Comment OCTO s’engage pour un monde meilleur

Le partage fait partie intégrante de la culture d’OCTO. Vous le voyez très probablement à travers chaque article de blog que nous publions, chaque livre édité, chaque évènement organisé.

Cet article ne parlera ni de tech, ni de méthodo, ni de nos clients. Il parlera de nous – les Octos – et de l’engagement que nous avons décidé peu à peu de prendre pour notre planète, à notre échelle.

TL ; DR ;

Après avoir participé à cinq reprises au palmarès Great Place To Work – et été présents sur chaque podium – nous voulions faire encore plus, et cette fois, pas que pour “nous”. Voilà pourquoi OCTO a décidé de s’engager dans la certification B-Corp.

Version longue : 

Cet article ne sera pas l’occasion de clamer haut et fort à quel point nous sommes exemplaires sur notre empreinte carbone. Nous pratiquons des métiers où il est concrètement difficile de se considérer blancs comme neige (entre autres : coûts écologiques de la chaîne de production des PC, consommation électrique de nos machines, du réseau utilisé et des serveurs, recyclage difficile de notre matériel…), mais où il est possible – et important – à son niveau de faire “mieux”. 

Cet article sera, je l’espère, le début d’une longue suite d’articles optimistes dans lesquels nous souhaitons partager chaque petit pas fait en communauté vers la compréhension, la mesure et l’ajustement de notre impact. Il sera également l’occasion d’expliquer la démarche qui nous mène aujourd’hui à viser la certification B-Corp.

Nous n’en sommes qu’au début, mais nous souhaitons communiquer rapidement pour pouvoir inciter et sensibiliser d’autres entreprises qui comme nous se demandent quoi faire et comment agir.

Alors commençons…

Nous sommes en 2019, et avec de l’avance ou du retard, peu importe, OCTO Technology s’organise pour tenter de comprendre, mesurer et réduire son empreinte carbone.

La génèse

L’initiative avait été lancée il y a plusieurs années par des Octos très touchés (coucou Mickaël !) par la thématique, mais il manquait alors une caisse de résonance en interne. Rebelote il y a deux ans, où nous voyons  fleurir des BBLs “Green”, des threads de mails pour comprendre comment OCTO pourrait devenir plus vert, et une nouvelle mailing-list : green@octo.com. Puis, plus grand chose, le quotidien reprend son cours chez OCTO, même si la plupart d’entre nous restent très impliqués dans des démarches éco-responsables personnelles. Faire bouger une PME de 600 personnes, c’est un défi ! 
Juillet 2019 arrive et Dominique, notre directrice des opérations, très engagée dans son quotidien, propose à la communauté un BBL pour échanger autour de bonnes pratiques personnelles pour tendre vers le zéro déchet, à la maison. On tire le fil et on en arrive tous aux mêmes conclusions : 

  • La caisse de résonance est là, nous sommes au moins 30-40 à vouloir mettre la main à la pâte et à avoir déjà mis en place un certain nombre de choses chez nous ;
  • Ce que nous testons chez nous peut être testé chez OCTO, et inversement ;
  • Le zéro déchet c’est un noble premier objectif, mais le sujet ne serait-il pas plus large, et autour de notre éco-responsabilité

La mailing-list green@octo.com ressort des archives, et nous voilà partis dans l’aventure.

Concrètement, que fait-on aujourd’hui ?

Nous avons listé tous les sujets qui nous traversaient la tête pour voir ceux qui étaient facilement activables et avec un impact. Mais notre premier enseignement a été de nous dire “réduire c’est bien, mais mieux vaut réduire ce qui impacte vraiment. Alors commençons par mesurer, apprendre, et tester”. Oui, Lean et Agilité ne nous quittent jamais, peu importe l’ordre.

  • Adieu le plastique 

On commence par les basiques : arrêt des gobelets et des touillettes en plastiques. Oui, même pour les clients invités dans nos locaux. Chaque Octo est invité à ramener son / ses Ecocups, sa gourde, son verre, sa tasse, peu importe. Nos étagères sont maintenant dépareillées, et ça apporte de la couleur !

  • Le tup c’est chic

Nous oeuvrons pour que les commerçants autour de nous s’habituent peu à peu à nous voir arriver avec nos tupperwares. Pour certains, c’est une évidence, pour d’autres, cela demande plus de diplomatie. Mais on y arrive !
Et non, OCTO ne s’est pas doté d’un nouveau goodie, c’est à chaque Octo de venir avec son propre matériel afin d’éviter la surproduction. Autant être cohérents !

  • Seul on va plus vite, à plusieurs on va plus loin

Au moins une fois par mois, un BBL est organisé sur un sujet qui émerge de nos échanges. Les derniers en date : 

  • REX : Le zéro-déchet à la maison
  • REX : DIY – produits cosmétiques et ménagers
  • Green & post-its (vrai ou faux débat ? Comment mesurer ? Quelles alternatives ?)
  • Les prochains : le compostage, les fournisseurs d’électricité, l’usage des serveurs, etc. 
  • Tous les jours la mailing-list est alimentée par des débats, des tips, des MOOC, des idées de projets.
  • Un apéro Green a été organisé pour structurer un peu notre démarche (qui peut rapidement se transformer en un tas d’initiatives abandonnées). À ce stade, n’ont pas été pris en compte les effets collatéraux des ces idées, comme l’impact sur la comptabilité et les achats d’un changement de prestataire.
    • Objectif : structurer la démarche et fédérer la communauté
    • Déformation professionnelle oblige, ça a forcément fini en atelier post-it (oui, on sait) pour regrouper toutes les idées qui émergent et mettre en place un plan d’actions qui convient à toutes et tous.
    • En bonus : on a testé l’apéro fait maison ! (ça marche, et c’est quand même bien meilleur ! Tartes maisons, légumes du coin, bières artisanales, etc.)
  • Un Kanban (forcément), pour suivre qui veut faire quoi ou qui a besoin d’aide

Et que peut-on faire à l’avenir ?

Plus ce mouvement prend de l’ampleur, plus nous touchons du doigt la même problématique : est-ce que tous ces efforts ont vraiment un impact ? Comment le mesurer ?

Au-delà des efforts faits au quotidien sur nos comportements, comment appliquer cette démarche à notre core-business

Alors on repart pour un tour avec plein d’idées :

  • Avec nos métiers de consultants, on pourrait rendre plus intelligents nos déplacements : préférer le train à l’avion, miser sur la visio-conf, etc. 
  • Nous sommes des artisans du code, de la tech, des archis complexes : et si notre responsabilités était de faire du Green IT auprès de nos clients pour ainsi espérer changer la donne ?
  • Et si les prochains Octos venaient chez nous parce que justement nous faisons du conseil et de la tech responsable ?

Après avoir rêvé, nous allons nous atteler à construire concrètement un monde plus écologique. Nos prochaines réunions de travail se pencheront sur l’évaluation chiffrée de notre consommation environnementale (kilos de déchets jetés, électricité consommée, type de transports utilisé…). Dans un an, nous souhaitons proposer une panoplie d’indicateurs de notre dépense énergétique. 

Au-delà de la démarche “Green”, un autre mouvement en parallèle a commencé à se structurer parmi les Octos, qui va bien au-delà de supprimer le plastique (même si c’est déjà très bien). 

Nous avons commencé à rassembler toutes les initiatives en cours, éparpillées dans notre quotidien, qui nous permettent d’avoir un impact “pour un monde meilleur” au-delà de l’environnement : le mécénat de compétences, la volonté d’aller vers des projets avec une approche solidaire plus importante, nos démarches d’innovation managériales, l’engagement de certain·es Octos qui donnent régulièrement des formations sur l’accessibilité et le numérique responsable dans des écoles et entreprises. Tous ces éléments s’ajoutent à la liste concrète de ce que nous pouvons et voulons apporter quotidiennement dans notre “core-business”. 

Nous avons souhaité donner un objectif commun à tout cet élan en allant bien plus loin. Le challenge est maintenant tout trouvé : la certification B-Corp !

THE B CORP DECLARATION OF INTERDEPENDENCE

We envision a global economy that uses business as a force for good.
This economy is comprised of a new type of corporation – the B Corporation –
Which is purpose-driven and creates benefit for all stakeholders, not just shareholders.
As B Corporations and leaders of this emerging economy, we believe:
– That we must be the change we seek in the world.
– That all business ought to be conducted as if people and place mattered.
– That, through their products, practices, and profits, businesses should aspire to do no harm and benefit all.
– To do so requires that we act with the understanding that we are each dependent upon another and thus responsible for each other and future generations.


Source : https://bcorporation.net/about-b-corps

En 2020, nous mettrons en oeuvre tout ce que nous pourrons pour rejoindre le panel des organisations qui s’engagent à tenir compte de la société et de l’environnement (en plus du profit) dans leur structure de gouvernance et de gestion.

Cet article est donc le premier d’une aventure éprouvante, challengeante mais surtout riche en apprentissages. Nous souhaitons pouvoir partager cette démarche et ce chemin avec toutes celles et ceux que cela intéressera, et ainsi faire grandir la communauté des B-Corporations dans nos métiers

6 commentaires sur “Comment OCTO s’engage pour un monde meilleur”

  • Coucou OCTO 👏
  • Wow ! Vous me manquez !
  • Un an après s'être dite « fière d'avoir accompagné Total dans sa mise en production de son projet IA » sur les réseaux sociaux (voir l'article détaillant cette collaboration sur LeMagIT : https://www.lemagit.fr/etude/Intelligence-artificielle-comment-Total-est-passe-du-poc-a-la-production), OCTO, « PME de 600 personnes » appartenant à la multinationale que l'on sait, « s’engage pour un monde meilleur ». Un revirement inattendu mais bienvenu à l'heure où les dernières études nous apprennent que le réchauffement climatique pourrait atteindre +7°C en 2100. Alors, comment OCTO compte-elle s'y prendre pour « construire concrètement un monde plus écologique » ? En arrêtant les touillettes en plastique, en créant une mailing list et en organisant des « apéros Green ». Bien que ces petits gestes soient louables et nécessaires, leur portée est un peu limitée. Heureusement, OCTO en est consciente : « réduire c’est bien, mais mieux vaut réduire ce qui impacte vraiment ». Effectivement, ne serait-il pas plus impactant de cesser d'aider la 17ème entreprise la plus polluante au monde à extraire toujours plus de pétrole, que de parler de GreenIT et de zéro-déchet ? Comment interpréter cette contradiction ? Naïveté, dissonance cognitive ou cas d'école de greenwashing ? Espérons que la communauté formée autour de la mailing list se saisira du problème et fera pression sur sa direction pour arrêter tout partenariat avec des entreprises climaticides telles que Total.
  • Merci pour ce commentaire lucide ! Nous sommes conscients des contradictions de nos métiers mais les réponses ne sont pas évidentes... Nous avons décidé de nous engager dans la certification B-Corp mais ça ne va pas se faire du jour au lendemain, il y a beaucoup de travail à faire et nous allons le faire avec tous les Octos.
  • Il est (encore) temps, bravo ! Il manque à mon avis une question "Est-ce à la hauteur de l'enjeu ?", la SNBC - Stratégie Nationale Bas Carbone - indique une division par 6 et plus de nos émissions de CO2 pour atteindre la neutralité carbone ?! Qu'est-ce que la "tech responsable" ? L'essentiel n'est peut-être pas le label mais davantage les actes en profondeur évitant vraiment les émissions, plutôt que les reports, les effets rebonds... qui se cachent partout. Rien de simple et facile dans la systémique de nos organisations complexes actuelles où cet enjeu nous impose de revoir en profondeur notre système de vie. Quelques pistes non exhaustives sur lesquelles on ne manquera pas de s'interroger : - baisser les rémunérations ? Gagner moins implique que l'on va moins consommer/épargner/... (donc moins impacter le climat, cf. lien économie/énergie/changement climatique cher à JM Jancovici - il parle de -4% par an dans un récent interview sur France Culture). Pourquoi ne pas questionner et baisser le temps de travail ? - l'avion ? L'aviation "écologique" ou "sociale" n'existe pas et ne passera jamais à l'échelle (mode de transport le plus inégalitaire - seuls 10% de la population mondiale volent - et améliorer technologiquement les Boeings ou Airbus n'entrainera pas moins de vols, mais plus - paradoxe de Jevons encore) ! Ne pas toucher à l'avion, c'est rendre le débat sur la voiture encore plus difficile (dans la sobriété, l'effort devra être partagé et ressenti équitablement par tous. Rassurons-nous 90% des humains n'ont pas le problème de devoir se passer d'avion, et 75% n'ont pas celui de la voiture ; en revanche beaucoup subissent déjà certaines des conséquences du changement climatique). - rien sur ce secteur d'activité qui "crée" une obsolescence rapide plus ou moins volontairement/consciemment (et ses conséquences bien physiques : consommation/extraction de métaux et de matières premières, chaines d'approvisionnement énergivores...) ? - rien sur les choix des clients en fonction de leurs engagements et des actes concrets ou des choix des missions en fonction de leur impact réel en faisant des analyses du cycle de vie et bilan carbone (streaming video, app mobile de consommation facilité, système d'optimisation des ventes, crypto-monnaie...) ? - rien sur les business models néfastes, nuisibles basés sur la publicité (coucou Google, Facebook, Criteo, Teads et j'en passe), les capteurs en tout genre qui poussent à toujours plus tracker/collecter/stocker/analyser des données ? - rien sur le sens de l'innovation vantée sur tous les "frontaux web" des entreprises de ce secteur et sur ce qu'elles produisent (telle la poussette connectée et motorisée ou le distributeur de croquettes pour chat connecté) ? Bonne réflexion ;-) FJ
  • Olà, Chouette initiative ! Est-ce qu'il y a moyen d'être abonné à green en tant qu'externe (et ex-Octo), juste pour avoir/donner des idées ? Est-ce que vous pouvez poster vos rex ? C'est un débat qui m'intéresse vraiment, et je suis très curieux de voir comment une entreprise comme Octo gère la chose !
    1. Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


      Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha