Conte de Noël OCTO – Chapitre 1 & 2

Chapitre 1 : Un nouvel élan

L’enveloppe que je tenais dans mes vieilles mains était particulière ; grande, épaisse, elle était faite d’un papier épais, comme recyclé. Lorsque je l’ouvris, des centaines de lettres en tombèrent. Je songeai d’abord qu’un enfant exigeant m’envoyait les innombrables listes qu’il avait accumulées tout au long de l’année. C’était devenu la tendance…  Mais non : chaque lettre était différente dans sa forme et son écriture, plus ou moins maladroite. Je fus surpris de cette façon de faire, comme si mille enfants s’étaient groupés pour que leurs lettres ne fissent qu’un seul voyage… toutes ensemble vers mon lointain pôle.

Ma première réaction fut de joie : j’étais heureux et reconnaissant de recevoir, après toutes ces années, tant de nouvelles d’enfants qui, peut-être, attendaient encore quelque chose du Père Noël. Puis j’eus une appréhension : et si ces lettres étaient un adieu, de gentils vœux de départ en retraite, m’encourageant à mettre la clé sous la porte ? Le cœur tremblant, je décidai de les lire une à une. 

Cela me prit la journée entière. Le soir venu, je posai la dernière, ému et en état de totale sidération. 

Chaque lettre était différente, mais toutes exprimaient le même message :

“Père Noël, sauve-nous ! Nous allons tous mourir ! La planète est en danger !”

Je restai longtemps songeur. Qu’était-il advenu qui poussait tant d’enfants à m’appeler à l’aide ? Qu’avais-je omis de voir, reclus dans mon igloo, de plus en plus coupé de la réalité des hommes ?

Je décidai de sortir de ma retraite forcée et d’aller voir le monde. Un instant, j’hésitai. Le moment était venu de préparer Noël, l’activité redémarrait ; pouvais-je m’autoriser à perdre un temps précieux à faire le tour du monde, pour simplement l’observer ? Puis, je me décidai ; en mon absence, mes lutins assureraient la continuité de la production. Mon rôle de dirigeant n’était-il pas, après tout, de regarder plus loin ? De comprendre le monde tel qu’il était devenu ? Alors je pris la route.

24h me suffirent pour constater l’ampleur du désastre. Les enfants disaient vrai, la planète se mourait. De loin, le constat était évident. Le jour, les continents disparaissaient sous d’épaisses fumées ; la nuit, ils brillaient comme si toute la lumière du soleil y avait été emprisonnée. Lorsque je me rapprochai, je vis avec effroi qu’on me prenait comme alibi pour illuminer les rues de mille feux. D’où provenait tant d’énergie, pensai-je ? Et à quoi bon la gaspiller de telle façon ?

Je rentrai tout pensif, et passablement déprimé. Que pouvais-je donc y faire ? Qu’attendaient les enfants du Père Noël, modeste entrepreneur dont la compétence se limitait à produire et à distribuer de petites perles de bonheur aux quatre coins du globe ? Inquiet, perdu, désarmé, je décidai de réunir mes lutins. Ensemble, peut-être pourrions-nous trouver des idées ?


LE SAVEZ-VOUS ? OCTO s’engage.

– Via la sobriété numérique, tu peux en apprendre plus à ce sujet en lisant le dernier rapport de The Shift Projet ou en visionnant le replay du colloque associé où notre CTO, Meriem Berkane intervient. 

– En intégrant de bonnes pratiques lorsqu’on crée un nouveau service numérique et cela dès sa conception. Pour connaître les 115 bonnes pratiques de l’éco conception web, livre auquel Nicolas Bordier a contribué, on vous invite à en lire un extrait . 

– En devenant acteurs du développement d’applications mobiles durables: voir la vidéo explicative de Gabriel Adjeg

  • C’est pas une “prio” le green ? Eheh plus pour longtemps, à l’instar du RGPD, regulation is coming pour le numérique responsable !

