Retour sur le Green Challenge

Le Green Challenge était un concours, ouvert lancé dans le cadre de l’Université du SI 2010.
Il avait pour objectif de faire émerger des patterns de développement permettant d’améliorer la sobriété des logiciels, ou “Green Patterns”.
Il a mobilisé 15 équipes, soit une cinquantaine de développeurs, pendant 2 mois.

Les gagnants

Le concours s’est terminé début juillet et les gagnants ont été désignés lors d’une session USI 2010 dédiée au challenge (voir vidéo).

Le jury du Green Challenge était composé de :

  • Frédéric Bordage, expert du Green IT ( animateur de greenit.fr)
  • Lionel Laské, directeur de l’innovation chez C2S (Groupe Bouygues)
  • Guillaume Plouin, en charge du projet chez OCTO Technology

Il a désigné 3 équipes lauréates :

  • Julien  LAMANDE / Paul ELISE
  • Gabriel LANDAIS / Julien ADAM
  • Mickael Robert / Maxime RAMEAU / Florent DAVID

Ces équipes ont réussi à faire baisser la consommation en Watts de l’application de 20% côté serveur (Google App Engine), et de 80% côté navigateur (mesure par l’AddOn GreenFox).

Les graphiques suivants présentent les économies en Watts qu’ils ont réussi faire au travers de leur application. Leurs résultats sont comparés à ceux de l’application de référence livrée au début du challenge. Il y a un facteur 100 entre les unités de mesures de GreenFox et celle d’AppEngine. Le gain maximum était donc obtenu en travaillant sur la partie client de l’application.

Les Green Patterns

Les Green Patterns issues du Challenge sont présentées en détail dans cette page. Voici une synthèse rapide :

  • Réaliser le maximum de traitements côté serveur quitte à réduire l’ergonomie à l’essentiel
  • Profiler l’application pour identifier les traitements fortement consommateur de CPU
  • Optimiser ces traitements pour limiter le nombre d’opérations réalisées ou remplacer ces traitements par des librairies plus efficaces
  • Pré-générer les affichages sur le serveur et éviter le code interprété (JavaScript ou JSP)

What’s next ?

Nous allons publier GreenFox, l’AddOn Firefox développé pour mesurer les consommations CPU, dans l’écosystème Mozilla.

Nous aimerions diffuser les Green Patterns.
Votre aide est la bienvenue pour relayer l’information et pointer vers cette page.
Et si vous connaissez un site communautaire pertinent pour les publier, nous sommes preneurs…

7 commentaires pour “Retour sur le Green Challenge”

  1. jamais rien entendu d’aussi c….
    vous réduisez le coup CPU donc l’électricité donc l’impact CO² ok bravo…
    L’ordinateur finira dans 5-10ans sur rivières du Gange, avec ses beaux métaux lourds dans la terre et dans l’alimentation des gens
    c’est pour vous donnez bonne conscience une telle bétise ?

  2. Bonjour Mr Kleenex,

    comme précisé sur le site du challenge & sur GreenIT.fr, le logiciel joue un rôle clef dans l’obsolescence programmée du matériel informatique (http://www.greenit.fr/article/logiciels/logiciel-la-cle-de-l-obsolescence-programmee-du-materiel-informatique-2748).
    Optimiser le code, c’est donc retarder l’immersion de votre PC dans le Gange. C’est un petit pas certes, mais nous pensons qu’il vaut mieux faire des petites actions que regarder passivement le Gange charrier des PCs….

    Excellente année à vous !

  3. Kleeenex devrait aussi soigner son orthographe…

  4. Bonjour Guillaume.

    Je ne suis pas complètement convaincu du fait que l’obsolescence du serveur provient du logiciel. L’évolution des composants, le coût de réparation / maintenance vs. le renouvellement des machines, l’évolution du rapport puissance de calcul/de stockage par Watt ou par cm2 jouent des rôles tout aussi important.
    C’est d’ailleurs particulièrement vrai aujourd’hui où l’on remplace facilement les machines tout en conservant leur empreinte logicielle dans des partitions virtuelles.

    Bien entendu, ça n’empêche pas de peaufiner son code logiciel pour rendre l’informatique plus Green.
    Mais le sujet est bien plus vaste. Sinon, retournons tous coder du C compilé et on va gagner quelques cycles sur les serveurs, c’est garanti !
    On pourra alors rétorquer que les codeurs sont aussi sur des ordinateurs et que coder en langage moderne va plus vite que coder en C et donc on réduit l’empreinte carbone en codant plus vite dans des langages moins optimisés, etc.

    Bref, ce challenge reste une belle illustration, tout en étant simpliste dans ce sens qu’elle ne traite qu’un des multiples axes de la consommation électrique d’une activité informatique.

  5. @Guillaume Plouin
    Certes, vous retardez l’immersion du PC mais sans enlever tous les produits toxiques dedant – je ne vois pas où est l’amélioration, ah si peut être dans les consciences…
    bof bof…
    est ce du marketing ?
    vendre quelque chose en surfant sur la vague ?
    même si ce quelque chose est du vent ?
    le green it me peine

  6. Bonjour Mr Kleenex,

    Un des principaux enjeux de la préservation de l’environnement est de rendre les appareils plus durables, moins jetables. Il s’agit de mettre fin aux mauvaises pratiques comme les ampoules/batteries de téléphone conçues pour ne pas durer plus d’an an, l’électroménager non réparable, etc.
    Notre démarche est en plein dans ce sujet : allonger la durée de vie des machines.

  7. http://blogs.1e.com/index.php/2011/01/19/the-death-of-green-it-may-not-be-a-bad-thing/

Laissez un commentaire