Google I/O 2012, les annonces des keynotes

Google I/O 2012

Comme les 6.000 participants, j’ai eu la chance d’assister à Google I/O 2012, la conférence annuelle de Google qui a eu lieu du 27 au 29 juin à San Francisco. Je parle de chance car la totalité des billets s’est vendue en 25 minutes ! De plus, l’achat ressemblait plus à une loterie puisqu’il y avait plus de personnes à demander une place dès l’ouverture des ventes que le nombre de places disponibles ! Cette conférence est constituée de keynotes et de sessions techniques. J’aborderai les sessions techniques dans un prochain article pour me concentrer dans un premier temps sur les keynotes.

Les keynotes Google I/O sont toujours un moment excitant car elles dévoilent toutes les nouveautés des produits Google. Cette année encore les annonces ont été nombreuses avec de nouveaux produits, des évolutions intéressantes de produits existants mais aussi des démos et des chiffres à faire tourner la tête. Elles sont toutes les deux disponibles sur YouTube (Keynote Day 1 et Keynote Day 2) si vous avez trois heures de disponible sinon voici un résumé des nouveautés importantes.

Keynote de la première journée

Cette première keynote était très attendue par les participants dont beaucoup ont rapidement pris leur petit déjeuner pour se mettre dans la file d’attente de plusieurs centaines de mètres qui serpentait dans hall d’entrée mais aussi dans l’immense cafétéria du Moscone Center. Les 6.000 participants ont pu tous rentrer peu de temps avant que Vic Gundotra (Senior Vice President, Engineering) ne fasse l’introduction de la conférence.

Android 4.1 Jelly Bean, un OS plus fluide

Hugo Barra (Director of Product Management, Android) est ensuite entré sur scène pour nous parler d’Android en débutant par des chiffres. L’an dernier il y avait 100 millions d’Android et 400.000 activations de nouveaux terminaux par jour, désormais nous sommes à plus de 400 millions de terminaux avec 1 million d’activations par jour. Plus que jamais, Android est devenu un OS mobile incontournable.

Android Jelly Bean

Jelly Bean, la nouvelle version d’Android a été annoncée. Ce n’est pas une version majeure comme Ice Cream Sandwich mais elle apporte des nouveautés intéressantes. L’OS dispose dorénavant d’une meilleure fluidité grâce au « Project Butter » qui a consisté à synchroniser les rafraichissements de l’écran physique et de la couche graphique de l’OS. L’interface fonctionne désormais à 60 images par seconde ce qui apporte une nette amélioration de la fluidité du rendu. Pour visualiser l’amélioration, une vidéo nous montrait la différence entre Android 4 et Android 4.1 grâce une caméra pour ralenti.

Google Now agrège de nouveaux services connectés liés à votre emplacement et à l’heure : météo, trafic routier, horaires des transports en commun, résultats sportifs, information sur votre vol, etc. Lorsque les données sont ouvertes, c’est un outil très intéressant. Un véritable assistant qui vous dira quand il est temps de partir pour ne pas manquer votre prochain rendez vous. Un peu frustrant que l’Open Data soit moins répandu en France car j’ai adoré cette fonctionnalité à San Francisco. Quelques exemples de cartes vous permettant de mieux comprendre les services :

Google Now

L’autre nouveauté sympathique est le nouveau système de notification. Android était déjà un précurseur avec les notifications mais Google pousse encore plus loin leurs fonctionnalités. On peut désormais ajouter des actions aux notifications. Si vous manquez un appel, la notification vous permet désormais de rappeler la personne ou de lui envoyer un SMS. Les applications Google ont déjà toutes étendu les possibilités de leurs notifications, c’est aux développeurs maintenant de profiter de cette possibilité.

La recherche vocale Google Voice a encore été améliorée dans Jelly Bean. Elle est désormais disponible hors-ligne pour l’anglais. Elle permet aussi de répondre à des questions un peu comme Siri d’Apple le fait.