ET VOUS ?

  • Phone addicts, arrivez-vous à dresser votre portable ? Ce podcast Arte Radio est pour vous (Delphine Saltel, “Vivons heureux avant la fin du monde” – épisode  3 – 44’)
  • Pourquoi je sais mais je n’agis pas ? Dan Ariely, professeur américain en psychologie et économie comportementale et speaker à l’USI 2018 nous explique les différents facteurs écopsychologiques qui font que ce n’est pas naturel de se soucier de l’environnement. 
  • De toute manière, ce n’est pas moi qui vais pouvoir changer les choses” … La légende du Colibri pourra peut-être vous convaincre du contraire

Chapitre 2 : Réunion de crise

Les jeunes sont formidables. Notre première luntin-réunion de crise fut mémorable. Je pensais leur apprendre dans quel état était le monde, tous étaient au courant. Aucun n’avait osé m’en parler, par respect pour mon âge et ma sensibilité. Comment annoncer la vérité à quelqu’un qui croit encore au Père Noël ? Et ils avaient raison. Des années durant, j’avais préféré me couper des réalités du monde, refusé de voir l’évidence dans ma propre maison : la Laponie s’était réchauffée, les neiges fondaient, maintenir nos igloos demandait toujours plus de travail.

Et je devais me l’avouer : la veille encore, en rentrant de mon expédition, j’avais été tenté de me convaincre que ce n’était qu’une illusion ; que la planète saurait tout absorber ; que le monde irait en s’améliorant, comme il l’avait toujours fait : c’était la loi du progrès. Pourtant, je le savais : la vie des gens s’était bien améliorée, progressivement. Mais, un jour, la machine s’était emballée. Et Greedy avait su trouver la faille : il s’y était engouffré. Quant à moi, je l’avais laissé faire…

La réunion de crise fut celle des premières décisions. Les enfants comptaient sur nous, pas question de les décevoir ! Il était temps d’agir, mais comment ? Aucun de mes lutins, malgré leur bonne volonté, ne savait par où commencer. C’est bien sûr DING qui eut une idée : la première étape était peut-être de nous former ?

Chercher une formation fut simple, la mettre en œuvre plus rude. Entre la COVID et la fonte des glaces, aucun consultant ne voulut prendre le risque d’un voyage en Laponie. En glissant sur les internets, TECH découvrit un MOOC ; j’encourageai tout le monde à le suivre. Moi-même je m’y efforçai mais, je l’avoue, je n’ai pas l’habitude de ces nouvelles technologies : parfois je m’assoupis… A la fin du MOOC, beaucoup de mes lutins étaient prêts à agir, mais je sentais bien que la majorité des lutins étaient encore sceptiques. J’avais beau leur parler de notre nouvelle raison d’être, ils me répondaient objectifs chiffrés et rentabilité. Mes lutins sont comme cela : compétents et engagés, mais il leur faut du concret…

C’est DEV qui trouva une solution en la personne de RESP, un nomade qui parcourait le monde pour informer les peuplades de ce qui se tramait. Sa méthode était simple : elle consistait à reconstruire collectivement une simple fresque à partir de quelques images. Tous mes lutins se prirent au jeu avec curiosité. Mais lorsque la vision globale nous apparut, un lourd silence plana sur tout l’atelier. Impossible de se voiler la face désormais. Ce que nous avions sous les yeux, c’était la démonstration d’une incroyable et simple relation de cause à effets. À gauche de la fresque, l’exploitation des énergies fossiles. À droite, tous les maux qui avaient commencé à frapper l’humanité et n’iraient désormais qu’en s’aggravant : tempêtes, sécheresse, dégel du permafrost, raréfaction de l’eau, migrations, maladies… Face à ces cataclysmes, la pandémie du COVID ressemblait à une joyeuse promenade de santé…

Nous étions atterrés, presque en état de sidération. Certains lutins continuaient à nier la réalité, d’autres laissèrent sortir leur colère contre tous ces adultes qui, décidément, ne savaient que casser leurs propres jouets. Nous nous posions tous la même question : pourquoi les enfants, merveilles de la nature, se métamorphosaient-ils en ces êtres bornés, irresponsables, incapables de communier avec leur propre environnement ? Si inconscients de leur écosystème qu’ils brûlaient eux-mêmes leur propre maison ?

Le débat fut rude : « tant pis pour eux », disait SCEPT ; « tant pis pour nous, tu veux dire ! », répondait RAISO , « si l’humanité disparaît, nous sommes certains de couler avec elle ! Seul le Père Noël y survivra. » ; « Eh bien tant pis, l’essentiel, c’est le Père Noël ! », soupira FATAL. « Ah oui ? Et quelle raison d’être pour le Père Noël, gros malin, si tous les enfants disparaissent ? », conclut LOGIC.

Cette dernière phrase fut suivie d’un lourd silence.  Elle nous fit l’effet d’un électrochoc. L’heure n’était plus aux grands débats. Les enfants. Il fallait sauver les enfants.

Pour les adultes, c’était déjà trop tard : ils devraient faire le deuil de tout ce qu’ils avaient connu avant : leur confort ; leur croyance dans un progrès sans fin ; leur naïve illusion que la terre était une corne d’abondance inépuisable. Tant pis pour eux. Mais les enfants étaient innocents : notre mission était de les sauver. Et pour cela, c’est la terre qu’il fallait réparer. C’est GIEC qui eut l’idée qui nous permit d’avancer : pour éviter de disperser nos énergies, il fallait monter une expédition d’explorateurs qui pourraient aller observer la terre, analyser la situation et prioriser les problèmes. Alors seulement, nous pourrions chercher ou inventer des solutions adaptées.

Il s’offrit de parcourir la planète  pour réunir les lutins les plus compétents en la matière et constituer un groupe d’experts. Il leur fallut plusieurs mois d’un travail acharné pour produire des résultats concrets. D’abord, ils les présentèrent au grand ONU, assemblée mondiale des lutins les plus Sages. Après les avoir écoutés avec grande attention, les SAGES leur firent mille recommandations ; chaque expert eut pour mission de sensibiliser son entourage. Quand GIEC revint enfin à la maison, nous nous précipitâmes pour entendre les nouvelles qu’il nous apportait. Et ce qui devait n’être qu’une simple réunion d’information devint le kick-off d’une véritable révolution de notre atelier.


LE SAVEZ-VOUS ? OCTO s’engage.

  • Chez OCTO, nous formons nos collaborateurs et clients à la Fresque du climat, un atelier collaboratif qui en 42 cartes permet de comprendre les causes et conséquences du changement climatique. Si vous aussi vous voulez participer à une fresque, c’est par là
  • Une formation à l’éco-conception est également disponible pour vous et vos collaborateurs … et bien d’autres sont en cours de préparation pour 2021. Pour plus d’info contactez academy@octo.com
  • Accenture organise des formations courtes “Responsible Business” et a lancé avec Global Impact un programme gratuit d’accompagnement des entreprises sur les objectifs de développement durable (ODD) fixés par l’ONU.

ET VOUS?

  • Vous  pouvez lire et relire le rapport du GIEC sur le changement climatique (Groupe d’Expert Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat). Si votre truc c’est de lire les graphes, cliquez ici ; si vous préférez la version infographique, c’est par là
  • Voici un mini glossaire pour vous familiariser avec le vocabulaire du “green IT”.
  • Nous vous partageons une liste de livres inspirants si vous souhaitez creuser le sujet du green. N’hésitez pas à la compléter ! 

Retrouvez tous les épisodes de notre Conte de Noël OCTO :
Prologue
Chapitres 3 & 4
Chapitres 5 & 6
Chapitre 7 & Épilogue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha