Rétrospective 2022 : les bonnes nouvelles à la sauce RSE

L’année 2022 s’achève, et comme tous les ans, c’est l’occasion de jeter un coup d’œil dans le rétro et dresser un bilan. Celle-ci n’a pas forcément été la plus facile, mais il y a tout de même des raisons de se réjouir !

On vous en a listé quelques unes : les bonnes nouvelles qui nous ont enthousiasmés chez OCTO, les signaux faibles et forts d’un changement de paradigme, toutes les petites choses dont la somme nous montre que nous allons dans le bon sens pour “rendre le monde moins immonde”. Et si en 2023, on se disait qu’on le rendait carrément meilleur ?

La grosse actu 2022 : notre nouveau WHY

“Dans un monde complexe aux ressources finies, nous recherchons ensemble de meilleures façons d’agir. Nous œuvrons à concevoir et à réaliser les produits numériques essentiels au progrès de nos clients et à l’émergence d’écosystèmes vertueux.”

Le ton est posé, notre responsabilité sociale et environnementale aussi. 

→ Pour en savoir plus sur la RSE chez OCTO, rendez-vous sur la page OCTO S’engage

Janvier

L’année commence avec l’entrée en vigueur de plusieurs mesures, dans le cadre de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, interdisant le recours à de nombreux plastiques à usage unique. L’État, de son côté, s’engage à ne plus en acheter pour utilisation sur ses lieux de travail ou dans les évènements qu’il organise. Et au 1er janvier 2023, ce sont les fast-food qui disent adieu aux emballages jetables : la restauration rapide devra utiliser de la vaisselle réutilisable pour les repas et les boissons servis sur place. 

Nous savons que le meilleur déchet, c’est celui qui n’existe pas. Raison de plus pour faire attention à la quantité de déchets que nous produisons dans nos entreprises, afin d’identifier comment les réduire ! Chez OCTO, on utilise un document de suivi des quantités de déchets recyclables.

Télécharger le template de suivi des déchets


Février

Focus sur une mission qui nous a particulièrement marqués, notre partenariat avec Share IT et l’association Ma Petite Planète (MPP) : un challenge en équipe via une appli mobile proposant des défis écologiques à réaliser entre amis, collègues, famille, et même camarades de classes, pendant 3 semaines. 

OCTO a eu l’occasion de contribuer au projet de refonte de l’application, pour la rendre plus simple et accessible. L’objectif était de refondre l’application MPP à destination des profs et des parents, pour qu’ils puissent organiser les défis lancés à leurs élèves. Par exemple ne pas laisser les lumières allumées, ramasser un déchet dans la rue, faire plus de vélo, etc.

Une mission qui a du sens à plus d’un titre :

  • Le Why du projet : faire du mécénat de compétences pour aider des organisations d’intérêt général.
  • Le geste, la façon de faire : appliquer les principes d’éco-conception, sensibiliser à l’accessibilité, aux questions de sécurité et de protection des données.
  • Les partenaires : collaborer avec le monde associatif pour démultiplier l’impact environnemental de ses activités grâce à la tech. 
  • Le challenge technique : faire vite ET bien.

→ Lire notre article Coder des défis écologiques, un challenge qui a du sens


Mars

Depuis plusieurs années, La Duck Conf, notre événement dédié à l’architecture de SI, a renoncé à la fabrication d’objets promotionnels afin de réduire son impact environnemental. Le budget qui était habituellement alloué aux goodies est reversé à des associations.

Mais peut-on vraiment renoncer à la création de tous les supports chartés sans perdre une partie de notre identité et de notre convivialité ? C’est la question qui s’est posée en interne, concernant l’onboarding des nouveaux Octos. Nous avons donc opté pour une solution où chacun est libre de mettre le curseur là où il veut, en proposant : 

  • Des objets utiles, pour le télétravail comme dans nos locaux : un pull (pour être au chaud sans monter le chauffage), une gourde (pour dire adieu aux bouteilles en plastique) et une lunchbox (pour limiter les emballages à usage unique lors des pauses dej).
  • Un prestataire fortement engagé, Besight, qui nous permet de mesurer l’impact écologique de ce “Welcome Pack” grâce à un Eco-Score (le BUD Score)
  • De laisser aux Octos le choix des items qu’ils veulent… ou de n’en prendre aucun, s’ils n’en ont pas besoin !
  • De reverser le montant de chaque objet non sélectionné à plusieurs associations au choix : Planète mer pour la préservation de la vie marine, Dans ma rue qui lutte contre l’isolement des personnes sans abri, et la Ligue de protection des oiseaux (LPO). Aujourd’hui, c’est plus de 16 000 euros qui ont ainsi été collectés et reversés.

