Architecture

Archi & techno

Asynchronous data exchanges, découpler avec classe – partie 1

Déporter des traitements lourds, transférer des logs, gérer des pics de charges, architecture réactive… Il existe de nombreux cas d’utilisation du design pattern Asynchronous data exchanges qui permet de gérer la communication de message en mode asynchrone.

De nos jours, plein de solutions existent pour l’implémenter :

  • Utilisation de méthode intégrée aux langages :
    • Futures en Java
    • Actors et Futures en Scala
    • Delegate en .Net
  • Utilisation d’outil comme Netty
  • Utilisation de serveur de message ou MOM (Message Oriented Middleware)
  • Etc.

Dans cette série d’articles, nous allons regarder l’utilisation d’un MOM.

Pour cela nous allons voir très rapidement la théorie, les points d’attention et finir avec des cas d’utilisations dans le deuxième article.

Lire la suite

Archi & techno

Circuit breaker, un pattern pour fiabiliser vos systèmes distribués (ou microservices) : partie 4

Nous voilà à la fin de cette série d’articles (disponibles ici, ici et ici) sur le circuit breaker.

Comment fais je pour le superviser en production ?

Notre application a passé tous les tests et il est temps de passer en production.

Si l’on reste sur Hystrix, il existe beaucoup de métriques.

La liste est disponible sur le site officiel.

Une des difficultés d’une bonne supervision est de réussir à obtenir des tableaux de bord où avec un simple coup d’oeil on peut obtenir le maximum d’information.

La première étape est de choisir les bonnes métriques.

Notre sélection est :

  • État du circuit breaker (ouvert, semi-ouvert ou fermé),
  • Ressenti utilisateur (pages en erreur ou non)
  • État du service appelé

Avec ces trois métriques, nous connaissons l’état de l’application rapidement.

Lire la suite

Archi & techno

Circuit breaker, un pattern pour fiabiliser vos systèmes distribués (ou microservices) : partie 3

Maintenant que nous avons vu la théorie sur les précédents articles disponibles ici et ici, penchons-nous sur la pratique.

Comment l’implémenter ?

Plusieurs solutions sont possibles pour l’implémenter.
Par exemple en Java il existe des librairies qui le font pour nous comme :

Focalisons-nous sur Netflix Hystrix.

Lire la suite

Archi & techno

Circuit breaker, un pattern pour fiabiliser vos systèmes distribués (ou microservices) : partie 2

Lors de l’article précédant, nous avons vu quelques solutions possible pour résoudre la gestion des dépendances (externe ou interne) qui peuvent (et le seront tôt ou tard) défaillantes lors de l’exécution de notre application.

Regardons d’un peu plus près le design pattern circuit breaker.

Une solution possible : le design pattern circuit breaker ?

Le circuit breaker permet de contrôler la collaboration entre différents services afin d’offrir une grande tolérance à la latence et à l’échec.

Pour cela, en fonction d’un certain nombre de critères d’erreur (timeout, nombre d’erreurs, élément dans la réponse), ce pattern permet de désactiver l’envoi de requêtes au service appelé et de renvoyer plus rapidement une réponse alternative de repli (fallback), aussi appelé graceful degradation.

 

 

Design pattern : circuit breaker

Lire la suite

Archi & techno

Circuit breaker, un pattern pour fiabiliser vos systèmes distribués (ou microservices) : partie 1

L’évolution des besoins (réductions des coûts et du time to market, concept d’ATAWAD (AnyTime, AnyWhere, AnyDevice)…) a mis en avant certaines architectures (architecture  applicative cloud ready, architecture microservices, architecture distribuée…).

Cela a engendré de nouvelles problématiques, en particulier l’augmentation du nombre de dépendances et donc potentiellement soumise au réseau.

C’est à ce moment qu’apparaissent à nouveau les “Illusions de l’informatique distribuée” :

  • Le réseau est fiable.
  • Le temps de latence est nul.
  • La bande passante est infinie.
  • Le réseau est sûr.
  • La topologie du réseau ne change pas.
  • Il y a un et un seul administrateur réseau.
  • Le coût de transport est nul.
  • Le réseau est homogène.

Et ces illusions ne prennent pas en compte la partie dépendance et leurs lots de problèmes (crash, temps de réponse lent, réponse non conforme…).

Pour répondre à ces défis, la philosophie de design for failure (les traitements applicatifs doivent, dès leur conception, prévoir le cas où les composants qu’ils appellent pourraient tomber en erreur) a pris encore plus d’importance.

Et donc nous somme passé de « prévenir toutes les défaillances » à « les défaillances font partie du jeu ».

Parmi toutes les solutions composant le design for failure, nous allons nous pencher sur le design pattern “Circuit Breaker” popularisé par Michael Nygard dans le livre “Release It!”.

Mais avant cela, faisons un tour rapide sur d’autres solutions permettant de gérer des problèmes de dépendances.

Lire la suite

Archi & techno

L’architecture microservices sans la hype : qu’est-ce que c’est, à quoi ça sert, est-ce qu’il m’en faut ?

En 2015, le pic des microservices a été atteint : pas une conférence sans un ingénieur de Netflix pour vous vendre du rêve, pas une semaine sans nouveau framework magique pour tout faire sans se poser de question.

Résultat : une focalisation sur les outils et les belles histoires plutôt que sur les questions de fond.

Il nous a donc semblé utile de faire le point sur les aspects architecturaux des microservices,
car choisir un style d’architecture pour un système d’information a des conséquences structurantes sur la vie des projets et l’organisation de l’entreprise.

Lire la suite

Archi & techno

Services REST : ne jetez pas la SOA avec l’eau du bain

Avec l’arrivée de REST, on est tenté d’oublier tout ce qu’on faisait avant car c’était forcément moins bien. Mais, si les technologies ont changé, les bonnes pratiques SOA sont toujours aussi pertinentes, et permettent de mettre en œuvre des services qui répondent aux besoins tout en gardant la maîtrise de son système d’information.

Lire la suite

Archi & techno

Mes métriques financières à jour, instantanément, à moindre coût

Les banques de détails et les banques privées reposent sur un système d’information bancaire qui a acqui au fil du temps une indéniable maturité. Ce système central est bien souvent basé sur une architecture unique qui, bien qu’éprouvée, ne répond pas à certains des besoins de la banque d’aujourd’hui. Avec un marché qui s’accélère, une demande accentuée de plus-value stables, une complexification des produits et une durcification du contexte régulatoire, les banques ont besoin de nouveaux outils pour gérer leurs portefeuilles ainsi que leurs risques au jour le jour. Ces outils sont en effet plus difficiles à construire en se conformant aux anciens modèles, et demandent donc de réfléchir à de nouvelles solutions.

Dans l’article pointé ci-dessous (en anglais), nous analysons une douleur concrète de la gestion de fortune et détaillons l’étude que nous avons menée ainsi que ses résultats prometteurs.


http://blog.octo.com/en/get-an-instant-access-to-up-to-date-metrics-at-low-cost/