#PortraitDeCDO – Juliette De Maupeou – Total

#PortraitDeCDO – Juliette De Maupeou – Total

Découvrez pour le cinquième #PortraitDeCDO, avec le portrait de Juliette De Maupeou Chief Digital Officer Industry de Total. Vous allez pouvoir découvrir les enjeux du numérique pour son entreprise, ses contraintes au quotidien ou encore son rôle au sein de sa société pour faire bouger les lignes du digital. Des insights précieux que vous pourrez comparer au fur et à mesure que les portraits s’égraineront dans les semaines à venir.

total

En une phrase, comment définiriez-vous la notion de transformation digitale ?
La capacité de tirer parti des innovations digitales à des fins de création de valeurs.

Cette transformation a un impact sur notre relation client, nos processus industriels, nos modes de travail mais également sur nos relations avec notre écosystème.

Comment décririez-vous votre rôle de CDO ?
Il est difficile à résumer mais je dirais que je cumule un rôle d’animateur, de facilitateur, d’accoucheur et chef d’orchestre. Parfois un peu mouche du coche mais toujours avec le sourire.

Quelles difficultés rencontrez-vous au quotidien ?
La vraie valeur du CDO va être de permettre à l’entreprise d’accélérer le déploiement des projets digitaux et leur passage à l’échelle.

Cela passe forcément par une priorisation des sujets qui peut parfois être vue comme contradictoire avec le développement de l’innovation.  Donc le challenge est pour moi d’arriver à encourager un certain foisonnement et l’innovation participative tout en réussissant à dégager des projets prioritaires qui vont permettre cette transformation.

Un autre challenge pour moi est que nous sommes le point de rencontre entre les modes de fonctionnements de l’écosystème digital (start up, lab, fab, incubateur…) et les processus de travail de nos grands groupes parfois moins souples.

Pensez-vous qu’il faille être technophile pour exercer le métier de CDO ?
Compte tenu de mon parcours (juriste puis RH), je pense pouvoir affirmer qu’il n’y a pas besoin d’être un spécialiste IT pour tenir cette fonction.

Je pense qu’il est nécessaire d’avoir une appétence pour les sujets technologiques, être curieux et ensuite savoir travailler main dans la main avec des profils plus techniques quand vient le besoin.

Pensez-vous que CDO est un métier d’avenir ?
J’espère qu’il ne durera pas car notre priorité est bien une intégration de ces préoccupations par les business unit ou les métiers. Néanmoins, dans les groupes industriels, nous avons encore un rôle à jouer pour s’assurer que le déploiement a bien lieu. Encore quelques beaux jours devant nous !

Quelle est pour vous la prochaine innovation qui risque de chambouler votre secteur d’activité ?
L’IOT et les technologies du type advanced analytics ou machine learning nous permettent de repenser la façon dont nous conduisons nos opérations industrielles.

Quels sont les enjeux de digitalisation de votre entreprise à l’heure actuelle ?
Les activités commerciales et marketing du Groupe ont pris le sujet digital à bras le corps il y a quelques temps déjà. Tout l’enjeux pour le Groupe est maintenant de transformer le reste de ses activités dont le périmètre industriel. Nous pensons que le digital peut adresser nos enjeux de sécurité, d’optimisation de notre production et de réductions des coûts. Ensuite, si on lit la question à un autre niveau, l’enjeux est de dépasser les POCs et Pilotes et de lancer des programmes structurant sur ce domaine, tâche à laquelle nous nous attelons en ce moment grâce à une vision et une feuille de route que nous avons co-construites au premier semestre.

Citez-moi une marque/entreprise qui, pour vous, a clairement réussi à adresser les enjeux du digital ?
Dans le secteur du service, je trouve qu’Accor a très bien réagi et pris un virage digital très clair. On voit aussi que la culture de l’entreprise est une donnée clé de cette transformation.

Dans le secteur industriel, difficile de ne pas parler de General Electric qui s’est doté d’une véritable ambition digitale et d’une organisation dédiée.

Sans contrainte, vous avez la possibilité de commencer 3 projets de transformation dans votre entreprise : quels seraient-ils ?
Sur le périmètre industriel, de gros investissements sont nécessaires pour mettre nos données en état d’être exposées et pour couvrir nos sites avec du réseau. Mes deux premières priorités seraient clairement celles-ci. Ce travail permettrait d’accélérer le déploiement des autres usages tels que la mobilité ou le data analytics, la création d’environnement collaboratifs etc.

Par ailleurs, je suis convaincue qu’on ne peut pas parler de transformation digitale sans travailler sur l’évolution des modes de travail et des pratiques managériales. Je ferai évoluer les espaces de travail pour permettre ces nouvelles pratiques collaboratives, de travail en mode projet et je lancerai un chantier sur le management à l’heure du digital.

Quel projet de transformation vous semble le plus risqué et pourquoi ? Celui qui apporterait le plus de valeur et pourquoi ?
Nous avons un projet autour de l’asset lifecycle management qui va nous permettre de créer un jumeau virtuel de nos sites. C’est un projet extrêmement structurant qui va permettre de gagner en temps et en efficacité sur nos projets et sur nos sites. Il va aussi améliorer la qualité de la donnée exposée dans nos différents services digitaux. Il va nécessiter de revoir la façon dont nous travaillons avec les données en interne mais aussi dont nous collaborons avec nos fournisseurs ou contracteurs. C’est un projet de longue haleine.

Quel est l’impact de la transformation sur la culture et l’organisation de votre entreprise ?
Le premier impact est de permettre de transcander les organisations existantes dans l’entreprise. Un bon exemple est l’organisation digitale elle-même qui n’est pas calquée sur nos business unit mais bien sur des finalités (rapport client, opérations industrielles, travail sur la sub-surface).

Demain, qu’est-ce qui vous fera dire que votre entreprise a réussi sa transformation ?
Quand on n’aura plus besoin de nous !

Quel livre vous a récemment le plus influencé ?
Le dernier livre que j’ai lu sur le digital est « Exponential Organizations » à lire pour comprendre le phénomène de rupture apporté par les nouvelles entreprises du type UBER, Netflix, AirBnB… et le challenge que nos entreprises devraient relever pour passer d’un modèle linéaire à exponentiel.

Par ailleurs, j’ai été très positivement influencée par le livre « Lean In » de Sheryl Sandberg que j’offre à toutes les femmes actives que je connais.

LinkedIn : https://fr.linkedin.com/in/juliettedemaupeou/en
Site Internet : http://www.total.fr/home.html

#PortraitDeCDO – Juliette De Maupeou – Total from OCTO Technology

Retrouvez les derniers #PortraitDeCDO

#PortraitDeCDO – Rodolphe Roux – Wiko from OCTO Technology

#PortraitDeCDO – Magali Noé – CNP Assurances from OCTO Technology

#PortraitDeCDO – Jérémy Giacomini – Foncia from OCTO Technology

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha