D’étudiant à mentor : rencontre avec notre Octo Thomas Le Flohic

Thomas a fait un véritable parcours “à la OCTO” : après son école d’ingé, il rentre en stage au sein de notre tribu VIBE (Virtual Immersion and Bot Experience) et rejoint définitivement l’entreprise en intégrant le programme Skool.
Un de ses profs à l’école était un Octo, Fabien. C’est ce qui lui a donné envie de venir frapper à notre porte. Comme lui, Thomas a voulu garder un lien avec l’école et transmettre son savoir. C’est ainsi qu’il s’est lancé dans l’accompagnement d’un projet de fin d’étude pour des étudiants de 4e année (à base d’agilité, de kanban et de bonnes pratiques !)
Meet Thomas !

Raconte-nous comment tout a commencé ?

En dernière année, je savais que je voulais continuer à garder un lien avec l’école, ne serait-ce que pour voir l’évolution des programmes, garder un contact avec les profs et les élèves des autres années… Je ne voulais pas couper net.
Ça m’intéressait particulièrement de voir comment les élèves des années suivantes évoluent, mais aussi de pouvoir transmettre tout ce que j’avais appris en quelques mois chez OCTO. Je pense que c’est crucial de voir le côté “entreprise” et pas seulement la théorie.
Mon chef de labo avait proposé à quelques personnes de ma promo d’encadrer un projet de fin d’année pour les 4e année. J’ai saisi l’occasion et j’ai donc accompagné un groupe de trois étudiants.
Pour eux, ce projet était comme un mini mémoire sur 4 mois. Donc c’était un gros enjeu, avec un gros coefficient. Ils m’ont accordé une belle confiance.

Ce n’était pas impressionnant d’encadrer des étudiants, alors que tu sortais toi-même d’école ?

J’avais un peu une boule au ventre car c’était un vrai challenge. Mais ce qui m’a poussé, c’est le partage des connaissances. Ça a toujours été le cas, même dans mes projets perso. Par exemple, j’ai toujours voulu transmettre à mes potes de promo le résultat de ce que j’avais fait, résumer, vulgariser ce que j’avais pu apprendre. Ça me permet aussi de formaliser et mettre des mots sur ce que j’apprends.
Le projet avec les étudiants était donc une autre manière de partager mes connaissances techniques et la manière de travailler chez OCTO.

Quel sujet avez-vous choisi ?

J’avais carte blanche sur le choix du sujet. La seule contrainte était celle du temps : sur 3 ou 4 mois.
J’ai fait quelques ébauches de cahiers des charges de projets qui me semblaient pertinents. Je voulais un sujet modulable, qui couvre pas mal de choses. Pas forcément pour aller en profondeur, mais pour les aider à acquérir un bagage technique solide et à être polyvalent.

Un sujet orienté Data Science a été retenu : un projet de reconnaissance de texte manuscrit. Pouvoir numériser un texte à partir d’une photo de prise de notes manuscrites et le ressortir en fichier texte. Quelque chose que je trouvais pratique.
J’ai volontairement choisi un produit qui existait déjà pour qu’on puisse s’appuyer sur des papiers de recherches, des technos, etc. Partir d’une page blanche n’était pas utile. On n’avait pas l’objectif de monter une startup ! On voulait voir comment ça fonctionnait et repenser notre propre algorithme, custom.

Et quel était ton rôle, concrètement ?

Mon rôle était d’encadrer le chemin qu’ils allaient prendre – de les orienter sur les technos, sur la façon de penser le projet par rapport à une librairie qui existait déjà, de les aider à tâtonner, à regarder dans les recherches, etc.
J’étais aussi le PO, je portais la vision métier : j’exprimais le besoin, je les aidais à le découper en plusieurs tâches fonctionnelles et à se recentrer (si besoin) sur les étapes qui apportaient le plus de valeur.
J’ai eu la chance d’avoir des étudiants super compétents d’un point de vue technique. On a pu se concentrer davantage sur la gestion de projet en agile et la façon de tirer de la valeur fonctionnelle. Ça permet de bien dérouler !

Ce bagage agile, tu le tirais de la Skool ?

Oui ! La Skool est notre Graduate Program, notre accélérateur de carrière en interne. Les premiers mois de la Skool permettent de poser les bases techniques et de se concentrer sur l’aspect Craft : qualité de code, bonnes pratiques, architecture, etc. J’ai aussi eu des formations TDD et de gestion de projets agiles (kanban, scrum). Des choses qu’on ne voit ni à l’école ni en stage !
J’entendais parler de beaucoup de choses via les missions et les BOFs, comme de clean archi, etc. Avoir été moi-même en mission pendant la Skool m’a énormément aidé à faire la différence entre théorie et pratique. J’ai appris à faire de l’eXtrem Programing, de l’agile avec du Kanban, de la code review, des rétros… Toutes les pratiques qui semblent normales chez OCTO et que je découvrais. Une mission à la OCTO.
Et je trouvais cool de pouvoir d’insuffler aux étudiants.
Au début, ils m’ont un peu regardé comme un alien ! Ils avaient du mal à y trouver du sens, pour un projet de 3 mois seulement. Mais ces bribes d’agilité leurs ont permis de comprendre les normes, les conventions et l’utilité de ne pas avancer à l’aveugle sur un projet.

Et du coup, comment vous vous êtes organisés ?

Le projet a commencé en février et il s’est terminé en mai. On s’est vu une fois par semaine pendant 4 mois.
J’avais demandé l’autorisation de sortir un peu plus tôt de mission, puisque ce projet était sur mon temps perso. Les RHs ont trouvé l’initiative super, donc on a pu se voir soit chez OCTO, soit à l’école et parfois dans un café à l’extérieur.
Je leur demandais chaque semaine de me faire un rapport par mail de ce qui avait été fait pendant la semaine, sur ce qui était en cours de développement, etc.
En fait, on réglait les problèmes techniques en amont et les rencontres étaient vraiment faites pour nous synchroniser, pour voir s’ils avaient des problèmes fonctionnels, c’était plus faciles de le faire à l’oral.

Et là ils ont présenté le projet ?

Oui, la soutenance était fin mai. Dans le jury, il y avait le chef de labo, un autre prof et moi. Faire aussi parti du jury m’a permis de voir le projet de bout en bout jusqu’à la restitution, et de comprendre ce qu’ils ont réussi à capitaliser. Donc c’était assez chouette !

A la base, ils avaient choisi ce projet car on touchait pas mal de technos différentes alors que les autres étaient assez silotés – centrés sur une seule techno, une seule compétence.
Et à la fin, ce qu’ils ont retenu, c’est principalement comment démarrer et bootstrapper un projet, comment l’architecturer, découper les tâches qu’ils devaient faire, etc.

Et du coup, ça a fonctionné ? :)

Oui, une appli web a été déployée en local. On voulait le faire sur Heroku mais au final, c’était un peu short pour la démo. On a fait une page web où on pouvait, soit écrire son texte avec le trackpad, soit fournir une image d’un texte écrit à la main. Après il y avait un bouton reconnaissance et on pouvait le télécharger au format fichier texte.
Donc au final j’étais assez content !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha