Les Patterns des Grands du Web – Lean Startup

Description

La création d’un produit est très souvent vouée à l’échec. Ainsi, les chiffres montrent que 95% des produits ou startups meurent par manque de clients.

Le Lean Startup est une approche de création produit qui se propose de réduire les risques d’échec en attaquant parallèlement les aspects organisationnels, business et techniques et avec des itérations agressives. Formalisée par Eric Ries, elle est fortement inspirée du Customer Development de Steve Blank.

 Build – Mesure – Learn

Tout produit ou fonctionnalité part d’une hypothèse. Cette hypothèse peut être issue de données récoltées sur le terrain ou d’une simple intuition.

Toujours est-il que l’approche que prône le Lean Startup est :

  1. De considérer toute idée comme hypothèse, qu’elle soit marketing ou fonctionnelle,
  2. De valider toute hypothèse le plus vite possible sur le terrain.

Ce dernier point est l’un des éléments centraux du Lean Startup. Chaque hypothèse − business, organisationnelle ou technique − doit être validée qualitativement et vérifiée quantitativement. Cette démarche permet de mettre en place une boucle d’apprentissage sur le produit et le client. Le Lean Startup combat donc l’approche qui consiste à construire un produit pendant un an et se rendre compte tardivement que des choix (marketing, fonctionnel, commercial) mettent l’organisation en danger. Il faut tester tout de suite et au plus vite.

Expérimenter pour Valider

Une partie de l’approche se base sur le Minimum Viable Product. Quel est le minimum que je dois construire pour valider mes hypothèses?

On ne parle pas ici nécessairement de code et de produit au sens technique du terme, mais de n’importe quel effort qui va permettre d’avancer sur ces hypothèses. Cela peut être un questionnaire Google Docs, une mailing list ou une fausse fonctionnalité pour tester l’appétence du marché. L’expérimentation et les leçons associées sont un actif inestimable pour le pilotage du produit et justifient la mise en place de la boucle d’apprentissage.

L’obsession de la mesure

 On imagine donc bien que ces expérimentations doivent systématiquement être suivies par une mesure fiable et complète.

Une approche centrée client – Go out of the building

 Vérifier qualitativement et valider quantitativement signifie bien souvent « sortir de l’immeuble », comme dirait Bob Dorf, co-auteur du fameux 4 Steps to the Epiphany.

« Go out of the building » (GOOB) est au centre des préoccupations des Product Managers pratiquant le Lean Startup. Tant que les hypothèses ne sont pas confrontées à la réalité, elles restent des suppositions. Et donc des risques potentiels pour l’organisation.

« No plan resist first contact with customers » (Steve Blank) est ainsi l’une des devises des équipes produit :

  • Construire le minimum nécessaire à valider une hypothèse ;
  • GOOB (de l’interview en face à face au déploiement continu) ;
  • Apprendre ;
  • Construire et ainsi de suite.

Cette approche permet ainsi de rester constamment au contact du client, et, donc, de valider les hypothèses business (les dollars). Zappos, géant US de la chaussure sur le Web, est un exemple de MVP mis entre les mains des utilisateurs réels très tôt. Pour se confronter à la réalité et valider que les utilisateurs seraient prêts à acheter des chaussures en ligne, le futur CEO de Zappos photographia les chaussures des magasins locaux, créant l’inventaire d’un site e-commerce de toute pièce. Ce faisant, et sans construire une cathédrale, il valida très tôt que la demande existait et que la construction d’un tel produit pouvait s’avérer gagnante.

Le pilotage par la donnée

Evidemment, pour apprendre du comportement des utilisateurs lors de ces sessions de GOOB, les Product Managers récoltent méticuleusement de la donnée qui leur permet de prendre les décisions adéquates. Et mettent en place les outils et processus de récolte de cette donnée.

Les plus utilisées sont bien connues de tous. Il s’agit d’interviews et des solutions d’analytics.

Ce que le Lean Startup prône est une utilisation féroce de ces indicateurs pour réellement piloter la stratégie produit.  Sur ChooseYourBoss.com, nous avons fait comme hypothèse que les utilisateurs utiliseraient LinkedIn ou Viadeo pour se connecter, pour éviter aux utilisateurs de se créer un compte et pour nous éviter de développer un système d’inscription. Nous avons donc construit le minimum pour invalider ou valider l’hypothèse : une page qui comportait les 3 options à savoir l’inscription via Linkedin, celle par Viadeo et celle par un compte ChooseYourBoss. Les 2 premières marchaient réellement, le compte ChooseYourBoss indiquait que le compte ChooseYourBoss n’était pas encore disponible en production. Résultats : les utilisateurs ne voulant pas utiliser ces réseaux pour se connecter représentent 11% de nos visiteurs. Nous n’implémenterons donc pas dans l’immédiat la création de compte sans réseau. Nous sommes passés du « informés par la donnée » au « pilotés par la donnée ».

Chez qui ça fonctionne ?

IMVU, Dropbox, Heroku, Votizen ou Zappos sont quelques exemples de produits Web qui ont réussi à intégrer les feedbacks utilisateurs aux plus tôt dans la création de produit. Dropbox a par exemple changé complètement son fonctionnement en simplifiant drastiquement la gestion des dossiers synchronisés. Heroku est passé d’une plateforme de développement sur le cloud à une solution d’hébergement sur le cloud. Les exemples sont nombreux et plus ingénieux les uns que les autres !

Et chez moi ?

Le Lean Startup n’est pas dogmatique. C’est avant tout prendre conscience que le marché et le client ne sont pas dans les réunions d’architecture, les plans marketing, les projections de ventes ou  les fonctionnalités clés.

Une fois ce constat fait, vous verrez des hypothèses partout. Tout consiste à mettre en place une discipline de validation des hypothèses en gardant pour principe de valider le minimum de fonctionnalités à un instant t.

Avant de faire la moindre ligne de code, les principales questions à se poser tournent autour du triplet Client / Problème / Solution : Ai-je réellement un problème qui vaut la peine d’être résolu ? Ma solution est-elle la bonne pour mon client ? Est-il susceptible de l’acheter ? A combien ? Tous les moyens sont bons pour lever ces hypothèses : interviews, études de marché, maquettes…

La seconde étape consiste à savoir si le modèle que j’ai pu tester à moindre échelle est répétable et extensible. Comment mettre entre les mains des clients un produit dont ils n’ont jamais entendu parler ? Vont-ils comprendre, utiliser et tirer des bénéfices de mon produit ?

Les troisième et quatrième étapes tournent autour de la croissance : comment faire venir des clients et comment construire une société qui va pouvoir accueillir et faire grandir mon produit.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser à la lecture de ce billet, le Lean Startup n’est pas une approche à réserver uniquement à des sites Web grand public. Innover en validant le plus rapidement possible des hypothèses et en limitant l’investissement financier est évidemment une logique transposable à tout type de projet informatique, fût-il interne. Nous sommes convaincus que cette démarche mériterait d’être plus largement utilisée pour éviter les projets « Titanic » qui peuvent engouffrer des sommes considérables avec une très faible valeur perçue par l’utilisateur

Pour plus d’information, vous pouvez consulter la session sur le Lean Startup lors de l’USI 2012 qui traite des 2 premières étapes.

Retrouver toutes les pratiques des Géants du Web sur le site dédié (www.geantsduweb.com) : pdf de l’ouvrage à télécharger, vidéo et compte-rendu de la présentation « Décrypter les secrets des Géants du Web »

Sources

4 commentaires pour “Les Patterns des Grands du Web – Lean Startup”

  1. Super article!

    Les bouquins sont très bien aussi.

  2. Très bon résumé sur le Lean Startup, ce qui est rare ! Je préciserais que le Lean Startup est la synthèse du Customer Development de Steve Blank (plus qu’une simple inspiration) et du Product Development.

    Lean Startup n’a pas pour but de développer simplement un produit, mais une entreprise entière.

    Je recommande de lire directement The Startup Owners Manual Step By Step qui est une mise en pratique, là ou Lean Startup reste assez théorique et donne la vision.

  3. J’avoue ! C’est vraiment pas mal tout ça. Moi qui n’arrive jamais à prioriser mes fonctionnalités.

  4. [...] on fait du Lean Startup. Plus précisément, on applique la méthode du Build-Measure-Learn (Construire – Mesurer [...]

Laissez un commentaire