Immersion dans la Skool, l’accélérateur de carrière à la sauce OCTO (1/5)

La Skool, c’est le Graduate Program d’OCTO. En tant qu’Entreprise de Service du Numérique (ESN), OCTO était confronté à un problème : comment intégrer des consultants ayant entre 0 et 3 ans d’expérience, en leur transmettant les savoir-faire et les valeurs qui font la force d’OCTO auprès de ses clients ?

La Skool est une réponse. Un dispositif d’une durée de 8 mois, qui s’appuie sur trois piliers :

  • Des formations intensives et ciblées portant sur les méthodes (Agiles, TDD) et les technologies utilisées en mission (back-end, front-end, DevOps)
  • Une mise en application rapide sur les projets OCTO : “On ne retient bien une formation que si on a l’occasion de l’appliquer très vite et quotidiennement”
  • Un mentorat rapproché, effectué par les seniors d’OCTO, qui permet de se familiariser aux processus et à la culture de l’entreprise

Depuis le début du programme, 70 consultant·e·s, que nous appellerons skooleurs·euses à partir d’ici, ont été formés et intégrés aux effectifs. Actuellement, 30 font encore partie du dispositif. Dernièrement, le modèle a évolué pour mettre en place des skools spécialisées et des skools en partenariat avec un client.

Mais concrètement, faire la Skool, qu’est-ce que c’est ?  À quoi ressemble le quotidien des skooleurs·euses ? Que ressentent-ils durant les huit mois de mentorat ? Armen, Brandone, Khalil, Mélanie, Victor et William, skooleurs·euses ou anciens skooleurs·euses, vous proposent leurs visions et leurs histoires à travers cinq articles que vous découvrirez chaque semaine. Ils aborderont les différentes facettes du programme, allant du recrutement jusqu’à la sortie du dispositif, en passant par les formations et les missions.

LA PHASE DE RECRUTEMENT

« 30 jours de formation, qui peut refuser ça ? »
Un skooleur

Qu’est-ce qui nous a amené à intégrer la Skool chez OCTO ? Chacun de nous a un parcours différent et pourtant, nous avons tous suivi le programme Skool pour des raisons similaires. Nous vous laissons découvrir nos témoignages.

Armen, consultant de la Skool 4 :

Juillet 2016, premier entretien téléphonique avec Pauline. Désireux de rejoindre une entreprise où la méthodologie et la qualité du code priment, je frappe à la bonne porte. Les premiers échanges sont bons, mais Pauline détecte mon absence d’expérience sur des projets agiles et sur les pratiques crafts. Elle me propose alors une solution : rejoindre OCTO et suivre le programme “Skool” qui me donnera les bases de la méthodologie de l’entreprise. J’accepte immédiatement, enchanté qu’un tel parcours d’intégrations existe.

Khalil, consultant de la Skool 5 : 

Je vais commencer cette histoire par la fin. Nous sommes en décembre 2016. Je reçois un appel, c’est Carole ! Elle m’annonce la bonne nouvelle, détaille la proposition d’embauche et me dit qu’elle me laissera quelques jours pour prendre ma décision. Instinctivement, sans même lui laisser le temps de finir cette dernière phrase (en y repensant, c’était peut-être même impoli) je dis “OUI !”.
Revenons un peu en arrière. Ce grand OUI dit à Carole a ses raisons :

  • Mentalité : la personne qui m’a donné envie de venir chez OCTO ne travaille pas chez eux, mais avec eux. Cette personne m’en a tellement dit du bien qu’on pourrait penser qu’elle en est actionnaire. Il est rare de voir quelqu’un défendre aussi ardemment les couleurs d’une entreprise, encore plus quand elle n’y travaille pas.
  • Expertise : souhaitant évoluer vers le métier de Data Scientist, sous les conseils de cette même personne, je lis un livre écrit par des Octos sur le sujet en question. Et là, illumination. Il m’en apprend bien plus et bien mieux que les MOOC et autres formations suivies. Voulant rejoindre une entreprise où l’on fait de la data science, on me conseille à nouveau OCTO ! À croire que tous les chemins y mènent.
  • Échanges : pendant les entretiens, on voit assez vite quelle est l’âme de l’entreprise. On parle, on discute, on échange d’égal à égal. Je perçois de la bienveillance, de la confiance, de l’épanouissement. Les gens y respirent le bonheur.
  • La Skool : un mois à nous former aux bonnes méthodes de travail et aux bonnes pratiques de code. Un accompagnement encore plus rapproché. Bref, une entreprise qui investit autant sur ses nouvelles recrues en dit long sur le type d’entreprise à laquelle on a affaire.

