#PortraitDeCDO – Christian Buchel – Enedis

#PortraitDeCDO – Christian Buchel – Enedis

Découvrez pour le dixième #PortraitDeCDO, avec le portrait de Christian Buchel Directeur général adjoint, Chief Digital & International Officer de Enedis. Vous allez pouvoir découvrir les enjeux du numérique pour son entreprise, ses contraintes au quotidien ou encore son rôle au sein de sa société pour faire bouger les lignes du digital. Des insights précieux que vous pourrez comparer au fur et à mesure que les portraits s’égraineront dans les semaines à venir.

 

enedis

En une phrase, comment définiriez-vous la notion de transformation digitale ?
La transformation digitale c’est avant tout la transformation de l’entreprise, jouer tout à la fois un rôle d’accélérateur d’idées et d’incubateur de projets, tout en donnant du sens aux initiatives locales.

Comment décririez-vous votre rôle de CDO ?
C’est un rôle passionnant à multiples facettes !

Ma première mission est d’accélérer la transformation digitale de l’entreprise. Je suis appuyé en cela par une équipe transverse taillée sur mesure, le Programme numérique, qui accomplit un travail essentiel avec les métiers et les régions pour matérialiser la transformation digitale.

A côté de ce travail de longue haleine, je porte la transformation digitale au Comité exécutif de l’entreprise : parce qu’elle engage tous les salariés, nous ne pouvons pas réussir sans le soutien et l’appui de tous les dirigeants.

En plus de ça, j’ai un rôle de vigie pour continuer à ouvrir Enedis sur l’environnement numérique : des innovations extérieures, comme dernièrement la Blockchain, peuvent à tout moment bouleverser notre industrie. Le CDO cherche à anticiper et positionner l’entreprise sur ces transformations de fond.

Je suis aussi en charge du développement international d’Enedis, je suis CDIO d’Enedis. Les deux fonctions sont très complémentaires : cela permet tout à la fois de vérifier si la vitesse de notre transformation digitale est adaptée à ce qui se passe dans le monde, et de travailler à la continuité de l’expérience digitale de nos clients.

Quelles difficultés rencontrez-vous au quotidien ?
Une grande difficulté est de trouver un équilibre entre les très fortes attentes soulevées par la digitalisation et le besoin simultané des équipes d’être accompagnées. Les tempos ne sont pas les mêmes entre l’évolution très rapide du digital et le rythme naturel de l’entreprise (généralement plus lent). La volonté de transformer en profondeur est souvent difficile à combiner avec un monde digital qui va vite et qui évolue en permanence.

Dans un autre registre, faire adhérer l’ensemble de l’entreprise à la transformation digitale demande aussi beaucoup d’efforts. Quand nous avons réussi à convaincre l’ensemble des dirigeants de la nécessité absolue de mener la révolution digitale de l’entreprise, nous avons compris qu’une grande étape était passée. La transformation digitale doit être absolument transversale entre tous les directions, c’est un préalable. Il faut qu’elle soit soutenue au jour le jour par le management, en particulier par le Président, et par le Directeur financier.

Ces difficultés sont un challenge quotidien pour le CDO. Mais comme l’écrit le grand auteur autrichien Rilke, « qu’une chose soit difficile doit nous être une raison de plus pour l’entreprendre ».

Pensez-vous qu’il faille être technophile pour exercer le métier de CDO ?
C’est certain que pour être CDO, il faut être convaincu de l’importance du digital pour l’entreprise, après pas forcément besoin d’être un geek. La culture digitale s’apprend au quotidien, c’est avant tout la curiosité qui est nécessaire.

Pensez-vous que CDO est un métier d’avenir ?
Je reconnais que c’est un grand débat. Ce qui est certain c’est qu’une fois la transformation digitale de l’entreprise achevée, le CDO n’est plus nécessaire. Après, beaucoup de gens pensent que la transformation digitale n’est pas prête de s’arrêter. Tout dépend de ce que nous réserve le monde digital dans les prochaines années, et dans ce domaine impossible d’avoir de la visibilité à plus de 2-3 ans, et c’est trop court pour parler d’avenir.

Quelle est pour vous la prochaine innovation qui risque de chambouler votre secteur d’activité ?
Nous regardons avec beaucoup d’attention le développement des batteries autonomes pour les énergies renouvelables qui pourrait avoir d’énormes conséquences pour le secteur de l’énergie.

Quels sont les enjeux de digitalisation de votre entreprise à l’heure actuelle ?
Ils sont très nombreux car notre secteur d’activité vit en plein la transition énergétique. La digitalisation est essentielle pour nous permettre d’accompagner le développement des énergies renouvelables, de raccorder nouveaux modes de production et de consommation, etc.

Je dirai qu’un enjeu majeur pour nous aujourd’hui, c’est la donnée. La transition énergétique génère une masse de données encore plus importante qu’avant. Cette transition énergétique ne serait pas possible sans les apports du numérique et des nouvelles technologies pour rendre nos réseaux plus intelligents. Et les données sont au cœur de cette révolution qui demande d’assurer l’équilibre du réseau de distribution quasiment en temps réel.

C’est dans ce contexte qu’Enedis entreprend sa transformation numérique. Une véritable gouvernance de la donnée est installée, aussi bien pour les utilisations internes qu’externes. Nous avons aussi considérablement augmenté nos compétences en data science, regroupées au sein de La Fabrique numérique. C’est d’ailleurs le département le plus attractif en ce moment : nous recevons 20 candidatures par semaine !

Parmi les autres enjeux de digitalisation, il y a aussi l’expérience utilisateur. Enedis y répond en développant le « mobile first » et le « service design », aussi bien pour les clients et les territoires que pour les salariés. Une application « Enedis à mes côtés » est disponible sur iOs et Android pour informer les clients sur les éventuelles coupures dans leur quartier. Une appstore métiers est en cours de déploiement en parallèle au déploiement des équipements mobiles, ce qui va contribuer à rendre les collaborateurs plus efficaces et réactifs.

Citez-moi une marque/entreprise qui, pour vous, a clairement réussi à adresser les enjeux du digital ?

Je pense spontanément à Docapost, la filiale numérique de La Poste, qui a réussi à se projeter dans le digital très tôt, en comprenant que le numérique allait créer de nouvelles formes de transmission et diminuer le volume du modèle traditionnel. Les équipes de Docapost accomplissent un travail formidable pour coller au plus près au « time to market » et développer l’innovation en interne.

Plus généralement, ceux avec qui je bench et échange le plus, ce sont les entreprises industrielles, pour lesquelles, comme pour nous, la transformation digitale est à la fois une absolue nécessité et une formidable opportunité.

LinkedIn : https://fr.linkedin.com/in/buchel-christian-1b63287a
Twitter : https://twitter.com/christianbuchel
Site Internet : http://www.enedis.fr/

#PortraitDeCDO – Christian Buchel – Enedis from OCTO Technology

Retrouvez les derniers #PortraitDeCDO

#PortraitDeCDO – Guénaëlle Gault – Kantar from OCTO Technology

#PortraitDeCDO – Laurent Assouad – Aéroport de Lyon from OCTO Technology

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Ce formulaire est protégé par Google Recaptcha