Vous avez expérimenté des choses dans votre entreprise ? N’hésitez pas à nous partager vos astuces et bonnes pratiques ! 


Avril

Benext rejoint OCTO ! Un vent de renouveau qui nous a permis de muscler notre jeu sur la culture Produit : consultez notre Toolkit Produit ici. Nos fortes convictions communes autour de la conception de produits responsables nous ont poussés à accélérer sur ce sujet :

→ Lire aussi notre tribune De la disruption digitale… aux produits responsables

Et dans l’actualité du reste du monde ? Le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) publie son 3e rapport. Ne nous mentons pas, ces rapports sont rarement optimistes. Mais la bonne nouvelle, comme le souligne cet article très pédagogique de Bon Pote, c’est que nous pouvons dire qu”agir coûtera moins cher que le Business as Usual”.


Mai

Les étudiants d’AgroParisTech appellent à déserter l’agro-industrie lors de leur cérémonie de remise des diplômes : « Nous ne croyons pas que nous avons besoin de ‘toutes les agricultures’. Nous voyons plutôt que l’agro-industrie mène une guerre au vivant et à la paysannerie partout sur Terre. Nous ne voyons pas les sciences et techniques comme neutres et apolitiques. Nous pensons que l’innovation technologique ou les start-up ne sauveront rien d’autre que le capitalisme. »

Les étudiants d’autres grandes écoles (comme l’ENS ou Centrale Nantes) ont également haussé la voix. C’est un signal faible qui devient de plus en plus fort : la nouvelle génération veut davantage de sens, et bien moins de métiers destructeurs. Cette vague de travailleurs engagés a le potentiel de bousculer nos organisations pour le meilleur. Les enjeux de recrutement (et donc économiques) rejoignent les enjeux écologiques : les planètes s’alignent enfin et c’est à nous, entreprises, de nous nourrir de ce vent de tempête pour progresser.


Juin

USI, la conférence des décideurs engagés, a eu lieu les 27 et 28 juin au Palais Brongniart, autour de la thématique : “États de choc : que faire dans l’après-coup ?”. Et le talk “choc” d’USI 2022, c’est celui de l’ingénieure minier Aurore Stéphant. Précis, vibrant et passionnant, il a éveillé chez beaucoup de participants une véritable prise de conscience sur les enjeux du numérique.

Le pitch : 

“Le monde fait face à une demande croissante en ressources minérales dans tous les secteurs, en particulier ceux de la construction, du transport, de la défense, de l’approvisionnement en énergie ou encore des technologies de l’information et de la communication. Si la mine a servi toutes les révolutions industrielles, il est désormais attendu qu’elle soit plus que jamais sollicitée pour l’avènement de la Révolution 4.0, celle de la “dématérialisation”, des énergies “propres” et des technologies “vertes”. Jusqu’où toutes ces limites seront-elles repoussées pour répondre à une consommation de métaux démesurée ?” Un talk à voir absolument !


Juillet

Après la prise de conscience, place à l’action ! Mais comment envisager une sobriété heureuse ? Dans son talk lors d’USI 2022, notre Octo Alexis Nicolas nous montre que la sobriété individuelle n’est pas nécessairement synonyme de frustration ou de privation. Au contraire, elle peut rimer avec fluidité, apprentissage et coopération, pour dessiner une esthétique de vie désirable. En l’envisageant à l’échelle collective, sous condition d’équité, elle pourrait même nous offrir l’opportunité d’une véritable bifurcation…

La prochaine édition d’USI sera d’ailleurs dédiée à cette idée de bifurcation, via sa nouvelle thématique : L’entreprise à l’épreuve des limites du monde – Quelles motivations pour une bifurcation des modèles d’affaires ? Pour en savoir plus, lire l’édito d’USI 2023.


Août

OCTO rejoint le mouvement Open Climat ! La plateforme du même nom, lancée officiellement en septembre avec 8 entreprises dont OCTO, se veut un “Wikipédia de l’action climat des entreprises”. Elle permet aux entreprises de partager leur démarche et leurs actions, en misant sur la transparence. Nous y racontons nos actions, passées et à venir, en espérant inspirer d’autres entreprises à expérimenter et diffuser leurs apprentissages.

→ Découvrir la plateforme Open Climat


Septembre

La nouvelle tombe : “La Terre devient l’unique actionnaire de Patagonia”. Yves Chouinard, le fondateur de l’entreprise, explique : “Cela fait bientôt 50 ans que nous expérimentons autour de cette idée d’entreprise responsable et nous sommes loin d’avoir fini. Si notre but est une planète où la vie prospère – et non plus gérer une entreprise – chacun d’entre nous devra prendre ses responsabilités. Nous avons pris les nôtres”. Derrière l’effet d’annonce, déjà hautement symbolique, il y a une profonde et courageuse remise en question de nos business modèles actuels. Un signal fort et inspirant !

Chez OCTO, on avance à notre rythme avec l’inauguration de l’espace “OCTO s’engage”en présence du spécialiste des low-tech Philippe Bihouix. Cet espace, dédié aux expérimentations et au partage de connaissances liées aux enjeux du Numérique Responsable, est l’incarnation de toutes les initiatives portées par les Octos. On y trouve : une bibliothèque d’ouvrages de référence, une friperie, un espace événementiel, du mobilier fait maison et upcyclé à partir de la scénographie de la conférence USI, etc. 

Mais à quoi ça sert, concrètement ? 

  • À donner de la visibilité sur les actions en cours, pour embarquer encore plus de monde.
  • À tisser ou recréer des liens, autour d’un intérêt commun.
  • S’habituer à prendre les bons réflexes pour “consommer” autrement : fabriquer, réparer, recycler, réutiliser, donner, etc.
  • Avoir accès aux bonnes ressources pour s’informer, partager, échanger, se challenger.
  • À matérialiser nos avancées, puisque cet espace évoluera et se transformera au fil de nos apprentissages.


Octobre

La première édition de la Convention des Entreprises pour le Climat (CEC) sort son rapport final intitulé “Une grande bascule vers l’entreprise régénérative”, résultat de 2 ans de travail avec les dirigeantes et dirigeants de 150 entreprises participantes (dont OCTO) de tous secteurs et toutes tailles. L’objectif est ambitieux : réinventer son modèle d’affaires à l’intérieur des limites planétaires. Le rapport compile 150 pages d’apprentissages, de résultats et de méthodologies.

Consulter le rapport de la CEC et rejoindre le mouvement !

Au même moment, la France annonce son retrait du traité sur la Charte de l’énergie (TCE) accusé par de nombreux climatologues de protéger les énergies fossiles et de bloquer l’action climatique.  


Novembre 

L’Etat lance le Référentiel général d’écoconception de services numériques (RGESN), qui s’appuie notamment sur les 17 ODD de l’ONU et les 9 limites planétaires. Ce référentiel très attendu récapitule toutes les bonnes questions à se poser lors de la conception de produits et services numériques, afin de réduire la consommation de ressources (notamment énergétiques), et de lutter contre l’obsolescence matérielle. 

Consulter le RGESN


Décembre

OCTO accélère sur la RSE et le Numérique Responsable, avec la nomination de Charlotte Abdelnour au poste de Responsable des engagements Environnementaux, Sociaux et Économiques. Elle devient le bras droit de Dominique Buinier, COO & Chief Sustainability Officer. Dans sa feuille de route : 

  • développement de l’espace OCTO s’engage, 
  • co-construction de la stratégie RSE, 
  • actualisation du bilan carbone d’OCTO, 
  • renouvellement de la labellisation B.Corp, 
  • formation de l’ensemble des collaborateurs à la sobriété de design et de conception ainsi qu’aux enjeux énergétiques et climatiques,
  • etc.


Cette liste est très loin d’être exhaustive ! Et vous, quelles sont les bonnes nouvelles qui vous ont marqué cette année ?

Pour finir, bonne année 2023 à tous !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


This form is protected by Google Recaptcha