Voici les nouveautés de Jelly Bean que j’ai trouvé intéressantes, n’hésitez pas à consulter la page Android 4.1 du site Android Developers pour découvrir les autres nouveautés. Jelly Bean a été poussé en OTA sur les Galaxy Nexus, la mise à jour a débuté pour les Nexus S et elle devrait arriver prochainement sur les téléphones qui bénéficiaient d’Android 4.0.

Nexus 7, une nouvelle tablette pour concurrencer le Kindle Fire d’Amazon

Nexus 7

Après avoir présenté les nouveautés de Jelly Bean, Hugo Barra confirme la rumeur d’une tablette Google. Développée par Google et construite par Asus, la Nexus 7 est une tablette totalement pensée pour le multimédia et profiter des contenus de Google Play (Films, Livres, Musique, Magazines). Elle est ainsi équipée d’un écran HD de 7″ ayant une résolution de 1.200 x 800, un processeur Quad-core et un processeur graphique de 12 cœurs !

La Nexus 7 est clairement une concurrente du Kindle Fire d’Amazon. Elles possèdent la même taille d’écran, leur prix est identique (199$ pour la version 8 Go) et sont toutes les deux axées vers le contenu multimédia. Si les ventes du Kindle Fire ont été importantes, Nexus 7 devrait en faire de même. Pour avoir testé les deux tablettes, la Nexus 7 remporte allègrement le match. Le Kindle Fire dispose d’une version Android modifié pour les besoins d’Amazon ce qui est déroutant, on pourrait presque croire par moment qu’il ne s’agit pas d’Android. La Nexus 7 est plus légère (70 g de moins) et possède pourtant un matériel de meilleure qualité. Les ventes et le choix des utilisateurs nous le diront mais la Nexus 7 est peut être aussi une concurrente de l’iPad d’Apple. Certes l’iPad dispose d’un écran 10″ Retina, de plus d’espace de stockage, la connectivité 3G et d’une caméra en plus mais la Nexus 7 est deux fois moins cher et est quasiment deux fois moins lourde (Nexus 7 : 340 g, nouvel iPad : 662 g).

Elle est commercialisée depuis quelques jours aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Australie mais aucune date de vente n’est prévue pour la France à ce jour. Je vous invite à consulter le site officiel de la Nexus 7 pour visualiser plus d’images et avoir plus de détails. À noter que cette tablette est le premier terminal à recevoir Jelly Bean mais aussi le premier terminal Android à intégrer le navigateur Chrome en place du navigateur Android.

Nexus Q, une box de streaming vidéo et audio

Nexus Q

Présenté par Joe Britt (Director of Engineering) et Matt Hershenson (Director of Hardware), la Nexus Q est la grosse surprise de cette keynote. Google a développé et produit un boitier de streaming multimédia afin de profiter sur sa TV ou ses enceintes des contenus de Google Play ainsi que YouTube. La Nexus Q se configure et se pilote depuis votre smartphone ou votre tablette. Il est possible d’avoir plusieurs Nexus Q dans différentes pièces de son habitation et de les piloter toutes indépendamment. L’autre fonctionnalité intéressante est qu’un ami peut venir chez vous et diffuser son contenu sur votre Nexus Q. L’association entre le boitier et le terminaux Android peut se faire par Bluetooth, WiFi ou NFC.

Entièrement conçu et fabriqué aux États-Unis, le Nexus Q est un très bel objet mais qui est cher et très limité encore en fonctionnalité. N’utilisant pas Google Play pour la musique ni pour les films, le seul cas que j’ai trouvé d’intéressant et de réellement pratique était la diffusion de YouTube sur ma TV en ayant fait la recherche facilement depuis ma Nexus 7 ou mon Galaxy Nexus. Cependant, il faut voir ce produit comme une première itération. Le matériel est intéressant et tourne sur Android 4.0 donc des mises à jour arriveront à l’avenir. On peut tout à fait imaginer des évolutions relativement simples afin d’écouter de la musique provenant des autres plateformes de streaming comme Spotify ou Deezer sur son Nexus Q en les pilotant depuis l’application Android du terminal.

Elle n’est pas encore disponible à la vente, seulement en pré-commande pour les États-Unis. Consulter le site officiel du Nexus Q pour plus de détails et d’images.

Google+ Events pour gérer un évènement avant, pendant et après

Vic Gundotra est revenu ensuite sur scène pour parler de Google+ en précisant quelques chiffres. En un an, plus de 250 millions de personnes ont utilisé le réseau social avec 150 millions de membres actifs par mois. Les utilisateurs actifs passent en moyenne 12 minutes par jour sur leur fil d’actualité, 9 minutes il y a quelques mois. Autre information intéressante, plus d’utilisateurs consultent Google+ avec leur mobile qu’avec leur ordinateur. Google semble avoir enfin réussi a attirer du monde sur un réseau social.

Google+ Events

Google+ pour tablette a été dévoilée lors de la keynote mais la principale nouveauté est Google+ Events. Google est parti du constat qu’aucun outil en ligne ne permettait de gérer un événement durant sa durée de vie :

  • Avant : création de l’invitation, intégration dans le calendrier
  • Pendant : ajout de photos et vidéos à l’événement
  • Après : visualiser toutes les photos et vidéos de l’événement prises par les différents invités

Un concept très intéressant que les 6.000 participants ont pu tester lors de la soirée After Hours organisée par Google. Durant la keynote, nous avons tous reçu une invitation à cet événement. Pendant la soirée, nous avons pu y ajouter nos photos et vous pouvez désormais consulter les photos et vidéos sur l’événement Googe I/O After Hours.

Project Glass + Google Hangout, un duo séduisant

Sergey Brin (cofondateur de Google) est apparu sur scène en interrompant Vic Gundotra pour nous préciser qu’ils ont quelque chose de spécial à nous montrer : une démonstration des lunettes Glass ! Grâce à la webcam des lunettes Glass et au chat visuel de Hangout, nous avons pu voir des parachutistes sauter d’un ballon dirigeable atterrir sur le toit du Moscone Center grâce à leur Wingsuit. Après quelques chutes libres en direct, des acrobaties en VTT sur le toit et une descente en rappel du batiment, des VTTistes ont apporté une pochette à Sergey Brin contenant des lunettes Glass ! Un vrai show qui n’a pas manqué d’impressionner les participants sur les possibilités de ces lunettes et du chat visuel Hangout même dans les airs. Pour voir cette démo de 10 minutes, regardez Keynote Day 1 à partir de 1h27.

Project Glass

Glass est encore un projet expérimental mais Google croit beaucoup à ce concept. Le grand intérêt des lunettes Glass est de pouvoir filmer ce que nos yeux voient sans se soucier de tenir une caméra à la main. Ces lunettes ne sont pas imposantes et plus légères que la plupart des lunettes de soleil. Les caméras GoPro se vendent très bien et ont permis de réaliser des vidéos que les particuliers ne pouvaient faire eux-mêmes avant. Je suis persuadé que les Glass de Google rencontreront le même succès si la qualité vidéo est satisfaisante. Les participants américains à Google I/O ont pu en commander au prix de 1.500 $, un prix relativement cher mais il s’agit encore de prototype et non d’un produit construit en série. Espérons que leur disponibilité soit annoncée lors de Google I/O 2013.

Keynote de la deuxième journée

La deuxième keynote était plus courte mais il y a eu quelques annonces intéressantes dont une importante. Vic Gundotra a également débuté cette keynote pour nous féliciter de notre participation sur Google+ à l’Event de la soirée After Hours.

Google Chrome, un navigateur synchronisé sur tous vos terminaux

Sundar Pichai (SVP of Chrome & Apps) a débuté sa présentation en indiquant que le nombre d’internautes ne cesse de grandir tout comme le nombre de connexions mobiles. Selon lui, Chrome est le navigateur le plus populaire dans le monde en possédant actuellement 310 millions d’utilisateurs actifs (160 millions lors Google I/O 2011, 70 millions lors de Google I/O 2010).

Brian Rakowski (VP of Chrome) nous a montré une démonstration de Chrome Sync. Comme Firefox le propose, Chrome Sync vous permet de retrouver vos favoris et votre historique de navigation sur n’importe quel terminal possédant Chrome. Il montra ainsi la synchronisation des onglets et de l’historique de navigation entre des Chrome sous Mac OS X, Chrome OS et Nexus 7 avant d’annoncer la disponibilité de Chrome sur iPhone et iPad permettant ainsi de bénéficier de Chrome Sync sur iOS. À noter que le rendu est réalisé par une WebView donc par le navigateur Safari de votre iPhone, Google n’ayant donc apporté qu’une surcouche graphique.

Google Drive sur iOS et Chrome OS

Après avoir rappelé le succès de Gmail, Google Calendar et de Google Docs, Sundar Pichai précise que Google Drive est une suite logique à ces outils. En seulement dix semaines, 10 millions de personnes de sont inscrites sur Google Drive. Clay Bavor (Director of Product Management, Apps) a pris le relai pour annoncer la sortie de Google Drive sur iOS et Chrome OS.

Google Drive

La recherche dans Google Drive devient intelligente grâce à l’OCR et à la reconnaissance d’images. Deux démos nous ont permis de le voir : recherche de mots dans un PDF non textuel et recherche des photos contenant une pyramide égyptienne. Une recherche rapide, efficace et intelligente. Une fonctionnalité qui différencie Google Drive des concurrents historiques.

L’autre nouveauté est la disponibilité de Google Documents hors-ligne. Vous pouvez ainsi éditer votre document sans connexion et la synchronisation se fera lorsque vous aurez à nouveau une connexion Internet. Ce mode hors-ligne devrait arriver prochainement sur Google Spreadsheets et Google Presentation.

Google Compute Engine, un IaaS performant

Place à Urs Hölzle (SVP Technical Infrastructure) pour nous parler du succès de Google App Engine qui compte 1 million d’applications actives et exécute 2 téras d’opérations NoSQL chaque mois. Urs annonce ensuite Google Computer Engine, une Infrastructure as a Service.

Google Compute Engine

Pour tester leur infrastructure, Google a fait appel à des bêta testeurs comme l’Institute for Systems Biology. Une de leurs applications est de retrouver les séquences entre les gènes pour concevoir des médicaments contre le cancer, relativement simple mais très couteux en CPU. La société possède actuellement un cluster de 10.000 nœuds et cela prend 10 minutes pour trouver une liaison.

Lors de sa présentation, Compute Engine était capable de mettre plus de 770.000 cœurs à disposition des applications. Une puissance de calcul impressionnante illustrée par l’application précédente qui avec 600.000 cœurs prends quelques millisecondes à trouver des liaisons. Véritable concurrent d’Amazon EC2, Google Compute Engine IaaS est en Limited Preview mais vous pouvez demander votre accès et avoir plus de détails sur le produit sur Cloud Compute Engine.

Google explore de nouveaux horizons

Cette conférence aura été riche en annonces, certaines ne sont que des évolutions de produits actuels ou correspondent au cœur de métier de Google, mais d’autres explorent de nouveaux horizons. Avec Gompute Engine, Google se lance sur le marché des IaaS où Amazon règne comme la référence. L’autre nouvelle direction prise est celle de la conception de matériel. Auparavant, Google faisait toujours appel aux constructeurs mais la firme de Mountain View franchi un pas : en concevant la tablette Nexus 7 tout en laissant la construction à Asus mais aussi en concevant et fabriquant le Nexus Q. Le Project Glass est aussi un exemple de cette nouvelle direction prise de construire des objets innovants.