Compte Rendu de l’OCTO Talks Générative IA

Le 25/05 avait lieu l’OCTO Talks IA Génératives d’Octo Technology , une matinée complète pour parler des opportunités et défis face aux enjeux sociétaux et environnementaux.

Une première partie présentée par Nicolas Cavallo (Head of Generative AI) et Eric Biernat (Partner Data & AI) autour de la technologie derrière l’IA Générative, les cas d’usages métier et les enjeux sociétaux et environnementaux. 

Et une deuxième partie, sous le signe de l’échange avec une table ronde composée d’experts aux profils variés  : 

 Ce qu’il faut en retenir ! 

Nicolas Cavallo nous incite à utiliser les agents conversationnels comme des moteurs de raisonnement. Ne les utilisez plus comme des bases de connaissance, vous vous risquez à des hallucinations et ils n’ont pas été conçus pour ça !

Au contraire, en les utilisant comme des outils de raisonnement vous ouvrez la porte à tous les améliorations de ces derniers mois : agents connectés et agents autonomes (plugins chatGPT, langchain, autoGPT, etc) qui sont en train de révolutionner notre façon d’interagir avec des modèles d’IA. 

En détaillant comment ces agents conversationnels fonctionnent et comment les entreprises commencent ce sujet, Nicolas Cavallo nous incite : 

  • à rapidement exposer des services pour connecter ces agents conversationnels qui peuvent tout à fait être Open Source ( #souverenaité #données_sensibles).
  • à penser utilisateurs avec les usages et l’acculturation qui s’impose ! 

Les usages sont réels, les impacts business sont réels! Il est donc temps de s’intéresser aux enjeux sociétaux et environnementaux qui sont également réels ! 

Eric Biernat nous remet alors dans  le contexte et nous invite à retenir la date du 30 Novembre 2022 (sortie de ChatGPT) où le grand public prend conscience pour la première fois le niveau de maîtrise du langage par l’IA. L’humanité ne sera plus la même car on attribuera pas la même valeur/importance au patrimoine textuel. 

Les enjeux environnementaux sont également considérables. A travers le coût de ces modèles d’agent conversationnel nous comprenons l’importance du sujet green AI.  Nous continuons notre focus sur la performance et pas l’efficacité : Nous sommes en plein Red AI ! 

C’est notre responsabilité collective de faire en sorte que le bilan de l’IA pour l’humanité et la planète soit positif. 

Des messages inspirants de nos participants 

Tristan Nitot

Il y avait l’idée que faire des études et avoir un travail dit “intellectuel” ou “du savoir” permettrait une sécurité de l’emploi. Ce n’est plus le cas avec l’IA, qui menace ces métiers du savoir : juristes, journalistes, informaticiens, illustrateurs, ces métiers vont être lourdement impactés. On se prépare à l’équivalent de la révolution industrielle dans les métiers intellectuels.

Une nouvelle question de direction se pose: faudrait-il plutôt se diriger vers des modèles à taille moyenne plutôt que continuer l’innovation dans les LLMs ultra puissants ? Cela semble permettre une itération plus rapide tout en consommant beaucoup moins de ressources, un point important car l’IA générative est très gourmande en énergie et en matériel.

Chantal Jouanno 

Le Personnel politique n’est pas né avec la maîtrise technologique. Les Ingénieurs ne représentent même pas 3% de l’assemblée nationale

Lorsqu’on recherche “IA Générative” en français, on a des résultats sur comment réguler au maximum, alors que si l’on fait cette recherche en anglais, les résultats portent sur ce que l’IA peut apporter. En Europe, on pense régulation.

Il y a énormément d’usages positifs à l’IA dès lors qu’ils sont raisonnés et choisis. La où cela pose problème est l’utilisation de l’IA sans responsables, c’est-à-dire plutôt dans l’espace public

Il y a une forte demande chez les entreprises françaises avec des intérêts stratégiques pour des solutions d’IA françaises plutôt qu’américaines.

Sacha Morard

Dans le monde professionnel, l’IA ne supplantera pas directement les humains, mais il est probable que ceux qui l’utilisent bénéficieront d’un avantage par rapport à ceux qui ne l’utilisent pas.

Pour un journal, l’IA générative représente de multiples opportunités, mais suscite également beaucoup de questions et d’inquiétudes. Nous étudions cela avec la plus grande vigilance.

Sébastien Conort

De mon point de vue, la communauté open source ainsi que les laboratoires académiques ont un rôle majeur à jouer dans le développement d’outils qui permettront aux acteurs citoyens de prendre part au débat, notamment pour évaluer les IA. Il pourrait y avoir un « nutri-score » des IA un jour. Quant aux entreprises, leurs choix technologiques vont fortement influencer la composition du paysage IA à venir, entre open-source, start-ups et géants de la tech.

Le domaine de l’IA ne serait pas autant avancé aujourd’hui sans la dynamique open-source qui l’a porté ces 10 dernières années. Le rôle futur de l’open-source dans l’avenir de l’IA dépend de 5 types d’acteurs aux intérêts divers :

  • Les législateurs qui ont pour soucis de protéger les citoyens tout en favorisant l’innovation
  • Les labos privés dont les intérêts financiers sont énormes
  • Les labos académiques qui ont pour objectif de faire avancer les connaissances scientifiques pour l’intérêt général
  • Les communautés open source qui prônent les valeurs de partage et d’accessibilité des technologies au plus grand nombre
  • Les entreprises qui, par leur choix technologiques et de services, vont fortement influencer le paysage IA à venir

Avec la sortie de ChatGPT, c’est la première fois que certains décideurs habituellement loin des sujets technologiques s’intéressent autant à un sujet d’IA. Les équipes d’experts internes ont été très sollicitées pour intervenir dans des comités de direction, y décrypter l’actualité IA, et démystifier certains aspects techniques. Donc oui les décideurs ont pris conscience de la vague IA à venir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha