Archi & techno

Archi & techno

Réduire la durée d’un build Android

La durée d’exécution d’un projet est une métrique que tout développeur Android devrait surveiller de près. En effet, même si celui-ci a une grande confiance dans le code qu’il produit, il sera amené à réexécuter le projet plusieurs fois par jour. Lors du développement d’un projet, il est important pour le développeur de pouvoir constater rapidement le résultat de ses modifications. Dans le cas contraire, il peut se produire deux choses : soit le développeur se déconcentre (parce qu’il regarde ses mails par exemple), soit il revient à son code en oubliant de suivre les effets de sa dernière exécution.

Cette problématique peut paraître exagérée dans le cas d’un « petit » projet, compilable en moins de 30 secondes. Mais lorsque le nombre de lignes de code est élevé, elle devient bien réelle.

Nous pouvons découper l’exécution en deux étapes : la compilation et le déploiement. Puisqu’il est difficile de réduire la durée du déploiement (sauf à exécuter l’application dans un émulateur), cet article se concentre sur les leviers actionnables pour réduire la durée de compilation.
Lire la suite

Archi & techno

Comment sécuriser une application universelle Windows ?

Que ce soit lors du développement d’une application métier ou d’une application grand public, il est parfois nécessaire de protéger les données.

Le modèle d’application Windows universelle (UWP) permet un premier niveau de protection car les applications téléchargées depuis le Windows Store sont stockées et exécutées au sein d’une sandbox (bac à sable), c’est-à-dire dans un conteneur inaccessible (en théorie) depuis une autre application.
Cependant, il est parfois nécessaire d’ajouter des couches de protection supplémentaires afin de garantir la sécurité la plus optimale possible notamment au niveau stockage des données mais aussi au niveau échange des données avec les serveurs.

Pour cela, il est recommandé d’utiliser respectivement la Data Protection API & la vérification de la chaîne de confiance des certificats.
Nous allons voir ces points en détail.
Lire la suite

Archi & techno

Compte-rendu du petit-déjeuner – L’infra au service de ses projets

En partenariat avec la Société Générale

petit-dejeuner_ITAAS_infrastructure_OCTO

Infrastructure As A Service : ce “buzz word” à l’origine de beaucoup de littérature sur la toile, est identifié comme l’un des piliers majeurs de la transformation digitale. Initiées par les Géants du Web, de grands groupes font à leur tour le pari d’intégrer les méthodes agiles, l’infrastructure à la demande, les pratiques DevOps. Comment cela se passe-t-il sur le terrain ? Comment initier et adopter ces changements dans une entreprise de plus de 150 ans, comme la Société Générale ?

Quatre acteurs sont venus témoigner des besoins métiers, des initiatives de l’entreprise, et de la façon dont ils ont procédé (succès et écueils) pour mettre en place un projet qui a boosté l’IT de la Société Générale : l’ITaaS (Infrastructure Technology As A Service). Lire la suite

Archi & techno

React – comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer la bombe

react-logo-1000-transparentCela fait maintenant plusieurs années que vous avez entendu parler (et que vous utilisez sans doute déjà) des frameworks spécifiques pour les développements front-end tels que Backbone, Ember ou AngularJS.
Depuis quelques temps, un nouveau venu fait beaucoup parler de lui : React.

React est une librairie javascript open source dédiée à l’écriture d’interfaces utilisateurs. Elle est née de la collaboration entre Instagram et Facebook et sa première release date de Décembre 2013. Depuis sa sortie, React a fait beaucoup d’émules et est utilisé en production chez Facebook mais aussi chez Netflix, Yahoo, KhanAcademy et AirBnB.

Screen Shot 2015-12-16 at 00.15.22

Nous sommes en train de refondre le site web du ClubMed, et nous avons des choses à dire sur React !

Lire la suite

Archi & techno

Avez-vous vraiment besoin d’un architecte big data ?

“Architecte big data”, ce sont trois mots qui vont bien ensemble. On les entend souvent, et une recherche Google remonte un nombre certain de CV et d’offres d’emploi. Moi-même, dans les réponses commerciales d’OCTO, je me cite souvent comme “architecte big data”, à même de faire partie d’une équipe projet chez le client. Une partie du travail consiste souvent à expliquer les concepts de big data aux architectes « tout court » du client, avant de les rassurer en leur montrant que les systèmes que nous construisons peuvent rentrer dans le moule de leurs standards (et si possible sans passer pour un hippie irresponsable).

Je suis de plus en plus sceptique sur la pertinence de l’expression « architecte big data ». Etre architecte big data, c’est avant tout être architecte, avec une casquette big data. Précision : cette affirmation ne remet absolument pas en question la valeur d’un expert pointu sur les technologies Hadoop ou NoSQL, pour ne citer qu’elles. Ces technologies sont fort complexes, l’expertise reste extrêmement précieuse. Mon propos vise plutôt une expression à la mode qui masque un vrai problème de perception, chez les consultants comme chez les clients. Aujourd’hui tout architecte devrait avoir une connaissance de big data suffisante pour mener à bien son travail, l’expression ne devrait être qu’un pléonasme. Cette connaissance s’acquiert en acceptant de remettre en question les schémas d’architecture maîtrisés en entreprise, en s’aventurant vers des terrains techniques nouveaux et risqués — risque que l’on réduit en adoptant une culture de l’expérimentation, grâce à des POC (Proofs of Concent) fréquents.

Lire la suite