Voilà pourquoi j’ai dit OUI de la sorte…

Mélanie, consultante de la Skool 4 :

J’ai découvert OCTO durant une journée “Femmes et numérique”, sur un stand où l’on m’a parlé d’une “Skool” et donné un livre, “Culture Code”. Je sortais alors du milieu académique, je n’avais plus mis un pied dans une entreprise depuis 4 ans et je ne savais pas trop vers quoi m’orienter. Après quelque temps, je me suis mise à me renseigner sur la Skool, tout en gardant contact avec l’Octo que j’avais rencontré. Petit à petit, je me suis dit que c’était la solution. Je ne me sentais pas en confiance et on me propose de me former : c’était exactement ce qu’il me fallait. Je voyais la Skool comme une mise à niveau.
Après avoir envoyé mon CV, j’ai eu une réponse très rapide pour un premier entretien RH. Plutôt stressée de nature, la discussion se fait pourtant de manière fluide et je découvre le fonctionnement en tribus, la Skool et la vision OCTO. Suit alors un entretien technique, très peu de temps après le premier. Cet entretien fut intéressant sur plusieurs points. Premièrement, j’ai pu confirmer l’image que j’avais d’OCTO. Ensuite, nous avons discuté technique sans que ce soit un entretien où l’on me demande de coder un algorithme en un temps record, sous pression. C’était un entretien où l’on me demandait mes pratiques, ce que j’aimais faire, ma vision du développement et de l’informatique. Le lendemain, OCTO m’appelait pour me dire que c’était bon. Les Skools commençant à des dates précises, il fallait que j’attende l’arrivée de la Skool 4, deux mois plus tard. Même si j’étais au chômage, je ne me suis pas posé de questions, car pour moi c’était une chance que je ne devais pas laisser passer !

Victor, consultant de la Skool 3 :

Juillet 2016 : encore en stage, je commence à chercher mon premier travail. Je discute avec un collègue d’un précédent stage qui a entre-temps rejoint une entreprise nommée OCTO. Je lui parle de ma frustration sur mon manque d’accompagnement, notamment au niveau technique, mais aussi que je ne me sens pas au niveau techniquement pour rejoindre une autre entreprise. Il me dit qu’il va se renseigner, mais qu’il a peut-être une idée pour moi. Le lendemain il me parle de la Skool, un programme d’OCTO pour accompagner des juniors, les acculturer et les former, notamment aux bonnes pratiques.
Bingo, il me coopte, je passe l’entretien technique, et là, première baffe. En place d’un entretien habituel où j’attendais les inévitables questions sur Java et autres langages que je connaissais, j’ai une discussion de plus d’une heure sur mes frustrations, les méthodes de développements qui existent, pourquoi il y a peu de femmes dans l’informatique et les initiatives prises par certains Octos pour changer cela, ou faire découvrir le code aux plus jeunes.
En un peu plus d’une heure, je découvre une entreprise avec des valeurs, qui prend le temps de faire grandir chacun de ses employés. C’était la première fois, qu’en entretien, des recruteurs me promettaient de me former à faire du bon code plutôt qu’être chef de projet en 2 ans.
Cela m’a tellement fait du bien que j’ai même accepté de patienter 3 mois avant de commencer.

William, consultant de la Skool 5:

J’entends parler d’OCTO par un ami d’école qui me fait l’éloge de son entreprise. Je finis par céder et je lui envoie mon CV. Dès le lendemain, je reçois un appel de Carole et on convient d’un rendez-vous le surlendemain. Le jour de l’entretien, on discute et la conversation est très fluide et naturelle. Je lui fais même part de mon apriori sur les ESN et elle l’entend bien, sans s’étonner. Moi qui m’attendais à avoir un énième entretien sans âme avec une RH qui ressasse inlassablement les mêmes questions pré-formatées, je suis agréablement surpris. C’était une véritable discussion franche entre deux êtres humains. J’apprends même qu’elle a déjà un peu développé en Ruby ! D’habitude je m’arrête régulièrement pour expliquer certains termes techniques mais là, ça n’était pas nécessaire. Elle comprenait parfaitement mes propos et rebondissait même dessus. Elle me parle également de la Skool, un mois entier de formation dispensé par d’autres Octos et ce dès mon arrivée. Pourquoi donc refuser ! À la suite de cet entretien je me suis dit : “Wow, ok, je veux en savoir plus !”.

La semaine prochaine, on vous parle du premier mois de formation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha