unix

Archi & techno

5 services que systemd m’a déjà rendu

En un peu plus de 7 ans d’existence, systemd s’est peu à peu imposé comme le remplaçant par défaut du vieillissant init. On le trouve en effet installé et activé par défaut sur les distributions de Linux les plus couramment utilisées : Ubuntu depuis la 15.04, CentOS depuis la 7, et j’en passe…

systemd a fait couler beaucoup d’encre sur les forum de la communauté des utilisateurs de Linux, à tel point qu’un fork de Debian sans systemd a même été lancé à la fin de l’année 2014. Les raisons de ces débats sont multiples et parfois justifiées. Mais sans faire l’avocat du diable, je pense que pour beaucoup de détracteurs, systemd a surtout été une cause d’incompréhension : Lennart Poettering, l’initiateur du projet, a remis en cause l’un des fondements d’Unix.

L’objectif de cet article n’est aucunement tenter de convaincre le DevOps qui sommeille en chacun de nous que systemd est indispensable et qu’il serait une hérésie de s’en passer, mais plutôt de lister 5 cas d’utilisation de systemd qui peuvent être utiles lors d’un projet.

Lire la suite

Stratégie SI

Administrer son parc avec du shell

Je vais enfoncer une porte ouverte : le shell est présent sur tous les serveurs, sous un parfum ou sous un autre : sh, ksh, PowerShell, … (Ce petit dernier, Microsoftien, encore absent de la plupart des parcs, avance à grands pas dans sa colonisation). Le shell, ainsi que ses amis CLI évolués (Perl, Python, Ruby, …), exotiques (screen, expect, lex, …) ou de longue date (cut, sed, awk, tail, ssh, …). Je regroupe tout ce beau monde sous l’appellation « shell ».

Il est logiquement la première solution envisagée lorsqu’il s’agit d’administrer son serveur / un serveur / ses serveurs/ son parc de serveurs. Lire la suite