Il était une fois un canard : l’histoire de La Duck Conf

J’aime l’architecture de SI et j’aime râler.

Je suis au paradis quand je peux combiner les deux en râlant sur l’architecture de SI.

Un de mes sujets de prédilection était « Mais pourquoi est-ce qu’il n’y a pas de conférence sur l’architecture de SI à Paris ? Plein de gens s’y intéressent et plein d’autres ont des choses à dire, pourquoi devrait-on aller à Londres ou aux États-Unis pour ça ? »

Certaines conférences parlent bien d’architecture dans certains talks, mais rien de centré sur ce sujet. Il n’y a pas que les langages et les frameworks dans la vie ! Alors qu’il y a tellement à dire sur ce sujet, tellement de nouvelles approches, de nouvelles pratiques, et de personnes qui seraient passionnantes à entendre mais qui n’ont pas d’endroit pour s’exprimer.

Chaque fois qu’un·e client·e me demandait « au fait, avec le big data, la BI c’est mort ou ça sert encore ? », je pensais « mince, moi aussi j’aimerai savoir, il faut que je trouve un moyen pour extraire ce que Thomas sait à ce sujet ».

Pareil sur la digitalisation du mainframe.

Et sur les UDD quand tu utilises le SaaS

J’en parlais depuis quelques années, espérant que ça finisse par arriver.
Je savais bien que la solution inévitable pour avoir la conférence à laquelle j’avais envie d’assister était de l’organiser moi-même, mais j’aime aussi être fainéant.

Début 2017, je me plaignais à Borémi de cette absence de conférence, et il a réussi à me convaincre qu’il allait bien falloir que je tente quelque chose.

J’ai fait le tour de quelques collègues, espérant qu’il·elle·s trouvent les arguments pour me démontrer que ce n’était pas une bonne idée, ce qui m’aurait permis de ne rien faire à part continuer de râler. À chaque fois ça a donné ça :

– Il n’y a pas de conférence sur l’architecture de SI à Paris alors que j’aimerai qu’il y en ait une. Que penses-tu de l’idée si j’en organisait une ?
– J’aime bien, mais comment tu définis architecture de SI ?
– Ben, je n’ai pas de critère, je sais en reconnaître quand j’en vois.
– Et comment tu choisirais les talks ?
– Ben … vu que le public cible c’est moi, je choisirais les talks que j’aurais envie de voir.
– Hummm pas mal.
– Et j’aimerai que tu me fasses un talk sur ça, parce que je n’y connais rien et je sais que mes client·e·s non plus, alors que toi tu sais.
– Banco, je signe où ?

Je n’ai pu compter sur personne pour me faire renoncer, au contraire il·elle·s étaient enthousiasmé·e·s.

Pareil du côté de la communication ou de notre DG : tou·te·s motivé·e·s pour se remettre à parler d’archi.

Plus le choix : j’ai bien été obligé de m’y mettre.

Quelques mois et quelques dizaines de mails de relance plus tard, on y est (presque).
Une date (le 30 janvier 2018), un lieu (le Palais de Tokyo), un site, les premiers talks annoncés : big data, digital, infra … et les autres qui arrivent.

Architecture de SI is not dead

Et si vous voulez savoir le pourquoi du canard, demandez à Charlotte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha