans les statistiques » – M. Le Président (2012)

Téléchargez la version pdf
Visionnez le podcast USI 2009