Choisir son ampli (et son usine de développement)…

Le mois dernier j’ai eu le plaisir d’animer avec Djamel et Nicolas une session aux TechDays Microsoft. Signe de l’ouverture de MS (de certains collaborateurs MS tout du moins), notre présentation a porté sur des retours d’expérience concernant l’industrialisation des développements, avec Team System d’une part, et avec des briques Open Source (CruiseControl.NET, Fitnesse) d’autre part (en parlant du dernier né des logiciels Open Source chez OCTO : Octopus Micro Finance Suite). Malgré un créneau à la fin de la journée consacré aux développeurs, le public était au rendez vous et les questions nombreuses, marquant l’intérêt pour ces solutions et pour les problématiques méthodologiques communes.

Si la préparation de cette session avec mes collègues et MS a été source d’enseignements, les retours que nous avons eus l’ont été également… L’un des reproches qui nous a été (indirectement) adressé a été le suivant :  » La conclusion n’était pas assez tranchée ! « . C’est vrai ! Nous n’avons pas dit ce que beaucoup attendait :  » Vous devez (tous) choisir…. CA ! « .

Cette attente est courante. J’ai la même quand je me précipite vers les dernières pages du dossier FNAC  » Eléments séparés Stéréo et Home Cinéma 2007  » pour choisir mon prochain ampli. J’aimerais trouver sur la dernière page :  » L’ampli qu’il vous faut est le PURSON 12.5 !  »

Manque de chance, la FNAC ne m’a pas édité une version personnalisée de son guide. D’ailleurs, le technicien qui a réalisé le dossier n’a même pas pris la peine, ni de venir voir la configuration de mon séjour, ni de m’interroger sur mes attentes. Moralité, c’est à moi, sur la base des retours des tests FNAC, de regarder les caractéristiques et de faire un choix en fonction de mes besoins (Je regarde peu de DVD, je n’ai pas besoin de 5.1. Par contre, quand je regarde Taratata, j’ai envie d’avoir le son sur mes 2 bonnes enceintes, et mon lecteur DVD me sert à lire mes CD audio…).

Une fois que j’aurai choisi, il me faudra encore faire des choix : Comment positionner les enceintes chez moi (j’ai d’un coté du canapé un mur bien réfléchissant, et de l’autre 5 mètres d’espace libre). Il n’y a rien de pire que d’acheter un matos au top et d’avoir un son pourri parce qu’on l’a sorti de la boite sans l’adapter à son environnement…

Hélas pour moi et pour le public de notre session, il n’y a pas de silver bullet, ni pour ma chaine Hifi, ni pour l’industrialisation des développements de nos clients.

Frédéric

PS : Contrairement au dossier FNAC, nous n’avons pas fait un comparatif bit à bit des solutions techniques, nous avons préférez raconter les histoires de leur mise en oeuvre (un peu comme ce guide là nous présente des typologies d’installation Hi-fi).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha