Andon

Pendant une longue période je n’eus que très peu d’occasions de rencontrer M. K mais j’entendais régulièrement parler de lui. Il était parfois difficile de séparer l’information de l’affabulation, car les rumeurs allaient bon train à son propos, pas tant sur sa personne d’ailleurs, mais sur la méthode qu’il adoptait avec les équipes qu’il rencontrait.

Aussi lorsque Bert, un ancien collègue avec qui je déjeunais de temps en temps, me parla d’un nouveau venu bizarre à l’étage où il travaillait, je lui demandai immédiatement s’il s’agissait de M. K:


– Je ne sais pas comment il s’appelle; en fait je ne travaille pas dans cette équipe: c’est juste qu’on manque de place au cinquième, alors je me suis installé au sixième, dans un bureau juste à côté de leur open space.
– OK. Alors tu vois comment il travaille. Qu’est-ce qu’il leur raconte ?
– Je ne sais pas. C’est un type extrêmement discret.
– Exact.
– En même temps, on peut dire qu’il ne passe pas inaperçu.
– Ah bon ? Il est toujours en costume sombre..
– Pardon: je ne parle pas de son style vestimentaire, mais de ce qu’il fait dans les projets.
– Qu’est-ce qu’il y fait ?
– Je ne sais pas exactement, mais ça se remarque. Par exemple, il a rassemblé tous les bureaux au centre de l’open space et il a posé les écrans dessus; ce qui fait que les gens se parlent plus facilement, en face à face, sans avoir à se déplacer.
– Pas bête.
– Tu trouves ? Il les a aussi incités à afficher un tas de choses sur les murs. Il n’y a plus un centimètre carré de libre. Mais ce n’est pas le plus farfelu. Ils ont installé un poste de travail près de la porte de l’open space, sur le meuble où on trouve le café et les journaux.
– Je vois. Mais pour qui ?
– Pour personne: c’est le poste d’assemblage de leur projet.
– Comment tu le sais ?
– C’est marqué dessus : une étiquette collée en haut de l’écran, au feutre épais. BUILD.
– Tu veux dire collée SUR l’écran ?
– Oui. Ca attire l’attention. On a envie de l’enlever.
– Et à part ça sur l’écran ?
– Rien. Un gros rectangle vert.
– Vert ? Sur tout l’écran ?
– Tout l’écran. Vert pomme.
– Ne me dis rien, j’ai compris: lorsque les développeurs enregistrent leurs modifications dans le gestionnaire de version, ce poste là recompile tous les sources et passe les tests. Et si l’écran est vert c’est que le build est OK.
– Peut être, Mais pourquoi un écran tout vert ?
– Pourquoi pas ?
– Moi, je préférerais y voir des choses plus intéressantes que du vert : le résultat du build par exemple…
– Justement: quand le build n’a pas marché qu’est-ce qu’il se passe ?
– Je crois que c’est dans ce cas que l’écran devient rouge.
– Tout rouge ?
– Rouge tomate. Et il y a une sonnette qui se déclenche. Ding dong !
– OK. C’est vraiment pas bête.
– Bof. Ils feraient mieux d’afficher le résultat du build..
– Pourquoi faire ?
– Pour essayer de voir ce qui ne marche pas, par exemple !
– Tu ne comprends pas, Bert: le build, ce n’est pas sur ce poste qu’ils le réparent..

Je réflechis un instant à la manière dont l’équipe avait dû adapter son fonctionnement à ce système. Je demandai à Bert:

– Et ça arrive souvent ?
– Quoi donc ?
– L’écran rouge, tiens.
– Pas tellement, en fait. Et à part ça, tes vacances, c’était comment ?

Quelques jours plus tard, je déjeunais à nouveau avec Bert, et ne pouvais m’empêcher de lui demander des nouvelles de M. K et de son poste de build.

– Alors ? Cet écran, il est encore vert ?
– Oui. Ca a failli devenir un problème d’ailleurs, mais M. K leur a demandé de changer le système.
– Ah oui ? Pourquoi ?
– Un gars de l’équipe m’a dit que c’était parce que l’écran était toujours vert, et que ce n’était pas normal.
– Pourquoi donc ? C’est plutôt bon signe, non ?
– En fait, l’écran restait vert pendant des jours entiers, parfois même une semaine, mais pas pour la bonne raison. C’est parce que les développeurs n’enregistraient plus aussi souvent leurs modifications dans le gestionnaire de version.
– Ah ah! Moins de commits, moins d’écrans rouges.
– Oui. Quand M. K a compris cela, il y a eu une petite discussion dans l’open space. Puis il leur a demandé de trouver quelque chose.
– Et ils ont trouvé ?
– Oui. Lorsque le poste de build n’a pas assemblé les sources depuis plus d’une heure, l’écran devient jaune.
– Jaune ?
– Jaune citron. Et il y a un signal sonore, comme dans les aéroports: Dang Ding Dong ! C’est le signal qu’il faut assembler le projet.
– Incroyable ! Et ils l’assemblent ?
– Bien sûr. Et là l’écran devient rouge !

Je m’esclaffai. Bert renchérit:

– N’est-ce pas que c’est idiot ?
– Idiot, peut être pas. Ca n’a rien de génial, mais c’est simple et ça marche.
– Oui. Maintenant, leur problème, c’est d’assembler souvent du code qui fasse un écran vert. Et à part ça, tu joues dans le match de dimanche prochain ?

4 commentaires sur “Andon”

  • J'adore ce monsieur K.

  • C'est une super idée comme système, ça force à bosser sans pour autant être derrière :D
    Pour une fois que c'est la tache du manager qui est automatisée et pas celle de l'employé :)

  • Monsieur K peut devenir une marque de fabrique lol

  • J'adore vos articles. Ils sont vivants et très enrichissants. Bonne continuation!
    1. Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


      Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha